A-B-C,  Chroniques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Manga

Akane Banashi

Tel père, telle fille !

Akane Banashi est un Shonen avec Suenage Yuki au scénario et Moue Takamasa au dessin. Initialement publié au Japon en 2022, il compte actuellement 7 volumes (oui déjà) !

 

En France, ce sont les éditions Ki-oon qui ont récupéré la licence et nous proposent les deux premiers volumes de la série en ce début du mois d’octobre ! Nous avons Mme Géraldine Oudin (@francejapan) à la traduction, elle s’était notamment occupée des Carnets de l’Apothicaire, d’Aria, de Your lie in April, A Silent Voice et bien d’autres !

Akane est une petite fille rêveuse devant le talent de son père pour le Rakugo. Elle suit avec grand intérêt ses entraînements qui ont pour but de lui faire atteindre le plus haut rang parmi les Rakugoka, le rang de Shin’uchi !

Mais lors du moment fatidique, tout s’écroule pour le père. La sentence est rude et irrévocable, il doit renoncer au Rakugo.

Dès lors, Akane se met en tête de lui succéder afin de restaurer la gloire qu’aurait dû avoir son père !

Ahh~ un manga édité chez nous parlant de Rakugo, ça faisait longtemps, et ça fait plaisir !

L’histoire et le rythme d’Akane Banashi sont maîtrisés. Le récit est passionnant, entraînant et les personnages sont à la fois attachants et agréablement reconnaissables de par leur singularité. Si l’édition vous l’a vendu comme étant un excellent titre, sachez qu’ils ne vous a pas menti, Akane Banashi possède véritablement les standards des plus grands ! Voir autant de soins apportés à ce manga qui porte sur cet art qu’est le Rakugo, c’est superbe ! Nous avions déjà vu cela avec Le Rakugo à la vie à la mort qui avait bénéficié d’une critique de notre part.

Pour faire un aparté, le Rakugo est un art pratiqué par un rakugoka, ce dernier est un conteur incarnant à lui seul chaque personnage de son histoire. Il vous transportera à l’aide des ses mimiques et de ses intonations aux travers de son récit possédant systématique une chute. Pour plus de détails, je vous invite à lire la critique du  Rakugo à la vie à la mort et également de vous renseigner sur le site français du Rakugo ou sur le site de M.Cyril Coppini.

Aparté fini, on repart sur Akane ! Akane Banashi nous propose une belle évolution rien qu’au cours de ce premier tome. Pour tout vous dire, ce manga se lit comme un bon manga de sport (avec un petit côté Food Wars, la comparaison vient de loin, mais un élément à la fin du premier volume m’y fait penser ahah). En tout cas, c’est prenant, ça se lit bien. On veut voir Akane évoluer au sein de ce milieu qui ne fait pas de cadeau. Elle le sait, elle a vu ce qu’il s’est passé avec son père.

Si ici le personnage principal ne risque pas sa vie, elle risque clairement sa carrière au moindre faux pas. L’erreur est difficilement permise, ce qui ajoute une tension à l’œuvre fort agréable.

Akane Banashi n’est pas qu’un simple hymne au Rakugo, car même si cet art ne vous parle pas plus que ça, vous serez très probablement happés par les personnages et leur façon de jouer captivante.

 

“C’est à se demander ce que ces incapables ont appris au cours des dix dernières années ! Je ne sais pas quoi dire tant leur cas est désespéré…”

–  Maître Issho Arakawa.

 

Nous avons tous voulu essayer le sport mis en scène dans le manga qu’on adorait, ou bien l’activité quelle qu’elle soit. Suenage Yuki et Moue Takamasa nous font ressentir la même chose avec Akane Banashi. Très vite cet art qui pour certain était inconnu, vous transporte et vous donne envie de vous prêter au jeu. En tant que spectateur par exemple, au travers des spectacles de nos peu mais talentueux rakugoka français (on peut notamment penser à @CoppiniCyril). Et qui sait, peut-être cela permettra de populariser cet art qui se perd mais qui regorge de qualités et d’intérêts.

Ce rendu est autant dû à la mise en scène maîtrisée que par les personnages bien travaillés.

Akane est une battante, plutôt anticonformiste qui n’est pas du genre à faire comme les autres. Elle qui a toujours été fan de son père, ne supporte pas le sort qui lui a été réservé. C’est de là que l’on voit son esprit combatif, son envie de réussir pour elle, mais surtout pour son père. Ce qui rend également le personnage intéressant, c’est sa manière de se remettre en question. Elle n’est pas infaillible, loin de là, et bien qu’elle soit talentueuse, il lui reste beaucoup à apprendre !

Et bien que le manga porte son nom et que le Rakugo se veut solitaire, elle n’est pas le seul personnage intéressant à suivre ! Si l’on omet les maîtres des grandes écoles de Rakugo qui auront un impact très important dans l’œuvre, les élèves sont d’une toute aussi grande importance ! Entre Kaisei, un jeune rakugoka des plus brillants qui fera office en quelque sorte de rival à notre chère Akane, et sans compter les autres disciples de Maître Shiguma qui seront chargés d’enseigner les rudiments de cet art à cette dernière. Ils sont tous uniques, à la personnalité bien épicée !

Côté dessin, vous n’allez pas être déçu ! Moue Takamasa possède un coup de crayon fort sympathique donnant un incroyable cachet aux personnages. Leurs mimiques durant leur jeu sont super bien retranscrites, avec leurs changements d’expressions faciales afin d’incarner chacun des personnages de leur histoire. Cela doit être un sacré travail et c’est franchement une réussite !

Nous avons le droit à de belles doubles planches, des beaux chara-designs et même de jolies décors ! Graphiquement, il n’y a franchement pas grand chose à reprocher.

En conclusion, Akane Banashi est un manga des plus intéressants qui arrive à nous subjuguer malgré son sujet qui pourrait paraître de niche. Et pourtant ! Que vous connaissiez ou non le rakugo, là n’est pas la question. Le titre vous transporte par son récit entraînant, et pour les moments plus techniques, il vous accompagnera afin que vous compreniez tout ce que vous avez à savoir sans pour autant vous assommer d’informations. C’est super bien calibré et les annotations en fin de volume d’un Rakugoka professionnel japonais sont un plus non négligeable.

Pour les personnes qui sont intéressées par le Rakugo après avoir lu cette œuvre, le Rakugo à la vie à la mort existe en 5 gros volumes chez la maison d’édition Lézard Noir. Sachez également qu’en anime original, vous avez Kabukicho Sherlock qui s’en inspire grandement. Le personnage principal de la série utilise le rakugo en guise d’explication pour chaque enquête !

Akane Banashi est bien armé pour plaire à tous. Connaisseur ou non de Rakugo, ce titre vous maintiendra en haleine sans difficultés !

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *