Critiques,  D-E-F,  Maisons d'Edition,  Manga,  Soleil

Dans les pas de Nietzsche

Il est inhumain 

de bénir lorsque 

l’on vous maudit

Dans les pas de Nietzsche est un Shojo. Originellement un roman de Mahiru Harada, il est ensuite adapté en manga avec pour dessinateur Tsukasa Araki et en Chara designer Iqura Sugimoto. Sa publication a débuté au Japon en 2018 et s’est terminée en 3 tomes. En France, les trois tomes sont disponibles depuis 2020 aux éditions Soleil.

 

Arisa Kojima est une lycéenne qui vit seule et qui subit un chagrin d’amour. Elle aimerait vraiment changer et ce sujet l’obsède énormément. Elle décide donc de visiter le temple de l’amour où elle en fait le souhait. Mais alors qu’elle repart, elle fait la rencontre de Nietzsche, philosophe du XIXe siècle réincarné temporairement qui, avec ses phrases de philosophe qui peuvent autant toucher que révolter, va essayer de faire de Arisa un Surhomme.

 

Dans les pas de Nietzsche est un titre traitant de la philosophie, mais d’une manière bien plus accessible et vulgarisée, sous forme d’histoire, avec des explications et des termes plus simples et plus modernes. Si vous avez peur de ne pas aimer à cause du côté philosophique, dites vous que c’est vraiment bien amené et en vérité très divertissant.

On suit Arisa et ses changements en présence de Nietzsche, et dieu sait que ce ne sera pas facile de la changer puisqu’elle est à la base plutôt fragile, et n’ose pas penser pour elle et non par rapport aux autres. On voit alors Nietzsche la conditionner peu à peu pour qu’elle apprenne à réfléchir par elle-même et non pour les autres et ainsi de ne plus avoir peur d’être égoïste et se sentir plus épanouie.

 

À force de se conformer à la norme, on perd sa capacité à réfléchir

– Nietzsche

 

Mais ce processus va être long à se mettre en place et pas de tout repos, c’est pourquoi Nietzsche va créer des leçons pendant des moments de vie quotidienne de Arisa, donnant au manga des airs de Slice of Life. C’est d’ailleurs un des points qui fait que le côté philosophique passe si bien. On a l’impression que ses citations sont plus des conseils qu’il donne à un instant T qu’un cours de philosophie long et barbant. Les exemples sont concrets et démontrés souvent par un exercice physique facile à comprendre, et dans le doute tout est expliqué dans des dialogues avec Arisa de manière simple.

C’est autour des ces leçons que l’histoire va se construire peu à peu, loin d’être uniquement sérieuse puisque nos deux personnages se chamaillent souvent à cause de la personnalité haute en couleur et vieillie de Nietzsche et nous créent des scènes vraiment amusantes et divertissantes en plus d’offrir un lent rapprochement entre les deux. Ce n’est d’ailleurs pas le seul philosophe auquel on aura affaire dans ce manga puisqu’on en aperçoit déjà un deuxième qui paraît tout aussi fou et qui apporte ses idées, enrichissant encore plus les cours de philosophie que nous donnent ce manga, et les nuançant puisque tous les philosophes ne partageaient pas tous la même idée.

Si vous avez peur que cette œuvre ne soit qu’un enchaînement de leçons, détrompez-vous. En effet, Arisa progresse à pas de géants et Nietzsche le dit lui-même au cours du tome, leur relation ne fait qu’évoluer, montrant un avancement flagrant dans le scénario, et c’est vraiment intéressant de voir Arisa changer, réfléchir autrement, arrêter de se rabaisser et s’ouvrir un peu plus au monde à ses propres idées et à son bonheur.

D’ailleurs les conseils qui sont donnés dans ce titre peuvent nous servir à nous aussi. Je suis persuadée que si on les appliquait un peu plus on serait bien plus heureux dans notre vie. Dans les pas de Nietzsche est une œuvre qui redonne confiance à une lycéenne et qui, par ce biais, nous redonne confiance également et nous rend de bonne humeur.

Cependant, il y a tout de même des interrogations sur la présence des philosophes dans ce monde que j’espère voir un peu plus détaillée dans les deux derniers tomes. De même, Nietzsche nous rappelle souvent que son temps est compté et j’ai peur de finir sur une note un peu moins joyeuse, à moins que Arisa ne devienne vraiment un Surhomme.

En tout cas, c’est un premier tome qui me laisse une excellente impression et que je suis heureuse d’avoir découvert pour son scénario et son approche de la philosophie si originale et accessible à un public plus jeune.

 

Les êtres vivants doivent tous jouer des coudes pour survivre. Alors le principe moral qui affirme que c’est mal a sans doute été répandu par des gens qui veulent nous en convaincre, car cela les arrange.

– Nietzsche

 

Pour continuer, on peut dire que le scénario aurait probablement été bien moins prenant si on n’avait pas eu des personnages avec une personnalité si marquante.

Au fond, la personnalité la plus simple du manga est peut-être celle de Arisa. C’est une jeune lycéenne qui vit seule, dont la vie ne semble pas avoir fait de cadeau et qui aimerait changer. Au début elle nous apparaît comme déprimée et c’est elle qui va évoluer tout au long de l’histoire. Cependant elle n’est pas excentrique, elle reste elle-même et à l’écoute de Nietzsche malgré elle. Arisa n’hésite pas d’ailleurs à se chamailler avec le grand homme pour lui inculquer sa manière de voir les choses, même si elle perd plus souvent qu’elle ne gagne.

Nietzsche quant à lui, est un macho, plutôt beau gosse, mais qui manque cruellement de tact et peut parfois dire des choses vexantes ou choquantes pour Arisa. Il est également sans gêne et se sert volontiers d’elle pour les tâches ménagères, prouvant qu’il vient de la haute et que ce n’est pas à lui de se salir les mains. Cependant, il semble avoir un certain intérêt à aider Arisa et garde un passé mystérieux à propos d’une certaine Kojima. Sous ce cœur de pierre se cache peut-être une blessure plus profonde et j’attend de voir le moment où il osera se dévoiler.

Leur relation à eux deux fait que ce titre est aussi excellent. Dès le début ils se disputent comme un vieux couple alors qu’ils viennent de se rencontrer. Et le fait que Nietzsche soit du genre à s’inviter chez les gens ne fait qu’affirmer ce côté humoristique entre eux. Pour le moment c’est assez subtil mais j’espère un plus grand rapprochement affectif, même amical entre eux et voir l’élève dépasser le maître.

Il y aurait bien un autre personnage sur lequel parler, mais je préfère vous laisser le découvrir surtout qu’il est tout aussi fou que notre Nietzsche, si ce n’est plus encore. En tout cas, la création de personnages hauts en couleur rend l’histoire encore plus prenante et captivante.

En ce qui concerne les dessins, j’aime beaucoup les chara designs des personnages que je trouve beaux et marquants. J’aime également le détail sur les vêtements et les mouvements des personnages de même que leurs expressions qui sont vraiment bien représentées et parfois très drôles à voir. Avoir un aspect dessin à ce titre originellement un roman permet vraiment de se plonger dedans, d’apporter une touche plus amusante encore et également plus imagée pour les exemples philosophiques. Je regrette cependant qu’il n’y ai pas plus de décors, donnant parfois l’impression de pages vides malgré un nombre conséquent d’explications.

Les planches ont quant à elles une disposition régulière et simple, ce qui suffit amplement pour l’histoire et les explications philosophiques.

La couverture quant à elle, est ce qui m’a fait craqué pour ce titre. Je la trouve vraiment jolie et mignonne et ce sera également le cas pour les autres couvertures qui rendent vraiment bien en dessin. Mis à part ça la texture est classique mais il n’aurait pas fallu plus vu que le dessin la charge pas mal.

En conclusion, Dans les pas de Nietzsche est une excellente découverte qui mériterait bien plus de visibilité. C’est une œuvre courte en seulement trois tomes qui vous permet d’aborder la philosophie de manière bien plus détendue et simple, à travers des exemples plus récents et concrets et en suivant une histoire qui avance à un très bon rythme. En plus de ça les leçons philosophiques peuvent être prises comme des conseils qui nous redonne confiance en nous et nous motive. Celles-ci sont d’ailleurs bien loin d’être ennuyeuses grâce à des personnages hauts en couleurs et avec un fort répondant qui allègent le tout et nous amusent. N’hésitez pas à vous pencher sur ce titre court qui fait réfléchir en s’amusant et en mettant de bonne humeur, le tout sur un sujet souvent boudé par sa complexité.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *