Critiques,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga,  Taifu Comics

Luminous Blue

Focus sur

 

un avenir

 

incertain….

 

 

Luminous Blue est un Yuri écrit et dessiné par Kiyoko Iwami. Il est sorti au Japon en 2018 et il s’est fini en 2 tomes. Le deuxième tome nous est tout juste parvenu en France grâce aux éditions Taifu Yuri.

 

 

Kô Tarumizu adore la photographie et toute sa vie tourne autour de la photo. Pour cela elle décide de rejoindre un lycée dont elle a apprécié le travail fait par le club de photographie. Malheureusement ce dernier n’est plus tout à fait ce qu’il était, mais à l’approche d’un concours, Kô compte bien donner son maximum.

Une rencontre avec deux autres camarades de classe lui fait avoir le déclic, elle sait ce qu’elle souhaite mais pourra-t-elle rester focus sur la photo ou bien sera-t-elle prise dans un torrent de sentiments qu’elle ne contrôle pas ?

Luminous Blue m’intriguait notamment pour son thème de la photographie qui est un sujet qui permet de faire beaucoup de choses s’il est bien approprié. Ça me rappelle un petit peu Irozuku Sekai no Ashita kara qui se trouve dans un registre très différent mais en un sens, on peut dire que la photographie, c’est un peu de la magie! Enfin c’est peut être de la magie, mais elle ne fait pas que du bien et ne peut pas tout réparer. En effet, assez vite on va se rendre compte que de nombreux cœurs sont meurtris, qu’il y a des plaies chez de nombreux personnages, notamment chez Amane Akimoto et Nene Aono, et elles semblent difficiles à panser. Kô paraît leur servir en quelque sorte de pansement. Elle va involontairement se rapprocher d’elles et se retrouver dans une position délicate et inconfortable, un peu comme si on lui demandait de choisir un camp. Elle est donc malgré elle au centre de l’histoire (bien joué personnage principal!) alors qu’au final, tout ce qui l’intéressait, c’était son appareil et ses photos. Par ailleurs, c’est son rêve de devenir photographe et elle n’a jamais réellement pensé à autre chose, pas même à une relation.

 

 

C’est là où je suis un peu partagé. Kô se retrouve au milieu d’un couple brisé dont les deux principaux acteurs cherchent du réconfort en elle. Dans le fond, c’est intéressant, et d’ailleurs c’est plutôt rare de commencer l’histoire par un couple qui n’en est plus un, il y avait donc du potentiel. Mais dans la forme j’ai moins accroché. J’ai trouvé ça par moment un peu forcé, peut-être trop précipité au vu de la longueur du manga. En tout cas, je crois que ce qui m’a le plus dérangé, c’est Nene. Elle me fait détester cette histoire. Je l’ai trouvé horrible, j’ai l’impression de revoir Kuzu no Honkai avec ses relations destructrices qui me laissent un goût amer. Toutefois, ce n’est pas forcément une mauvaise chose en soi, votre propre opinion ou vision des choses va grandement influer sur la façon dont vous verrez cette histoire.

Ce qui me rend le plus mitigé ce sont les personnages. Ils sont bons, avec une psychologie intéressante et même un peu complexe. On a même le droit à un quatrième personnage plus… mystérieux? Uchiho Hayama est en dernière année et c’est la seule rescapée du club de photographie. Notre protagoniste est très admirative d’elle mais elle est vraiment particulière. Elle semble aider de manière détournée mais parfois on se demande si c’est vraiment le cas au vu de son personnage.

Alors qu’à contrario est très pure, elle ne comprend pas bien tout et reste assez simple dans sa façon de penser, elle ne veut blesser personne, c’est une fille bien et tranquille mais à force de ne vouloir blesser personne elle risque au contraire de blesser tout le monde.

Nene, elle, est familière à ça apparemment, niveau gestes ou paroles blessantes elle a son quota. Pourtant elle était loin de donner cette première impression. D’extérieur elle paraissait calme et légèrement en retrait alors qu’au fil des chapitres on s’est éloigné de ça pour découvrir une fille perdue, qui ne sait pas vraiment où elle veut aller et qui finit par faire des choix discutables.

Amane quant à elle, est la gentille fille amoureuse. Elle ne veut qu’une chose, être acceptée par sa bien aimée. Sa séparation lui a fait beaucoup de mal et elle ne s’en est toujours pas remise, elle reste accrochée à ce qu’elle peut et de toutes ses forces bien que cela semble être vain. C’est un personnage qui m’a fait beaucoup de peine et à qui on ne peut souhaiter que des bonnes choses.

 

 

Et en parlant de bonnes choses, nous avons les dessins ! C’est le premier point qui va vous frapper en lisant ce manga. L’auteur a fait un superbe travail ! Les planches sont super belles, le chara-design est beau, bien travaillé et c’est là que le thème de la photographie brille merveilleusement bien.

 

Mon verdict reste difficile à rendre sur cette œuvre. J’en attendais beaucoup, peut-être trop, je ne sais pas. Si niveau dessin il n’y a rien à redire, je pense que l’histoire aurait valu le coup d’être plus longue et mieux approfondie. J’ai eu la sensation d’avoir des moments forcés qui m’ont un peu dérangés. Malgré ça j’ai tout de même apprécié ma lecture, et certaines scènes étaient vraiment bien réalisées. L’auteur touche le bon bout et je pense qu’elle sera capable de nous proposer de meilleurs mangas à l’avenir, j’en suis persuadé!

Mon avis reste mitigé mais si vous aimez les yuri, je pense que vous allez pouvoir l’apprécier. Faites-vous votre propre avis car cette œuvre vaut tout de même le coup d’œil!

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *