Chroniques,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga,  Vega-Dupuis

Lucja, a Story of Steam and Steel

Armée de 

ses poings

Lucja A Story of Steam and Steel est un Seinen de Coji Inada, publié au Japon en 2020 où il comporte 4 volumes  . En France, le dernier tome est arrivé il y a peu chez Vega-Dupuis.

Dans une Pologne Steampunk, les chevaliers sont des nobles qui se battent avec des armures spéciales utilisant la vapeur pour augmenter leur puissance. Lucja est l’un d’entre eux, à la différence qu’elle combat à la force de ses poings et qu’elle est munie d’un ancien modèle. Elle compte bien braver tous les dangers pour obtenir le rang de Roi Chevalier, le plus haut rang des chevaliers.

 

Pour commencer, on débute l’histoire directement dans l’action. En effet, dès le début on est embarqué dans un tournoi, sans rien savoir des armures, ni de pourquoi ce tournoi à lieu. C’est à la fois un choix qui permet d’en mettre plein la vue immédiatement par des combats aux actions impressionnantes qui captent le lecteur, et en même temps, je me suis sentie un peu perdue.

On se retrouve effectivement dans un univers vaste, riche et complexe, où on ne sait rien durant les premières pages, mais rassurez-vous, l’auteur a placé quelques pages d’explications entre les chapitres et plus on avance dans le premier volume plus on commence à se familiariser avec cet univers si spécial.

En tout cas, l’histoire commence très bien, on a pas mal d’action, la thématique du tournoi qui captive souvent les lecteurs, mais j’ai trouvé malheureusement que pour le moment les combats étaient intenses mais aussi très courts. J’ai eu l’impression d’avoir affaire à un échantillonnage d’action et j’espère que par la suite l’auteur prendra le temps de créer des scènes de combats surprenantes mais qui durent également un peu plus longtemps car sa manière de dessiner l’action est d’après moi son plus gros point fort.

Ce manga m’a d’ailleurs fait penser à deux univers assez semblables mais aux histoires bien différentes. Le premier est Megalobox par le biais de l’arme ancienne qu’utilise Lucja qui me rappelle celle du héros. Le deuxième est Fullmetal Alchemist, que ce soit par les mains métalliques de Lucja, que par la présence de Lucy qui est le portrait craché de Winry d’après moi. On est cependant sur un univers totalement différent dans le fond et qui se déroule dans des lieux qui n’ont absolument rien à voir avec ces deux autres titres.

Pour en revenir sur le scénario, l’auteur fait preuve de beaucoup d’imagination, nous présentant des armures toujours plus différentes dans un univers totalement inconnu et innovant. On a l’impression d’être dans du Steampunk médiéval ce qui, il faut l’avouer, n’est pas du tout courant. De ce fait, on est plongé dans notre lecture, tout semble original et le tome se lit très vite car il y a peu de dialogues.

On a tout de même pas mal de réflexion dans la seconde partie, et notamment sur la construction de ces machines si particulières mais le tout est souvent très imagé. On arrive alors assez vite au bout de notre lecture et on sent qu’on n’en n’a pas assez lu. Je pense qu’il faudrait lire plus que le premier volume pour se faire un réel avis, d’autant que pour le moment j’ai un peu de mal à voir comment toute l’histoire va se goupiller, le fil conducteur du scénario n’est pas montré clairement.

J’espère d’ailleurs que l’auteur saura temporiser un peu mieux son histoire par la suite car je l’ai trouvé trop rapide par moment, tout se passe de manière dynamique, mais parfois un peu trop et on n’a pas le temps de s’attacher aux personnages, de s’habituer à l’univers et de profiter réellement de l’ambiance qui se dégage de cette œuvre.  Après, l’avantage c’est qu’il s’en passe des choses en un tome: un tournoi, des difficultés pour obtenir une ingénieure, un voyage, une arrivée dans une nouvelle ville, des découvertes, les prémices d’ennuis à venir. Mais j’ai l’impression d’avoir été entraîné dans un rythme effréné dans un endroit que je comprends à peine, donc j’espère que l’histoire ne sera pas trop rush au final.

En tout cas, elle a de quoi nous intriguer par des personnages mystérieux et des armures étonnantes. On se demande qui est vraiment Lucja, qui est son clan, comment elle a obtenu une armure aussi ancienne, mais également, comment elle a rencontré Wojciech. On ressort de notre lecture avec beaucoup d’interrogations, mais aussi avec cette envie de voir les actions qui vont suivre car le premier volume s’arrête sur un suspense qui promet certainement de futurs combats aussi impressionnants que les premiers et, je l’espère, plus longs pour notre plus grand plaisir.

 

Je vous vaincrai de mes seuls poings !

– Lucja

 

Pour parler un peu plus des personnages, comme je vous l’ai dit, j’ai eu un peu de mal à m’attacher à eux, à apprendre à les connaître et à les cerner. Au fond, je pense que l’auteur a été pas mal maladroit dans leur conception, et notamment dans celle du personnage principal.

Lucja est une jeune fille chevalière aux allures frêles et pourtant elle change totalement de caractère lorsqu’elle se bat, n’hésitant pas à se mettre en danger. Je la trouve cependant un peu trop pleurnicheuse à mon goût, je pense qu’elle ne parvient pas à me toucher autant que l’auteur souhaiterait qu’elle nous touche. Elle possède cependant énormément de mystères qui m’intriguent.

Et s’il y a bien un autre personnage mystérieux, c’est bien Wojciech, l’homme qui l’accompagne. Il aurait apparemment été dans l’armée, mais je me demande bien comment ils se sont rencontrés avec Lucja et qui il est vraiment. Il semble un peu comme un coach pour elle, mais on en apprend très peu sur lui pour le moment.

Vous comprenez donc maintenant pourquoi je vous ai dit que j’avais eu du mal à les cerner, je ne parviens même pas à vous les décrire vraiment et à exprimer un avis clair sur eux. La maladresse de l’auteur dans sa manière de présenter ses personnages et de détailler son scénario sont probablement les plus grandes faiblesses de cette histoire.

En ce qui concerne les dessins, vous avez des planches magnifiques, tout est décoré et les scènes de combat sont vraiment impressionnantes. Mais, on a aussi du moins bon. Les chara-designs sont originaux mais les visages des personnages sont parfois mal dessinés je trouve. En tout cas le tome est bien complet si on oublie ce petit défaut, on voit que l’auteur a travaillé dessus, si ce n’est qu’il n’a pas eu le temps de gérer les proportions de certains visages comme il faut.

En ce qui concerne la couverture, elle attire l’œil, on remarque bien le côté Steampunk et Lucja en jette dessus. Mais elle reste dans le fond plutôt simple, sans relief, et n’attire pas tant que ça l’attention dans une collection. J’ai trouvé la traduction par moment maladroite dans le titre et il y a même une coquille à un endroit alors qu’il n’y a pas tant de dialogues que ça dans ce manga, ce qui est bien dommage.

 

En conclusion, Lucja, A Story of Steam and Steel est une histoire originale avec un univers dynamique, riche, vaste, mais qui ne vous laisse pas le temps de vous poser. Il vous faudra un peu de temps d’adaptation pour comprendre tout l’univers de ce titre, mais il vaut le coup d’œil pour le côté imaginatif de l’auteur et l’aspect médiéval steampunk si rare. Les moments d’action sont courts mais intenses et donnent envie d’en voir plus, mais l’histoire se lit un peu trop vite et donne parfois l’impression d’être Rush. Je ressors de ma lecture assez mitigée, d’autant que j’ai eu du mal à m’accrocher aux personnages que je trouve pour le moment maladroitement construits. J’ai du mal à voir où toute cette histoire va nous mener mais les mystères et les combats impressionnants me donnent tout de même envie de lire la suite, en espérant que les maladresses de l’auteur laisseront place à une histoire plus prenante et intéressante. Franchement, si vous voulez découvrir du médiéval Steampunk avec de belles scènes d’action, je pense que ce titre peut quand même vous plaire malgré ses quelques défauts.

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici !

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *