Critiques,  G-H-I,  Maisons d'Edition,  Manga,  Nobi Nobi

Horimiya

Tout le monde a un

côté qu’il ne veut pas

montrer aux autres

Horimiya est un Shônen de Hero dessiné par Daisuke Hagiwara. Publié au Japon depuis 2011, il s’est terminé en 16 tomes en 2021. En France, les éditions Nobi Nobi ouvrent leurs horizons à un public plus adulte et nous proposent les deux premiers tomes en Janvier 2022.

 

Kyoko Hori est une jeune lycéenne ordinaire, populaire et admirée par tous les garçons. Izumi Miyamura, lui, est un de ses camarades de classe aux airs d’otaku sous ses grandes lunettes et sa nature calme et timide. Mais après les cours, tous les deux revêtent leur vrai visage: Hori s’occupe de son petit frère, des tâches ménagères tout en trouvant du temps pour faire ses devoirs. Tandis que Miyamura se plaît dans les tatouages et les piercings. Les apparences sont parfois trompeuses…

 

Ce manga était très attendu des lecteurs en France, mais saviez-vous qu’il y a eu une adaptation anime? Celle-ci est disponible sur Wakanim depuis le début de l’année 2021!

Horimiya est un manga qui nous prouve bien que les apparences sont parfois trompeuses. En effet, on a deux personnages que tout semblait opposer et qui, pourtant, vont se rapprocher par leur différence et le secret qu’ils cachent. On a tous quelque chose qu’on aimerait garder pour nous, et pour eux, ce sont leur véritable apparence et leur vie en dehors des cours. Si au début chacun a son secret, on se rend compte que celui-ci est très vite partagé par nos deux protagonistes et qu’un nouveau secret apparaît: la relation cachée qui se développe entre eux. Ce côté apparences trompeuses me refait penser à Criminelles Fiançailles qui est sorti il y a peu, mais sans le côté psychologique cruel qui s’y développait. Les personnages ont chacun une double vie un peu comme dans Switch Girl, et c’est ce qui rend le manga si intéressant. Dans un premier temps, l’auteur a su nous attirer par des secrets qu’on veut voir protégés, mais on se doute bien que la vérité finira par éclater et c’est ce qu’on attend: Le moment où tout sera révélé.

Ce côté double vie est déjà vu, je vous en ai déjà cité deux mais je pourrais encore parler de True Beauty qui est sorti il y a peu aussi. Cependant, ce qui est original ici, c’est toute la relation secrète qui se développe entre nos deux protagonistes, mais également de savoir ce qui va arriver après la révélation des secrets à tout le monde. Le manga faisant 16 tomes, et les secrets commençant déjà doucement à se dévoiler au bout du premier volume, on se doute bien qu’ils ne vont pas durer longtemps. On se rend bien compte que tout ce qu’on voit durant le premier volume n’est que le scénario de base de l’auteur et que celui-ci a su développer son idée pour créer une histoire unique.

De plus, Horimiya est un titre que je trouve vraiment dynamique. Malgré les nombreuses bulles de dialogue, on ne s’ennuie pas en le lisant. Chaque chapitre aborde un moment entre Hori et Miyamura, puis à force de rencontres et de développement de relations, leurs amis se joignent à l’histoire. Il se passe toujours quelque chose de différent. En utilisant plus de personnages l’auteur se permet d’utiliser des interactions nouvelles et distinctes, mais également de développer des intrigues secondaires et pour autant intéressantes et utiles à l’évolution de notre duo.

Le dynamisme vient également par le côté amusant du titre. On a énormément de quiproquos qui se créent entre les personnages et qui nous font beaucoup rire, d’autant que leurs réactions et leur personnalité sont amusantes. On a également une répartie chez les protagonistes qui est souvent très ironique ou qui tourne l’autre en dérision. De même, il y a beaucoup d’humour autour de l’amour, comme avec Toru et Hori ou Miyamura et Yuki.

On a d’ailleurs une romance principale qui commence doucement à se développer. Pour le moment les personnages n’ont pas l’air de réellement se rendre compte de leurs sentiments, pourtant, nous lecteurs, on se rend bien compte du rapprochement progressif entre Hori et Miyamura. Personnellement j’aime beaucoup la manière dont cette relation évolue, je la trouve très naturelle, rien n’est forcé et c’est un véritable point fort de ce manga.

De manière générale, toutes les relations se développent en douceur et grâce à une action précédente. Horimiya est un manga très axé sur les relations et leur évolution et ça se voit. Si au début du volume Miyamura est un personnage solitaire, sa rencontre et le dévoilement de son secret auprès de Hori va commencer à tout changer et à bouger les relations autour d’eux. À force de se côtoyer, rien que dans le premier volume, Miyamura se retrouve à se rapprocher des amis de Hori, à commencer par Toru et très légèrement pour le moment de Yuki. Mais le plus original, c’est qu’il découvre d’abord la famille de Hori, avant de découvrir ses amis, que ce soit son petit frère ou sa mère. Peu à peu, au fil des rencontres et des moments passés, on le voit s’ouvrir aux autres en commençant par Hori et son frère, puis petit à petit ses amis. Si cette ouverture n’est pas encore complète, on aime la voir progresser, prendre son temps et observer Miyamura devenir plus heureux et épanouie dans sa vie lycéenne.

 

Certes, c’était un peu gênant, et je suis encore sous le choc. Faut dire que t’es pas du tout le même, au lycée. Mais ça vaut pour moi aussi alors j’ai aucune raison de t’éviter…

– Hori

 

Mais l’évolution des relations ne concerne pas uniquement Miyamura, je trouve que Hori s’en retrouve également changée. Si pour le moment cela se voit très peu, je pense que plus les volumes vont passer, plus elle va assumer son côté femme au foyer auprès des autres. Toru commence d’ailleurs déjà à la connaître un peu plus grâce à Miyamura. On se rend bien compte que Hori apparaît d’une manière différente aux yeux de ses camarades de classe et j’espère qu’en acceptant qui elle est vraiment, Hori arrivera à se dévoiler aux autres et à s’épanouir également.

Je vous ai déjà pas mal parlé de Hori et Miyamura durant cette critique, c’est pourquoi je m’attarderai plus sur des personnages plus secondaires à présent.

On pourrait notamment parler de Toru. Il a l’air un peu brusque au premier abord, mais il était amoureux de Hori et n’a pas hésité à se déclarer. C’est également le premier qui ose approcher Miyamura après Hori et qui l’accepte malgré ses différences. C’est un bon gars dans le fond et le personnage secondaire clé qui débute l’ouverture de Miyamura aux autres.

Yuki, elle, est l’amie de Hori. Elle aurait pu être la première amie à découvrir la vérité sur Miyamura, mais elle est plutôt naïve. Nul doute cependant qu’elle ne tardera pas à se rendre compte de qui il est vraiment. C’est un personnage dynamique qui se méprend beaucoup mais qui a un bon fond. On la voit peu à peu avoir des interactions avec Toru et Miyamura en plus de Hori et personnellement je la vois bien avec Toru, je sais pas ce que vous en pensez!

En tout cas, j’aime tous les personnages de Horimiya pour le moment. Je les trouve tous bienveillants, ouverts, compréhensifs. Je pense qu’il faut juste qu’ils apprennent à ne pas se fier à la couverture d’un livre. Pour le moment, qu’ils soient tous gentils n’empêche pas de faire un scénario prenant, mais j’espère voir d’autres personnages par la suite qui mettraient des bâtons dans les roues de nos protagonistes, et qui permettraient de créer des doutes, des peurs et un peu plus de sérieux dans leur relation. L’auteur saura probablement les introduire au moment opportun puisqu’il a l’air de vraiment bien doser son titre et la manière dont avance son scénario.

En ce qui concerne les dessins, les chara-designs sont agréables, les expressions sont variées, les tenues des personnages changent pas mal, les planches sont bien remplies, les décors sont présents, de même que les trames. Pour le moment on n’a pas vraiment de planches qui se démarquent des autres, tout est bien réparti.

Franchement le dessin est d’un bon niveau. La répartition des cases est également bien variée et parfaitement lisible malgré de nombreuses bulles de dialogues. J’aurai peut-être aimé un peu plus de grandes planches pour les moments marquants mais c’est du chipotage.

 

En conclusion, Horimiya traite des apparences trompeuses d’une nouvelle manière , mêlant secrets dévoilés et nouveau secret, nouvelles relations et ouvertures de personnages aux autres. C’est un titre dynamique où il se passe toujours quelque chose et qui possède énormément de personnages. Aucun n’est mis de côté, ils servent tous à développer les relations, relations qui sont par ailleurs très bien construites et évolutives au fil de la lecture. C’est également un manga qui possède beaucoup d’humour et qui développe peu à peu un aspect romantique naturel. Aucune relation ne paraît forcée et c’est agréable de les voir évoluer. C’est un titre prenant avec des personnages bienveillants et qu’on adore. C’est un manga frais, pétillant, feel good et il nous tarde de lire la suite!

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *