Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Nobi Nobi,  P-Q-R

Power Gamer Adventure

Par le pouvoir du

cube ancestral !

Power Gamer Adventure est un Shônen écrit et dessiné par Kazuyoshi Seto. Ce titre a commencé sa publication en 2016 et comporte un total de 4 volumes. En France, ce manga a été édité en Mai 2021 et son quatrième et dernier tome vient tout juste de paraître en ce mois de Novembre 2021 aux éditions Nobi Nobi !

 

Skill Saiba est un jeune garçon considéré comme l’un des meilleurs joueurs au monde. Ce gamer invétéré fait partie de ceux qu’on pourrait appeler les hardcore gamer. Tout défi dur à relever est bon à faire ! Et c’est comme ça qu’il est sélectionné pour jouer à un jeu bien plus dur que tous les autres… Un jeu interdit où la défaite correspond à une mort pure et simple sans retry…

 

Tout d’abord, il est bon de rappeler que Power Gamer Adventure se destine à un public plus jeune  (8 ans et plus) et de ce fait l’histoire peut vous paraître enfantine. Sachez toutefois qu’au vue des multiples références, ce manga plaira même aux plus grands qui se régaleront de chaque clin d’œil !

Power Gamer Adventure est clairement un titre fun qui se lit sans se prendre la tête. Dès les premières pages, les références s’enchaînent et vous font sourire. En même temps, quand le compagnon de Skill Saiba s’appelle Cube et provient de Super Tonio (Mario), vous comprenez rapidement dans quel genre d’aventure vous vous embarquez ! Et ça Saiba l’a très bien compris, et il ne tardera pas à s’éclater à redécouvrir les mobs des jeux auxquels il a joué et à les combattre avec différentes armes provenant toutes d’un jeu différent. En effet, Cube applique un effet assez similaire à ceux dans Super Mario, taper dedans et un item en jaillira. La seule différence est qu’ici ce n’est pas un item spécifique à Mario qui sortira mais une arme aléatoire pouvant venir de n’importe où mais ayant les mêmes effets que dans le jeu d’origine. Pour la première fois, Saiba recevra de Cube une pioche de Pinecraft, et oui, il devra s’en servir de la même façon qu’on le ferait dans Minecraft. C’est là qu’il devient très amusant de suivre et découvrir ce que la “loterie” va lui accorder. Car toutes les armes ne sont pas forcément pratiques à utiliser contre n’importe quel ennemi. Skill Saiba doit donc en permanence s’adapter et trouver des solutions pour parvenir à battre les monstres.

Monstres, qui apparaissent par ailleurs par le biais de « failles » entre le monde des jeux et le monde réel. Tout ceci est vraiment à voir comme un jeu tout ce qu’il y a de plus classique car ici, pas de but particulier si ce n’est de dévaster le monde et se battre contre le Power Gamer qui se trouve être Skill Saiba. À noter tout de même que les mobs ne seront pas les seuls ennemis de Skill, mais ça, vous ne le découvrirez pas tout de suite…

 

 

Power Gamer Adventure nous fait passer un super moment où l’on va se replonger dans des bouts de jeux auxquels on a potentiellement joué et c’est un petit plaisir en partie nostalgique qui nous fait dévorer le tome sans voir le temps passer, un peu comme lorsqu’on était tellement à fond dans un jeu que l’on ne voyait pas les heures s’écouler !

Toutefois, vous ne devez pas vous attendre à vraiment plus de ce titre. L’intrigue est un prétexte pour placer des références en tout genre, et le récit a un côté très enfantin mais en même temps c’est le but de l’œuvre. Gardez donc ça en tête si jamais vous vous lancez dans la lecture de ce manga, vous adorerez certainement les nombreuses références en tout genre, la façon dont sont transportées et utilisées les armes des jeux dans des contextes très différents et l’ingéniosité dont fait preuve Skill Saiba, bien que pour ce dernier point, cela est parfois assez simplet ou tiré par les cheveux.

Il est également cool de le voir partager sa passion des jeux vidéos et de montrer à une personne de son entourage qui était réticente, à quel point les jeux vidéos peuvent être intéressants et instructifs.

En parlant du protagoniste, Skill Saiba est plus passionnant qu’on ne pourrait le croire. Je l’ai même trouvé classe à plusieurs reprises ! Pour rentrer plus dans les détails, il paraît dans un premier temps comme un gros joueur possédant une passion débordante et un talent inné. Il est bien plus fort aux jeux que n’importe qui d’autre et se retrouve facilement à faire du lèche vitrine de boutiques de jeux vidéos. En un sens, il ressemble à certains d’entre nous (le talent en plus probablement, haha) ce qui fait que l’on s’y accroche rapidement et que ça provoque une certaine nostalgie pour les plus grands. Il est excité à l’idée de relever de nouveaux défis même si on se demande s’il a vraiment conscience de risquer sa vie. Toutefois, lorsqu’il met fin à un combat, c’est vraiment stylé !

 

“Enfin une arme avec laquelle je peux me battre ! Tu vois Cube ? T’en es capable, quand tu veux !”

– Skill Saiba

 

Quant à Cube, disons que c’est comme si Happy de Fairy Tail et Kaito (enfin sa capacité Crazy Slot) de Hunter x Hunter avaient fusionné en un bloc de Mario. C’est une jolie décoration qui fait, et de l’humour, et des items bancals. Bon c’est un peu méchant, mais en réalité il est quand même sympathique même si je ne suis vraiment pas loin de la vérité. Il reste un fidèle compagnon marrant et sûrement attachant qui colle bien au titre (même s’il fait combattre des enfants à la mort sans scrupules).

 

 

Pour ce qui des dessins, c’est simple mais efficace. Le trait de l’auteur permet de capter les références très facilement et même de rendre les creepers (enfin les crippers 😉 ) trop mignons ! Le manga se veut donc accessible et passe également par un aspect “simplifié” des combats les rendant très lisibles. Les décors aussi se veulent simples et ne montrent que l’important.

Le chara-design est agréable à l’œil et fait penser à des œuvres comme Kingdom Hearts. J’apprécie par ailleurs beaucoup le bonnet de Skill en mode manette, il est superbe !

Niveau expressions faciales on n’invente rien mais ça permet d’afficher des têtes hilares qui, je l’admet, font leur petit effet et entrent bien dans l’idée qu’on se fait du titre.

 

Alors en conclusion, Power Gamer Adventure est un manga qui peut plaire à tous, que ce soit les enfants (8 et +) ou bien les plus adultes, la seule condition sine qua non est d’aimer la culture pop et d’avoir joué à différents jeux vidéos afin de mieux profiter des références qui, je vous rassure sont assez “communes”, vous n’aurez pas non plus des jeux inconnus au bataillon pour toute personne vivant hors du Japon.

En tout cas, pour tout gamer, ce titre vous fera sûrement sourire et vous apprécierez certainement de le lire et ce, sans vous prendre la tête !

 

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *