Critiques,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga,  Noeve Grafx

Miss Kobayashi’s Dragon Maid

Un quotidien 

plus ou moins 

normal

Miss Kobayashi’s Dragon Maid est un Seinen de Coolkyousinnjya, publié au Japon depuis 2013 où il comporte 11 tomes en cours. Le premier tome nous arrive en France chez Noeve Grafx en Juin 2021.

 

On y suit l’histoire de Mlle Kobayashi, qui vit une vie ennuyeuse entre le travail et son minuscule appartement où elle vit seule. Mais un jour, après avoir un peu trop bu, elle invite un dragon à vivre chez elle, lui sauvant la vie. Tohru s’installe donc en tant que Maid et un quotidien mouvementé débute alors.

 

Avant de commencer à parler du scénario, sachez qu’il existe une adaptation anime de ce manga, disponible sur Wakanim et Crunchyroll (la saison 2 arrive sous peu). Adaptation qui est par ailleurs excellente et qui sublime bien plus certaines scènes du manga.

Pour en revenir à notre scénario, Miss Kobayashi’s Dragon Maid est un manga de type Slice of Life, et on suit donc un quotidien très humoristique entre une salariée blasée et une dragonne maladroite un peu trop amoureuse, mais pas que. Dès le premier tome on peut se rendre compte que l’auteur ne va pas nous laisser dans des chapitres redondants avec uniquement deux personnages, puisque rien que dans ce premier tome on nous présente six personnages différents, dont plusieurs d’entre eux sont des dragons avec une personnalité bien à eux qui ne feront que pimenter ce titre. Et je peux vous dire en ayant vu l’anime que ce ne sont pas les seuls personnages hauts en couleur qu’on aura.

L’auteur a su donc proposer un manga assez épisodique mais non redondant, commençant par habituer le lecteur à la présence de Tohru chez Kobayashi, puis introduisant petit à petit, via coups de téléphones puis invitations, d’autres personnages qui feront des apparitions plus ou moins fréquentes afin de casser le côté répétitif.

En plus de cela, Miss Kobayashi’s Dragon Maid ne se contente pas d’être un manga Slice of Life classique où les moments de vie s’enchaînent puisque ( même si on ne le voit peut être pas vraiment dans le premier tome), un fil conducteur sur la présence de Tohru sur terre et sur sa relation avec Kobayashi va être mis en place petit à petit. On a déjà quelques indices, comme un vague souvenir de Kobayashi à la montagne rencontrant Tohru, ou encore juste les autres dragons qui parlent de Tohru comme d’une personne importante ayant disparue de son monde. Ce petit fil conducteur est certes pour le moment fin, mais promet certainement une suite plus complexe et scénarisée.

Pour en revenir sur le fait que ce titre n’est pas un Slice of Life classique, on pourrait le comparer à Nichijou, qui nous proposait déjà à l’époque des moments de vie absurdes et drôles, ou encore à Yotsuba &. En effet, même si Miss Kobayashi’s Dragon Maid semble se dérouler dans un univers enclin au fantastique contrairement aux deux autres titres, il nous propose cependant le même humour décalé, absurde, qui vise vraiment à faire rire. Entre les scènes où Tohru tente de séduire Kobayashi et où celle-ci la recale de manière blasée, celles où Tohru semble cuisiner des choses étranges, le choc des cultures entre les dragons et les humains de ce monde, les moments où la force des dragons dépassent un peu trop ce à quoi s’attendait Kobayashi, on est servi.

D’autant que cet humour est appuyé par une flopée de références comme Harvest Moon ou le Kannamehameha (que j’ai trouvé tristement moins impressionnant que dans l’anime d’ailleurs) qui vous feront sourire plus d’une fois.

 

Ce que j’aime le plus c’est vous Miss Kobayashi!

– Tohru

 

En plus d’un scénario atypique et drôle, Miss Kobayashi’s Dragon Maid nous présente une ribambelle de personnages tous plus uniques les uns que les autres. J’aurais envie de tous vous les détailler mais cela me prendrait beaucoup trop de temps, c’est pourquoi je me contenterai de Kobayashi, Tohru et Kanna.

Mlle Kobayashi est un personnage assez blasé, un peu garçon manqué, qui ne semble pas heureuse au début, et qui n’hésite pas à avoir du répondant quitte à être parfois plutôt cassante, mais c’est ça qu’on aime. C’est le personnage qui va donner la réplique durant le comique et qui va permettre de terminer les moments d’humour avant qu’ils ne partent trop loin. Il s’agit probablement du personnage le plus normal de ce manga, si ce n’est qu’elle n’est pas plus choquée que ça de voir des dragons et qu’elle est d’un calme à toute épreuve. Cependant ne la faites pas boire, vous pourriez finir traumatisé.

Tohru apparaît d’abord comme un dragon effrayant, mais au final on arrive à la trouver mignonne même sous sa vraie forme ce qui est plutôt incroyable, on ne va pas se le cacher. Elle est dynamique et aimante envers Kobayashi, en plus d’être gentille avec les autres dragons, du moment qu’ils ne veulent pas du mal à sa maîtresse. C’est un personnage qui mène probablement une double vie, elle est au bas de la hiérarchie chez Kobayashi puisqu’elle a le rôle de maid, mais semble avoir un statut important chez elle. Sa maladresse joue beaucoup sur le comique de l’œuvre, de même que son amour passionné pour Mlle Kobayashi qu’elle idolâtre. J’espère voir leur relation évoluer peu à peu, et je suis persuadée que Tohru sera celle qui remettra de la joie dans sa vie.

Enfin, Kanna est le personnage le plus mignon, le plus adorable de ce manga. Que ce soit dans l’anime ou dans le manga, elle est présentée comme une enfant mignonne, avec des réactions maladroites, et j’ai vraiment hâte qu’on développe un peu plus son histoire, car oui, vous n’avez pas fini de vous attendrir devant ce petit être!

Rien qu’avec ces trois personnages on peut voir que ce manga nous promet des personnalités toutes plus farfelues et attachantes les unes que les autres.

Enfin, on peut dire que le dessin de l’auteur est plutôt simple. Les chara designs sont très particuliers, mais on s’y habitue. Le manga est très axé sur le côté gag, ne vous attendez donc pas à du dessin très détaillé et des décors somptueux, on se concentre ici vraiment sur l’humour et l’auteur a préféré aborder une ambiance épurée pour que le lecteur se concentre vraiment sur les personnages et l’action qui se déroule. Il y a néanmoins quelques planches très détaillées qui accentuent souvent la puissance des dragons et rendent le comique de la situation bien plus impactant. Même si les pages me paraissent parfois un peu vides, ce style semble coller parfaitement à ce type de manga et au final on s’y habitue plutôt bien, j’en viens même à apprécier ces planches simples, faciles à lire et l’humour y est montré de manière claire.

Pour ce qui est de l’édition que nous offre Noeve Grafx, la couverture a un effet écailles qui rend juste superbement bien avec le thème de l’histoire! On voit qu’ils ont mis beaucoup de soin à l’édition de cette licence et ça fait plaisir!

 

En conclusion, j’étais déjà une grande adepte de l’anime que j’avais beaucoup appréciée à l’époque. Même si quelques scènes du manga m’ont semblé plus pauvres, celui-ci est toujours aussi excellent à redécouvrir. L’humour y est retranscrit de manière lisible et c’est agréable, on ne se prend pas la tête pour lire les planches. Les personnages hauts en couleurs et le scénario atypique nous offrent un Slice of Life qui sort de l’ordinaire et qui est, ma foi, plutôt divertissant et agréable à lire. En plus, malgré son côté épisodique, le manga nous promet probablement une histoire plus profonde si on en apprend plus sur le monde des dragons. Ne vous arrêtez pas au style un peu étrange du manga, si vous avez aimé Nichijou ou Yotsuba &, ce manga est fait pour vous.

L.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *