A-B-C,  Critiques,  Kana,  Maisons d'Edition,  Manga

Bucket list of the dead

Dead Rising

sauce

nipponne !

 

Bucket list of the dead est un Seinen édité par Kana. Le scénariste de cette merveille s’appelle Asou Haro et ce nom ne vous est peut être pas inconnu car il est à l’origine de séries comme Alice in Borderland notamment (Delcourt/Tonkam). La personne chargée des dessins est Takata Kotaro.

Déjà 7 tomes sont disponibles au Japon depuis 2018, chez nous le premier tome débarque en Mai 2021 !

Tendou Akira est fraîchement sorti de son école. Le diplôme en poche, il commence naïvement sa vie professionnelle en travaillant pour une grande entreprise. Sa motivation est indéniable et il se met à bosser d’arrache pied, mais pas seulement par envie… En effet il est tombé sur ce qu’on appelle une “Black Company”, autrement dit, il est un peu comme un esclave devant travailler sans compter les heures et dans des conditions très difficiles. On ne peut même plus parler de métro boulot dodo étant donné qu’il ne peut quasiment même plus rentrer chez lui. MAIS ! Un beau jour alors qu’il est enfin rentré chez lui dormir quelques pauvres petites heures, il se rend compte que tout à changé et il percute enfin dans quel genre d’entreprise il a travaillé pendant 3 ans. Il se prend désormais en main et claque tout afin de vivre sa vie, enfin…avant de devenir un zombie en tout cas…

Le speech de départ est assez attrayant. Un jeune, victime de son travail prend enfin son courage à deux mains pour faire autre chose de sa vie qui était en danger. Bon manque de pot, c’est en pleine invasion de zombie qu’il se décide à le faire, mais en soit, c’est aussi grâce à cette dernière qu’il a trouvé le courage de tout changer.

Lorsqu’il apprend que le monde se fait envahir par les zombies, il est heureux. Heureux de ne plus avoir à vivre l’enfer de son job. Heureux de ne plus s’en prendre plein la face par ses supérieurs, d’enfin pouvoir se reposer, être chez lui, voir la lumière du jour en étant dehors. Il a l’impression de revivre, ou plutôt même, de commencer à réellement vivre. Et quelle est la première chose qu’il souhaite faire de sa vie maintenant que c’est l’apocalypse ? Eh bien dans un premier temps, voir la femme sur laquelle il avait flashé en arrivant dans son ancienne entreprise, une collègue de travail qui lui faisait de l’œi et qui l’avait motivé à continuer à travailler durement. Et dans un deuxième temps, il était important pour lui de revoir son ancien boss afin de lui coller à la face son départ définitif. Désormais libre comme l’air, c’est comme s’il n’avait rien sur la peau (disait un grand monsieur du nom de Bob Lennon), il peut enfin vivre tranquillement, boire des bières en se prélassant dans son appartement…

 

« Attends… réfléchis bien… Si ça se trouve… Avec tout ça… Je n’ai plus besoin de retourner travailler ? »

– Tendou Akira.

 

Eh oui, vous ne vous y trompez pas, les zombies pour l’instant ça lui passe quelque peu au-dessus. Ce n’est pour lui absolument pas une priorité, s’il a enfin pu quitter son job c’est pas pour être dérangé par quelques millions de zombies hein. Cette phase de l’histoire est très fun à lire, l’auteur prend le contre-pied total de la majorité des histoires du même genre et c’est un franc succès. On est loin d’une peur des infectés ni d’un combat acharné où l’on a l’impression que tout peut basculer d’un instant à l’autre. Notre protagoniste s’amuse et ne s’est jamais senti aussi libre, il pourrait même réussir à nous rendre jaloux de sa situation quasi idéale en suivant son point de vue !

 

 

L’auteur aurait pu s’arrêter simplement à là avec des situations drôles, burlesques et improbables, mais il décide de rajouter un petit quelque chose qui va donner de la profondeur à son histoire et la rendre plus intéressante qu’une simple comédie un peu parodique.

Tendou Akira va prendre un cahier dont il donnera comme titre : “100 choses à faire avant d’être un zombie”.

C’est là qu’Asou Haro ajoute une pincée d’intérêt qui relève encore un peu plus le manga. En effet, le principe est assez simple, maintenant qu’il a changé de vie, il souhaite en profiter en faisant des choses qu’il n’avait jamais pu faire, classique me direz-vous. Ce que j’apprécie là dedans c’est la formulation qui est marquée comme s’il était certain de finir transformé en zombie. Il a donc conscience du danger imminent qui le guette, malgré son insouciance qui nous saute au nez. Il est loin d’ignorer le danger pour autant, sans le montrer, il craint ce qui l’entoure et ça c’est intéressant ! Malgré ça, parmi les 100 choses qu’il souhaite faire certaines sont parfois assez “puériles”, bien qu’à côté de vœux un peu idiot se cache des souhaits plus terre à terre, comme le fait d’aller voir ses parents. Ça rajoute un peu de tendresse, mais à la fois de la tristesse et de l’inquiétude. Cela nous ramène parfois dans la réalité de la situation, c’est l’enfer dehors et beaucoup de personnes ont déjà succombées.

Enfin vous oublierez tout de même assez vite à quel point c’est bordélique dehors puisque Tendou, après avoir retrouvé un de ses amis tout aussi dérangé, va continuer d’en profiter et de croquer la vie à pleine dent ! Le risque que représente les zombies est le plus clair du temps, une bonne manière d’ajouter des gags en tout genre, pas de quoi faire bondir votre cœur mais bel et bien de quoi vous arracher un rire.

En soit, en lisant ce manga, cela m’a fait penser à deux autres œuvres bien différentes. Tout d’abord un jeu vidéo, Dead Rising, un gros paquet de zombies et du wtf, ça colle plutôt bien ! Quant à l’autre œuvre à laquelle je pense, c’est Kore Wa Zombie Desu Ka ou bien peut-être avez-vous vu passer le manga y’a plusieurs années sous le nom de Est-ce un zombie ? qui avait été édité par Panini. Pas d’apocalypse zombie dans celui-ci mais le titre était également bien décalé est très drôle à voir.

 

 

Pour ce qui est des dessins, Takata Kotaro nous propose de la qualité, le style est très propre et colle bien au titre. On a quasiment constamment des décors et ça c’est plaisant ! Le chara-design retranscrit bien ce que sont les personnages, chacun est très reconnaissable et même si nous avons pour le moment assez peu de personnages clés, nul doute qu’ils seront tous très facilement identifiables, de quoi éviter de se perdre au fil de la parution ! Le rendu global est très sympa et on ne passe pas à côté de deux – trois plans fan service, n’en déplaisent à certains, ils ne se font qu’à de rares occasions.

Le plus grand nombre d’entre vous y trouveront leur compte dans Bucket list of the dead . Ceux qui aiment le zombie, vous êtes servis, ceux qui préfèrent passer un bon moment en s’amusant devant, vous aurez votre compte et pour ceux qui aiment bien avoir un côté un peu plus survival, vous en aurez aussi, en moindre quantité au début, mais l’histoire peut se tourner un peu plus vers ça, que ce soit avec un personnage féminin qui prend la survie très à cœur, et/ou par les souhaits et les choix de notre protagoniste et de son ami qui devraient faire évoluer le récit de façon positive.

Je pense que vous l’aurez compris, j’ai grandement accroché à ce titre décalé mais tout de même complet ! Ce manga a un grand potentiel et j’espère le voir continuer à se diriger sur une bonne voie. Si avec le temps la barrière entre humour et drame s’amincit, cela pourrait se révéler des plus passionnant.

Et vous ? Prêts à vous adonner à une nouvelle aventure ?

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *