A-B-C,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Pika

Chobits

Une rencontre pas 

comme les autres

Chobits est un Seinen de CLAMP, publié initialement au Japon en 2001 et en France en 2002. C’est en 2020 que Pika décide de le rééditer avec une toute nouvelle traduction et le tome 5 sort en Janvier 2021.

 

L’histoire se déroule à une époque où la technologie a évolué et apparaît dans chaque foyer sous forme de “personal computer” ou androïde pour les intimes. Hideki Motosuwa aimerait bien posséder son propre androïde mais c’est un étudiant fauché. Néanmoins, la chance va lui sourire puisqu’il va croiser la route d’un “personal computer” jeté dans les poubelles, aux traits de jolie jeune fille, mais malheureusement celui-ci ne sait dire que “chii” et semble cassé. Cependant Hideki n’est pas au bout de ses surprises, cet androïde possédant en vérité un potentiel que beaucoup convoitent.

Tout d’abord, avant de vous parler de Chobits, laissez-moi vous présenter un petit peu CLAMP. CLAMP est un collectif de femmes mangakas, amies, qui ont décidé de fonder leur propre studio et de créer leurs propres œuvres. Elles s’essaient d’abord principalement au Shojo, puis progressivement tentent un peu plus de Seinen et de Shônen. Leur style est assez reconnaissable et elles créent des œuvres cultes comme Tokyo Babylon, Tsubasa Reservoir Chronicle ou encore Card Captor Sakura. Celles-ci sont souvent bien plus profondes et complexes qu’il n’y paraît et de ce fait très intéressantes à étudier aussi bien pour les sujets traités, que pour leur capacité à insérer des crossovers. Eh oui! Il y a également des Crossovers dans Chobits donc ouvrez bien l’œil durant votre lecture.

Revenons en maintenant à Chobits, et plus particulièrement au scénario du tome un. Pour commencer, on a une rapide et habile présentation de l’univers dans lequel on se trouve et du personnage principal, où on apprend l’existence d’ordinateurs humanoïdes, mais aussi que Hideki est pauvre et étudiant, qu’il se débrouille seul et aimerait bien avoir un ordinateur lui aussi. On peut donc voir que même si les androïdes semblent très répandus dans cette ville, les pauvres ne peuvent tout de même pas s’en procurer, d’autant que l’histoire a été écrite dans les années 2000 et qu’à l’époque toutes les familles n’avaient réellement pas toutes un ordinateur. Je me dis d’ailleurs que Chobits devait déjà être relativement avant-gardiste pour l’époque à proposer une histoire sur des androïdes et à présenter subtilement les dangers et les bienfaits de la technologie sur la société et à plus petite échelle, sur un foyer.

L’histoire évolue plutôt rapidement, Hideki trouvant dès le premier chapitre un ordinateur abandonné et le ramenant chez lui. En un seul tome on a déjà pas mal de personnages qui nous sont présentés, ainsi que l’explication du titre: Chobits que je tairais pour vous laisser le découvrir par vous-même. On a également déjà énormément de mystère qui se développe autour de Chii, l’ordinateur que Hideki a trouvé. On ne sait pas qui est son ancien propriétaire, d’où elle vient, ce qu’elle a de si spécial. En un seul tome CLAMP a su mettre en place une intrigue très intéressante et terminer le tome sur un suspense qui nous donne envie de lire la suite.

En plus de cela, CLAMP a su mêler des moments sérieux à des moments plus légers grâce au personnage de Hideki et des relations qu’il entretient en général avec ses connaissances, où il a tendance à être tourné au ridicule, apparaissant pour un pervers alors qu’il essaie d’être un homme bien. Ce personnage à qui des choses improbables sont en train d’arriver a su aussi bien nous porter dans un scénario sérieux, tout en nous permettant de nous détendre par des planches comiques qui font sourire. C’est également grâce à la présence de Chii que l’ambiance devient plus légère, de par ses imitations pour apprendre parfois maladroites et mignonnes qui mettent notre protagoniste dans l’embarras.

CLAMP a donc su mêler véritablement habilement plusieurs thèmes sérieux à des planches plus légères, faisant que ce titre se lit tout seul et plutôt rapidement et qu’on ne peut s’empêcher d’aller découvrir la suite.

Parlons d’ailleurs de ces thèmes sérieux abordés. Personnellement j’avais découvert Chobits à sa première édition et j’étais plutôt jeune. En le relisant à présent, je me rends compte que Chobits a véritablement un univers vaste remplis de thèmes complexes qui nous montre qu’il s’agit bien d’un titre de CLAMP. J’ai pu alors re découvrir plusieurs thématiques qui ne m’avaient pas plus sauté aux yeux que ça à l’époque. Tout d’abord, comme dit plus haut, Chobits, dans ce premier tome, nous présente déjà un peu l’importance de la technologie, ses bienfaits mais aussi ses dangers. En effet, on se rend bien compte que celle-ci a une place importante dans la société, au point de remplacer certaines tâches faites par des hommes. C’est une problématique qu’il y a souvent eu avec l’industrialisation et la modernisation, mais ici elle est encore plus poussée, puisque ce sont des androïdes qui prennent la place des hommes. Vous pourriez vous dire que c’est un thème qui a déjà été traité plusieurs fois, mais dites-vous que l’œuvre commence à dater et que donc ce n’était pas le cas à l’époque. En plus de cela, on peut voir dans cette problématique le risque que l’Homme ne fasse plus la différence entre la technologie et la famille et c’est quelque chose qui est vraiment inquiétant pour nous à l’heure actuelle.

C’est vrai que les ordinateurs sont attachants, par vrai? Tu ne trouves pas leur compagnie plus agréable que celle des humains?  

– Shimizu

On se rend parfaitement bien compte dans Chobits de la place que prend l’androïde dans la société qui y est décrite. Celle-ci fait des corvées à la place de l’Homme mais peut également servir de remplacement à la perte d’une personne chère. Il peut aussi y avoir la problématique de tomber amoureux d’une machine. On voit bien que CLAMP nous expose les dangers de la technologie. On a d’ailleurs la présence d’un livre lu par Chii durant le tome. Gardez-le bien en tête car ce qui y est dit est certes au premier abord philosophique, mais surtout très représentatif de l’histoire qui se déroule dans le manga. Je pense qu’on peut clairement superposer Chii au personnage de ce livre et c’est probablement la raison pour laquelle elle était attirée par lui.

Un dernier point impressionnant de CLAMP, c’est que rien n’est laissé au hasard. Chaque personnage est important et chaque émotion doit être regardée avec attention. Rien qu’en lisant le premier tome on peut déjà deviner de nombreux personnages torturés et il sera intéressant de découvrir leurs histoires par la suite.

Chobits est clairement un coup de cœur pour moi, si vous l’avez lu quand vous étiez plus jeune n’hésitez pas à le relire, vous découvrirez beaucoup de choses que vous avez loupé à l’époque. L’histoire est prenante et pose énormément de thématiques, si bien que je ne suis même pas sûre de toutes vous les avoir présentées ici. Je pense qu’à chaque relecture de Chobits on a moyen de découvrir un détail qui nous a échappé tant rien n’est laissé au hasard. CLAMP a su mêler une ambiance sérieuse et une autre plus légère à la perfection rendant la lecture totalement fluide et l’écriture des personnages me semble déjà très complète. En plus, pour ceux qui ont besoin d’un côté mignon, Sumomo ou Chii devraient parfaitement vous ravir, l’une par sa petite taille, l’autre par son innocence et sa bouille trop mignonne. Il est néanmoins sûr que ce côté léger finira par la suite par devenir plus sérieux mais c’est nécessaire à l’avancement du scénario et ça n’empêchera pas d’être à fond dans l’histoire.

Enfin parlons un peu des dessins. Le style de CLAMP est très facilement reconnaissable par des personnages souvent fins et grands. Les décors et encrages sont d’ailleurs très opaques et on distingue par moment des traits fins plutôt agréables à l’œil. Si le dessin peut sembler au premier abord vieilli, je trouve qu’il rend quand même encore parfaitement bien et j’ai été plutôt impressionnée par les détails des décors, mais aussi et surtout par la mise en page des planches que je trouve très claire. Les bons éléments sont mis en avant, c’est beau à regarder et agréable à lire. L’ensemble du dessin, tout comme le décor, est minutieux et CLAMP sait mettre en avant leurs personnages féminins notamment par des vêtements et des chevelures très détaillés et gracieux.

En conclusion, on peut donc dire que c’est un sans faute pour Chobits, dont le scénario est passionnant et avance à bon rythme. CLAMP sait nous impressionner aussi bien par leurs dessins que par le détail de l’écriture de leurs personnages ou encore les thèmes qu’elles abordent dans leur œuvre. Le crossover subtile de personnages d’autres séries est également un petit jeu à part entière agréable des titres de CLAMP et je vous invite à bien garder l’œil ouvert pour les repérer. En plus de tout ça, Chobits mêle plusieurs ambiances qui font qu’on ne peut qu’apprécier l’œuvre et être plongé dedans. Il y a 8 volumes au total et la réédition offre une couverture agréable en plus d’une toute nouvelle traduction plus juste et je vous invite vraiment à découvrir ce titre culte si ce n’est pas déjà fait.

Pour ceux qui souhaitent en voir plus, il existe un anime de Chobits qui date un peu mais qui est trouvable en dvd grâce à Kazé.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *