Akata,  Critiques,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga

Magical Girl Site

“Ça ne va pas se

régler en un coup de

baguette magique !”

À méditer…

 

Magical Girl Site est un Shônen de Kentarô Satô qui est également l’auteur de Magical Girl of the End.  Le manga du jour date de 2013 au Japon avec un total de 16 volumes. Quant à nous, ce sont les éditions Akata qui s’en occupent depuis Juin 2015. Le dernier tome vient tout juste de sortir en ce mois d’Août 2021.

 

⚠ Disclaimer, scènes violentes et gores ! ⚠

 

Aya Asagiri est une collégienne victime de harcèlement. Chaque jour elle se fait persécuter et même ses professeurs font comme si de rien n’était malgré les atrocités qu’elle subit de manière parfois très visible. Cela continue malheureusement même chez elle, aucun répit ne lui est accordé. Cependant, lorsqu’un jour elle commence à définitivement flancher elle voit apparaître sur son ordinateur un site étrange lui proposant de devenir une magical girl. Bien évidemment cela lui paraît si improbable qu’elle n’y prête pas attention. Pourtant le lendemain, c’est bien une baguette magique sous forme de pistolet qui l’attend dans son casier. Elle est réellement devenue une magical girl, et pour son premier acte en tant que tel, quoi de mieux qu’un petit homicide involontaire ?

Alors oui dis comme ça on fait les gros yeux et pourtant je ne fais que citer des faits !

Magical Girl Site est également connu pour son adaptation anime qui ne peut laisser indifférent. Tous ceux l’ayant vu se rappellent forcément de ces belles morts, de ces personnages atypiques complètement timbrés de cette fameuse scène avec le frère d’Aya… Aaah que de bons souvenirs pour cette œuvre qualifiée de Shônen ! Nous serons d’accord pour dire que ce n’est pas un manga à mettre dans les mains de n’importe qui.

 

 

Vous l’aurez donc compris, nous ne sommes pas dans un magical girl classique, celui-ci fait bel et bien partie des versions sombres du genre. Nous avons déjà traité de ce genre avec notamment Magical Girl Holy Shit mais là c’est encore dans un style différent et surtout plus sombre avec un côté social plus profond. Sans même parler du côté magique, la façon dont est traitée Aya au début de l’œuvre est déjà bien représentative de la dureté du titre. Elle n’est même pas traitée comme une humaine, c’est littéralement le Bob de Joyca, un Être ne servant qu’à prendre des coups pour le bien d’autrui, car oui, Aya destresse efficacement les gens c’est une certitude, “petit” bémol, c’est contre son gré.

De ce fait, elle a été considérée comme une personne malheureuse (curieusement hin) et a donc reçu la fameuse baguette dont je vous parlais qui est en forme anodine de pistolet (y’a des cœurs dessus alors ça va c’est mignon). Elle possède donc un grand pouvoir qui implique de grandes responsabilités mais elle n’est pas la seule ! Des personnes malheureuses qui possèdent des objectifs plus ou moins sombres, il y en a pas mal et tous n’auront pas de regrets à utiliser leur arme. En même temps, elles ont un avantage qui joue beaucoup sur la balance entre le bien et le mal, c’est le fait que ces pouvoirs donnent une différence de force tellement grande comparé à quelqu’un sans qu’elles ne seront jamais inquiétées d’être condamnées. Enfin en tout cas, pas condamnées par la police car libre aux magicals girls de se battre entre elles, voire de se tuer… Elles n’ont absolument aucune limite, ah si, à part le symbole sur leur poignet qui fait office de barre de vie. En effet, plus elles utilisent leur baguette, plus leur espérance de vie est réduite et ce, jusqu’à ce que ça les tue.

Et comme si cela ne suffisait pas pour ajouter de la tension, elles ont une sorte d’épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Sur l’étrange site qui leur a donné l’occasion de devenir des magicals girls se cachait un compte à rebours d’une durée totale d’un mois et nul ne sait exactement ce qui se produira lorsque le décompte arrivera à zéro….

 

 

“Tant de malheurs… Tant de malheurs… C’est pour cela… Que ces pouvoirs magiques… te sont confiés. Ce site te fera bientôt parvenir ta baguette magique personnelle. Libre à toi de l’utiliser ou non.”

– L’administratrice.

 

 

En dehors du récit qui nous plonge tout de même dans une histoire intrigante et intéressante, ce sont les personnages qui ajoutent la note épicée du titre.

On a le personnage d’Aya Asagiri qui, malgré sa condition de vie horrible, a le cœur sur la main, ne souhaite pas faire de mal aux autres ni se venger, et ne veut qu’aider autrui. Oui, on ne peut pas dire qu’elle est rancunière ! Malgré sa réticence à utiliser son pouvoir, elle essaye tout de même de faire de son mieux, bien qu’au début elle soit beaucoup appuyée par un de mes personnages favoris de cette histoire, Tsuyuno Yatsumura.

Cette dernière est un pilier pour Aya qui souhaite toutefois rester à ses côtés afin de ne pas la laisser seule, vous comprendrez pourquoi. En tout cas, Yasumura possède une baguette très puissante lui permettant de vous faire lire le manga pour le découvrir. De ce fait, elle est une alliée très importante en dehors du soutien psychologique qu’elle apporte. Mais ce n’est pas son pouvoir qui est le plus intéressant chez elle, mais son caractère. Elle fait plus office de femme forte qui n’a pas froid aux yeux et qui ne se laisse pas faire. Elle obtient par ailleurs une vengeance absolument mémorable qui est à la fois horrible et à la fois, on se dit qu’elle ne pouvait pas rêver mieux. Cela m’a un peu fait penser à la vengeance de l’eunuque, Lord Varys, dans Game of Thrones.

Je ne peux donc que m’incliner face à cela.

Quant aux autres personnages, il y en a plusieurs à découvrir dans les prochains tomes mais ce qu’il faut savoir avec ceux qui sont déjà présents dans celui-ci, c’est que la folie n’est jamais très loin…

 

 

Les illustrations de Kentarô Satô sont d’un style atypique, ce qui coordonne parfaitement l’esprit du titre. Toutefois, si les chara-designs sont très cools et travaillés, on ne peut pas forcément en dire autant des décors qui sont, à mon goût, un peu trop absents.

Malgré cela, l’œuvre est visuellement plaisante et les phases un peu plus d’action sont attrayantes, de plus le côté gore est bien prononcé ce qui ne plaira peut être pas à tout le monde mais au moins il est bien fait et c’est accrocheur.

En conclusion,  Magical Girl Site est un bon manga dans le genre du Dark Magical Girl, on a tout ce qu’il faut pour l’apprécier : pas de côté trop niais (un peu avec l’héroïne mais c’est assez léger par rapport au reste), du social avec ses débordements, de la violence, du sang, du gore, de la folie et une bonne dose de mystère !

En somme, ce manga a de quoi plaire aux fans du genre mais attention par contre aux personnes qui pourraient être sensibles à ce genre de chose, c’est du magical girl, oui, mais loin des clichés !

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *