Akata,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  V-W-X

Wombs

La force par le sacrifice.

Wombs est un Seinen écrit et dessiné par Yumiko Shirai. Sorti initialement en 2010 au Japon, il s’est fini en 5 tomes. En France, c’est avec les éditions Akata que nous retrouvons ce titre dont le premier tome est sorti en Mars 2021. Actuellement le 5e volume est sorti en Avril 2022.

Les Firsts ont découvert une planète qu’ils ont nommée Jasperia. Malheureusement ils ne furent pas les seuls et les Seconds les rejoignirent très vite et ce, non pas pour y vivre ensemble, mais pour se battre pour le contrôle de cette nouvelle terre.

Le conflit dure depuis plus de 20 ans et aucun camp n’est prêt à baisser les armes, par ailleurs, chez les Firsts, le recrutement continue et des citoyens sont réquisitionnés pour y participer. C’est le cas de Mana Oga, qui, perdue entre son désir de vivre dans les plantations de sa famille, son petit-ami et les propagandes alliées comme ennemies, va désormais vivre entourée d’enfer là où les secrets ne cessent de s’additionner…

Le nom de Wombs vous dit peut-être quelque chose, en plus d’avoir été fortement plébiscité par l’édition, c’est également un titre qui, au Japon, a reçu plusieurs prix comme indiqué sur le bandeau de l’œuvre.

Malgré ça, la série m’intriguait sans vraiment savoir dans quoi j’allais mettre les pieds. Et mon premier ressenti ne m’a pas trompé, j’étais perdu ! Il s’agit de science-fiction, par extension, cela va souvent avec le bizarre et la guerre, et là pas de soucis il y a les deux et par ailleurs, la guerre a déjà commencée il y a 20 ans, on arrive donc en plein milieu avec seulement le point de vue du camp des Firsts (et non, on ne parle pas de ceux sur youtube !). De ce fait, tout nous parait un peu flou, on ne comprend pas bien ce qu’il se passe. Mais, si ce flou reste permanent au vu des mystères et des secrets bien gardés, le brouillard se lèvera peu à peu pour mieux cerner la situation.

 

“Aux premières lueurs de la lune … je serai à tes côtés. Promis, je serai à tes côtés… »

– Narration.

Et ce n’est décidément pas beau à voir… Pour commencer, il y a plusieurs choses à savoir. Déjà, nous ne savons pas depuis combien de temps l’humanité voyage dans l’espace, ce n’est pas non plus daté, tout ce qu’on peut déduire, c’est qu’au vu de leurs infrastructures et bien évidemment de leurs voyages dans l’espace, c’est une civilisation avancée. On sait également qu’ils ont réussi à utiliser un élément de ce Jasperia pour créer quelque chose d’unique permettant la téléportation. Et c’est véritablement sur ce point-là que l’histoire va se centrer. À tel point que durant l’entièreté du premier tome (qui est tout de même conséquent) nous ne percevons pas les “ennemis”.

Cette “technologie” mise en place par l’armée, ce sont des femmes qui vont s’en servir, ou plutôt, ce sont elles qui vont être utilisées.

Nous allons suivre de jeunes recrues, toutes âgées de plus ou moins 20 ans. Mana Oga a été contrainte de rejoindre l’armée et est désormais sous les ordres directs de la sergente Almare.

Tout comme n’importe quelle armée, la phase d’entraînement est inévitable, malgré leur rôle quelque peu différent des soldats lambdas, elles doivent être suffisamment fortes à la fois physiquement et mentalement pour faire face aux événements futurs.

 

Elles n’éviteront pas les champs de bataille même si leur rôle sera différent, et surtout, elles auront quelque chose “en plus”. C’est le moins qu’on puisse dire pour parler de la “chose” qui va leur être greffé dans leur utérus. Et oui, à partir de là commencent les questions éthiques inhérentes à la SF.

Je ne vais pas rentrer dans les détails du processus, déjà parce que l’auteur reste assez flou là-dessus pour le moment, mais aussi pour que vous puissiez vous aussi découvrir cela. En tout cas, ce n’est pas vraiment de l’approbation qui ressortira en premier lieu, on se rend vite compte que les plus hauts gradés gardent la main sur certaines informations et que ce n’est pas vraiment la santé ou la vie qui importe dans les décisions, seul le résultat compte, et en ce sens, on peut dire que la fin justifie les moyens. Surtout que nous restons dans un point de vue unilatéral, sans réelle confrontation de point de vue comme on pourrait avoir dans Les héros de la Galaxie par exemple.

De ce fait, les seules remises en question sont de la part des nouvelles recrues et de la part notamment de la sergente Almare. Et encore, difficile de parler de remise en question, en effet, la plupart semblent adhérer au principe même, cela n’empêche pas la peur ou l’appréhension, mais personne n’indique de contestation. Elles ont même eu plus de mal à avaler le rude entraînement que certaines choses qui paraissaient, à mon égard, bien plus malsaines.

De ceci en résulte un constat, ce qu’il se passe au sein de l’armée n’est pas entièrement approuvé par tout le monde, il y a même eu des changements dans le traitement de ces femmes. Le peuple possède quelques pauvres informations et cela ne fait pas non plus l’unanimité. Malgré ça, la priorité pour eux est de gagner la guerre et les moyens utilisés pour ce faire sont tous bons à prendre du moment qu’ils sont efficaces.

Il est donc difficile de se dire qu’on est du côté des “gentils”, Yumiko Shirai, nous présente une histoire loin des clichés manichéens, personne n’est tout blanc ou tout noir, tout comme Almare qui bien qu’elle tente d’améliorer les conditions ne peut se soustraire à ses obligations. On peut donc tout à fait la voir comme étant une bonne personne, mais elle n’est en aucun cas un ange.

Et c’est un point que j’apprécie grandement, rien n’est simple, rien n’est non plus tout noir ou tout blanc et ce, quel que soit le personnage. Même la première décision que prend Oga avant de rejoindre l’armée est discutable.

On voit également que notre protagoniste a tendance à se voiler la face. Elle sait au fond d’elle que c’est étrange, elle ne se laisse pas entièrement influencer par les propagandes des différents camps bien qu’elle choisit malgré tout de croire en sa patrie, à tort ou à raison. Elle préfère donc croire qu’elle fait le bon choix en outrepassant ses doutes.

 

À contrario, certaines femmes de son unité ne se posent pas autant de questions, comme Shaden Orland, cette dernière avait déjà un pied dans l’armée, celle de l’air pour être exacte. Si elle peut parfois se questionner sur ses propres capacités, elle ne semble pas douter une seule seconde de la situation et n’a pas peur de se sacrifier si cela défend les causes qu’elle croit juste. Elle est, qui plus est, un excellent élément bien que l’insémination ait été difficile pour elle, ses aptitudes physiques ont de quoi en faire rougir plus d’une.

Certaines ne vont pas être aussi patriotiques et vont plutôt chercher une raison de le prendre comme n’importe quel autre travail, et cela passe par l’attrait financier notamment.

Leur supérieur, la sergente Almare est droite et tente de faire au mieux pour l’unité dont elle a la responsabilité. Elle donne du cœur à l’ouvrage et prend soin -au mieux- des autres. En ce sens, elle est respectable et on s’y attache un peu.

 

“Ne croyez pas pouvoir rentrer chez vous sous prétexte que vos menstruations sont chamboulées, vous ne quitterez pas l’armée vous serez simplement transférées dans une autre base où vous vous souviendrez avec nostalgie du temps passé ici. Au moins, sous mon autorité, vous êtes encore traitées comme des êtres humains.”

– Sergente Almare.

Enfin, pour vous parler des dessins, ils sont assez spéciaux, plutôt jolis au niveau du chara-design, on dénote des décors peu présents mais dans un style agréable quand ils sont là. D’une certaine manière, cela me fait penser à Made in Abyss avec ce côté un peu crayonné.

Le tout rentre vraiment bien en harmonie avec l’histoire et c’est finalement plaisant à voir.

Est-ce que je vous conseille de le lire ? Oui et non, si vous aimez la SF, Wombs devrait vous intéresser. Dans le cas contraire, cela pourrait vous paraître quelque peu déroutant, surtout que la thématique sur le corps de la femme est assez “malaisant”, “dérangeant”, c’est assez difficile à exprimer mais ça a de quoi faire grincer les dents de plus d’une personne !

Malgré tout l’histoire est intéressante, ce n’est qu’en 5 tomes mais ils sont bien épais, en tout cas pour les premiers, et je pense que tous les amateurs de SF aimeront ce titre !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *