Critiques,  Delcourt/Tonkam,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Stay Away

Le combat

d’une femme

contre

son destin

et son amour

Stay Away est un Shojo de Misaki Yu,  publié en deux tomes au japon en 2016 et chez nous en 2020 par Delcourt/Tonkam.

 

 

Kanzaki Ritsu est une lycéenne qui a perdu son petit ami dans un accident. Elle se voit offrir une seconde chance par le Dieu du temps Auguste, qui lui permet de retourner trois ans en arrière pour changer le destin de Kaname Ichijou. Un seul moyen de réussir: Ne pas se rapprocher de lui. Pourtant, ce moyen si simple va être difficile à respecter, Kaname étant inexorablement attiré par elle.

 

Pour commencer, on peut dire que l’auteur nous présente un scénario assez banal et déjà vu où un personnage remonte le temps pour changer le destin. On a alors un questionnement qui se pose: Est-il possible de changer son destin ou non? Je pense que l’originalité de l’histoire doit plus se jouer dans la manière de changer ce destin ou dans le comportement des personnages plutôt que dans le scénario de base.

J’ai néanmoins peur que deux tomes soient trop peu pour parler de cette histoire et que les rapprochements entre les personnages soient donc trop rapides au point que j’en reste sur ma faim.

J’ai l’impression que la motivation de Kanzaki de ne pas se rapprocher de Kaname n’est pas si puissante de la part de quelqu’un qui souhaite sauver une autre personne.

Après on pourrait dire que l’amour nous fait faire des choses qu’on ne souhaite pas et nous affaiblit face à la personne aimée, mais j’aurais voulu plus de résistance de sa part. D’autant que ce sont ses bonnes manières à la japonaise et ce sentiment de ne pas laisser celui qu’elle aime dans l’embarras qui la pousse à aller le voir en premier alors qu’elle ne doit pas l’approcher. Au bout d’un moment, quand t’essaie de sauver quelqu’un et que tu ne dois pas l’approcher, tu apprends à mettre ta politesse et ton amour de côté.

Personnellement j’ai trouvé ça un peu bête qu’elle ne soit pas capable de juste laisser ce qu’elle a trouvé ou il était en sachant que ça risquerait de mener sa deuxième chance vers une impasse. J’aurais pensé qu’elle aurait mis plus de temps à créer un premier contact avec Kaname et c’est probablement ce qui m’a un peu déçu dans cette histoire.

Au final on peut dire que le scénario prend une tournure originale uniquement grâce à la maladresse des personnages entre Kaname qui fait tomber son portefeuille et Kanzaki qui fait tomber son badge et qui va mener à un rapprochement non voulu. On peut aussi se dire que la perte du portefeuille tout comme du badge sont une force du destin qui veut les vouer à se côtoyer. On dit souvent qu’on ne peut pas changer son destin et je pardonne alors la politesse à la japonaise de Kanzaki si c’est la force du destin qui les réunit. Si c’est le cas, je dirais donc que l’entité qui se dit Dieu du temps et qui lui a permis de revenir dans le passé est tout de même un sacré sadique puisqu’il la pousse à revivre quelque chose qui l’a détruite. D’autant qu’un dieu est normalement la plupart du temps représenté comme omniscient donc il sait logiquement exactement ce qu’il va se passer, et il ne fait que la narguer sans cesse ce qui est un peu agaçant. On sait d’emblée qu’on ne peut pas avoir confiance en lui en tout cas, surtout qu’on se doute qu’il n’y a pas réellement de dieu qui s’appelle Auguste n’est-ce pas?

 

Même si je n’apprécie pas certains points de ce titre, j’aime tout de même bien les moments où Kanzaki se remémore son passé et le compare à sa situation actuelle. On voit alors les différences qu’elle a réussi à produire sur cette timeline en changeant peu de choses chez elle, ce qui est plutôt réaliste avec ce qu’on dit de l’effet papillon: qu’il suffit d’une petite chose pour créer de grandes conséquences.

Je trouve néanmoins que certaines justifications pour qu’elle ne change pas d’école pour l’éviter sont plutôt bancales et vraiment dites juste pour éviter les incohérences ou pour la piéger. Au final ça se voit et c’est bien dommage. J’ai la forte impression que cette œuvre est surtout maladroite et cela justifie qu’elle se termine en seulement deux tomes.

De plus, la fin du tome aurait pu laisser un suspense intéressant à creuser, pourtant je la trouve raté puisqu’on se doute un peu de ce qui va se passer (J’en dis pas plus pour pas vous spoiler le suspense), ce qui prouve encore une fois que l’écriture du scénario de ce titre est très maladroite, ou qu’elle n’a pas eu l’effet escompté sur moi.

 

Pour ce qui est des dessins, ils sont corrects sans être non plus transcendants. Les décors sont simples et en même temps l’histoire se passe dans un lycée donc il n’y a pas besoin de planches magnifiques. J’ai tout de même apprécié ce petit instant où Kanzaki se souvient de ses moments passés avec Kaname et où on a l’impression de voir des bandes de film avec sa mémoire et il y a tout de même quelques planches sympathiques disséminées dans le tome et qui valent le coup d’œil.

Pour terminer, si je devais parler des personnages je ne parlerais que de nos deux protagonistes: Kanzaki et Kaname.

Kanzaki Ritsu est l’héroïne de notre histoire. Elle nous apparaît comme quelqu’un de timide mais surtout de torturé par ce qu’elle a vécu. On aurait pu dire qu’elle a eu un passé difficile mais ce n’est pas vraiment le cas puisqu’elle a remonté le temps. Elle n’en reste pas moins hantée par ce qui s’est déroulé dans son passé alternatif et semble au premier abord sur ses gardes. Elle ne doit pas refaire les mêmes erreurs si elle veut que la personne qu’elle aime survive.

 

Si je n’avais pas traversée cette rue….Si je n’étais pas rentrée à cette heure là…Si je n’avais pas été avec lui

– Kanzaki Ritsu

 

Au début je pensais qu’on aurait un personnage véritablement torturé par ce qu’il a vécu et qui ferait bien attention à ce que tout cela ne se reproduise pas. J’ai finalement été plutôt déçue de son caractère et énervée de son idiotie, au point que j’ai fini par avoir un avis mitigé sur l’œuvre. Elle n’avait qu’une chose à faire: se tenir à distance de Kaname, et n’a pas été capable de le faire dès le début. J’aurais vraiment voulu qu’elle résiste davantage au lieu de refaire les mêmes erreurs et de l’approcher aussi vite. Qu’elle soit amoureuse ou pas, elle est au courant de ce qui risque d’arriver si elle l’approche et elle aurait pu essayer de rester loin de lui, surtout que pour le coup leur première rencontre est uniquement sa faute, ce n’est même pas une coïncidence.

Ichijou Kaname est le second protagoniste de notre histoire. Il est mort dans l’ancien passé de Kanzaki et elle fait tout pour le sauver. C’est un garçon qui se bagarre beaucoup mais qui s’adoucit au contact de Kanzaki et on peut dire que sans elle il ne peut pas changer mais qu’en même temps avec elle, il risque de mourir. Il y a donc un certain dilemme qui se créer à cause de ce personnage et c’est un point relativement intéressant voire même captivant et probablement ce qui m’a fait continuer ma lecture.

 

En conclusion je dirais qu’il s’agit d’une œuvre plutôt maladroite malheureusement pas faite pour moi. L’écriture aurait pu mieux être tournée et on aurait pu pousser l’histoire en davantage de tomes si ça avait été le cas. Vous pouvez néanmoins vous y pencher si vous aimez bien les histoires de seconde chance par le biais d’un retour vers le passé, et si les personnages un peu idiots ne vous dérange pas. Je vous invite à vous faire votre propre avis, d’autant qu’il ne fait que deux tomes et qu’il possède tout de même quelques points intéressants qui ont retenu mon attention comme le côté effet papillon ou le dilemme sur le personnage de Kaname.

L.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *