Critiques,  J-K-L,  Kana,  Maisons d'Edition,  Manga

Kingdom of Knowledge

Se venger grâce 

à ses 

connaissances

Kingdom of Knowledge est un Seinen de Serina Oda, publié au Japon depuis 2018 et terminé en 4 tomes. Le quatrième et dernier tome est sorti chez nous en Mai 2021 aux éditions Kana.

 

Fei et Hui sont deux enfants gnomes, des êtres de petite taille qui possèdent une grande intelligence. Leur peuple est le seul capable de lire toutes sortes de récits anciens et c’est pourquoi ils aident les humains à traduire les différents écrits en échange de leur protection. Mais Fei et Hui rêvent de l’extérieur, d’aventure, et un souhait leur est accordé: S’ils parviennent à traduire les 20 000 volumes restants, ils pourront être libres. Malheureusement tout ceci n’est que mensonge, car le pouvoir ne se partage pas et les gnomes en savent beaucoup trop. Après une fuite acharnée, Fei se retrouve seul avec une seule envie: se venger de l’Empire.

 

On peut dire que ce premier tome est un gros tome d’introduction, qui nous permet de découvrir l’univers du manga et de comprendre de quoi on a affaire. Mais ce n’est pas un tome d’introduction ennuyant comme on aurait pu le croire, loin de là.

En effet, celui-ci se passe en trois phrases différentes et les trois sont intéressantes à lire. On a tout d’abord la découverte du peuple gnome, de leur histoire, de ce qu’ils doivent faire pour côtoyer les humains et surtout, la découverte de notre personnage principal que l’on suit jusqu’à sa fuite palpitante et horrifiante. Vient ensuite la deuxième partie avec l’arrivée au village, la première rencontre importante de Fei mais aussi un combat stratégique passionnant. Enfin, la dernière partie plus calme mais aussi inquiétante, avec l’arrivée dans la ville fortifiée où l’on semble enfin entrer véritablement dans le vif du sujet et où les rouages de la vengeance semblent doucement se mettre en place.

 

Je ne pardonnerai jamais à ce maudit Empire ce qu’il vient de faire!!

– Fei

 

On est donc très loin d’un début lent. Effectivement, l’auteur malmène beaucoup son personnage principal dans le premier tome, et celui-ci en voit de toutes les couleurs et doit mettre ses connaissances à rude épreuve afin de s’en sortir. le rythme du récit, contrairement à ce qu’aurait pu nous faire penser les premières pages, est loin d’être lent puisqu’il est parsemé régulièrement de moments d’action qui captivent le lecteur, que ce soit par la fuite ou par le combat.

Le côté stratégique, déjà bien présent dans ce premier tome, nous donne également envie d’en lire plus sur ce titre qui semble décidé à mettre en avant les différentes techniques guerrières de notre ancien temps, en prenant notamment souvent l’inspiration sur Oda Nobunaga. Le moment de réflexion et la mise en marche du plan pendant la bataille m’a notamment plutôt bien plu, surtout que cela ne semblait pas gagné avec des villageois qui ne sont pas guerriers contre des monstres à la force titanesque. On voit bien que l’auteur nous prouve ce que souvent d’autres œuvres oublient, la stratégie et l’intelligence priment clairement sur les gros muscles et la bête puissance.

Attention tout de même à ne pas oublier que Kingdom of Knowledge est un Seinen, et l’auteur nous le rappelle régulièrement par le biais de scènes gores et horrifiques qui nous captive et ne rendent le récit que plus intéressant encore.

En plus de ce côté combats gores constants aux rythmes effrénés et à la stratégie passionnante et omniprésente, on a également un autre aspect qui se développe et qui nous plaît pas mal. Tout comme Fei on découvre le monde extérieur et on a un certain sentiment d’aventure qui se développe et qui nous pousse à en lire plus. Passé les débuts difficiles, on ressent une certaine liberté et j’aimerais en découvrir bien plus sur ce monde si particulier.

D’autant qu’il y a un point vraiment très original, le monde semble construit sur une ancienne civilisation et celle-ci ressemble trait pour trait à la nôtre. Il est vraiment très intéressant de voir un monde fantastique avec des monstres, et un moyen de vie plus rudimentaire se développer sur notre civilisation développée et scientifique. Rien que pour ce point original, ce titre vaut le coup d’œil et je me demande si on en apprendra plus sur l’apparition des autres races et si ce monde est réellement construit sur les vestiges du nôtre ou s’il est plus inventé qu’on ne le pense.

En résumé, l’action parsemée dans le tome, le côté gore captivant, la stratégie passionnante et le voyage fantastique étonnant nous créent un tome d’introduction bien rempli, intéressant voire passionnant. Le seul petit bémol à tout ça, c’est que le titre ne fait que 4 tomes pour un univers très vaste et qu’à la fin du premier on semble à peine voir les rouages de la vengeance se mettre en place. J’ai peur que la suite ne soit bâclée et qu’on finisse sur notre faim. Un monde si vaste et si original aurait pu nous promettre de nombreuses aventures et histoires passionnantes, au-delà de l’envie de vengeance de Fei.

D’autant que l’auteur nous présente déjà, dans ce premier tome, plusieurs personnages diversifiés et intéressants. J’aurais bien voulu notamment un spin off sur les aventures de Ralse qui part dans d’autres pays. En tout cas on voit déjà quels personnages seront importants pour la suite de l’histoire, mais je ne vous en présenterais que trois, afin de vous laisser découvrir les autres par vous-même.

On pourrait d’abord parler de Fei. Il fait partie du peuple Gnome, des êtres de petite taille mais d’une grande intelligence bien qu’ils ne soient pas très forts. Il subit plusieurs rudes épreuves d’affilée mais tient le coup. C’est un personnage fort mentalement et qui ne se laisse pas abattre tant il est animé par son envie de vengeance envers l’empire qui l’a trahi. Il me fait légèrement penser à Naofumi de The Rising of the Shield Hero dans sa quête de vengeance et sa haine envers l’empire. On peut dire qu’il est un gnome différent de son peuple car il est très courageux et n’hésite pas à se mettre en danger. C’est également un stratège à l’intelligence incroyable qui peut s’avérer un atout parfait pour qui l’aura dans son camp. J’aurais peut-être aimé qu’il soit encore plus différent de son peuple en développant peut être quelques techniques de combat et en prouvant que certes, les gnomes sont petits et faibles, mais peuvent être avantagés par moment par leur taille.

Notre héros ne serait rien sans Nagi, la présence féminine du titre. Il s’agit du personnage le plus mystérieux d’après moi, notamment à cause de ce qu’elle transporte avec elle et qui semble important. Elle va probablement accompagner notre personnage jusqu’au bout et lui servir d’épée et de bouclier. Elle semble en tout cas plutôt forte, j’aimerais et j’espère la voir plus en combat et en découvrir plus sur ce qu’elle cache.

Enfin, Marc semble être LA rencontre qui va permettre à Fei d’accomplir son objectif. Il est présenté comme un garçon faible, n’ayant pas de répondant mais voulant à tout prix aider son prochain. C’est un personnage qui retient mon attention car je vois en lui une grande possibilité d’évolution et j’espère vraiment ce changement au fil des tomes. Je ne le détaillerais pas plus pour vous laisser le découvrir plus amplement durant votre lecture, mais il est d’après moi le personnage qui pourra permettre à Fei d’accomplir sa vengeance de par sa position au sein de East Garden.

Enfin, on peut dire que les chara-designs des personnages sont vraiment beaux, même si je décèle certains problèmes, notamment au niveau du dessin des mains qui est parfois plutôt maladroit. Mis à part ça, les vêtements des personnages sont assez simples mais en même temps bien détaillés. Le trait de l’auteur est également très reconnaissable par la finesse des cheveux et par des traits du corps et du visage tantôt fins et effacés tantôt gras, ce qui est plutôt agréable à observer.

Les décors sont quant à eux somptueux avec de belles planches détaillées par moment. Toutes les cases ne sont pas pleines mais l’absence de décors semble plus ici pour mettre en avant le côté sombre du titre avec des cases noircies, ou marquer la pause ou le choc avec des cases plus blanches. On a également un certain jeu de lumière qui se met en place par moment et qui nous plonge vraiment dans l’ambiance tantôt inquiétante, parfois plus colérique, mais aussi par moment plus calme.

Enfin, la mise en scène est souvent très intéressante à observer, comme lorsque Fei contemple le feu (je n’en dis pas plus je vous invite à aller voir par vous même), et les planches sont très lisibles avec une disposition des cases simple mais efficace.

En conclusion, Kingdom of Knowledge est un récit de vengeance trépidant, assez court mais qui nous plonge clairement dans une action constante et un univers riche, plein de combats, de stratégies, de rencontres et d’aventures. Le premier tome a su nous présenter une introduction à l’histoire vraiment intéressante et qui nous amène peu à peu dans le vif du sujet à travers trois phases toutes plus captivantes les unes que les autres. On regrettera tout de même que le titre ne fasse que 4 tomes, c’est bien pour ceux qui aiment les petites collection, mais j’ai un peu peur personnellement de rester sur ma faim, l’univers proposé semblant très vaste. L’auteur paraît cependant posséder un style très intéressant et a l’air capable de se renouveler puisqu’il travaille déjà sur un autre titre dans un tout autre registre et nous promet alors encore bien d ‘autres histoires passionnantes. En tout cas, Kingdom of Knowledge nous propose un récit de vengeance fantastique avec un univers assez original que je ne peux que vous conseiller si vous aimez la Dark Fantasy.

L.

2 commentaires

  • Kitano

    J’ai été captivé par ce tome 1 et je l’étais acheté la suite d’un coup, la série est ultra prenante, un peu trop gore (mais bon, c’est la guerre), le côté tactique est surprenant et à chaque fois bien expliqué ; et par chance il n’y a pas que des tactiques japonaises, mais c’est pris sur diverses batailles de part le monde.

    Je suis malgré tout resté sur ma faim, non, pas que ça soit nul, mais 4 tomes c’est trop court, tout y est un peu trop condensé, alors certes ca va très vite, mais vu l’univers décrits, les factions combattantes et les tactiques, il y aurait eu de quoi tenir plus de tomes ; mais pour un premier jet de cet auteur c’est très bon. Mais oui, une telle série, avec un univers si riche aurait pu tenir sur 12 tomes, sachant qu’il y a 4 factions, ça aurait permis d’accorder 3 tomes à chaque faction pour décrire plus amplement le pays, mais aussi la bataille et son enjeu.

    C’est donc une très bonne série, de beaux dessins, un scénario béton en utilisant des références historiques réelles ; l’univers est très riche et bien détaillé même s’il ne s’arrête souvent que sur la capitale de la région, on n’a pas trop le droit à une balade paisible en forêt, ou le long d’un cours d’eau ou notre héros va pécher avec ses nouveaux alliés avant de se préparer pour la bataille suivante en faisant le plein de ressources comme dans certains isekai (Faraway Paladin par exemple).

    Mais ce manga m’a retourné, je l’ai dévoré et j’ai adoré.

    • lepasseurlunaire

      Que j’aime ce genre de commentaire passionné * – *

      On craignait déjà le peu de tomes avec le premier volume, c’est vraiment dommage que ce soit effectivement trop court…

      Et nous sommes entièrement d’accord avec ce que tu as dis, pour une première œuvre reliée, c’est un superbe travail ! Par ailleurs, il est déjà sur un autre manga depuis l’année dernière, le titre semble plus typé action mais on espère qu’il pourra approfondir ses idées au maximum cette fois-ci !

      En tout cas, même si c’est court, cela reste un super moment de passé !

      Et merci encore à toi pour ton commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *