Critiques,  Kana,  Maisons d'Edition,  Manga,  V-W-X

Versailles of the dead

Qu’on leur coupe la tête !

 

Versailles of the dead est un Seinen de Kumiko Suekane. Publié initialement au Japon en 2016, il s’est fini en fin d’année 2020 avec 5 tomes. En France, ce sont les éditions Kana qui s’en chargent depuis 2019, quant à son dernier tome, il vient tout juste de paraître !

Au 18e siècles, la France tenta une union avec l’Autriche. Pour ce faire, il fut décidé d’un mariage entre Marie Antoinette et Louis XVI. Cette dernière, alors qu’elle était en chemin pour la capitale française avec son escorte, fut soudainement attaquée. Ce n’était ni des bêtes sauvages ni des brigands qui avaient causé l’accident mais bel et bien des zombies. Le seul survivant de ce drame fut Albert, le frère jumeau de Marie Antoinette. Ce dernier a cependant bien mieux à faire que pleurer les morts, son ambition est telle que tout ceci n’est qu’un détail pour lui qui, au contraire, l’arrange plutôt bien…

Oui, du zombie dans une époque ancienne. Le mélange des deux peut paraître étrange mais en réalité ça ne se marie pas si mal que ça. En effet, dans cette histoire les zombies sont vus comme une “simple” maladie, cela pourrait faire penser à la peste en un sens ce qui créerait presque une sorte de légitimité. Mais en lisant le premier tome, on se rend compte que c’est bien plus compliqué que ça.

Malgré l’ampleur de ce problème, il y en a d’autres qui sont pour certains encore plus importants. Marie Antoinette est morte et tout ce qu’ils possèdent désormais c’est sa doublure, Albert. Si le subterfuge passe pour le plus grand nombre et pour le peuple, les principaux intéressés, eux, sont tout de même bien embêtés. Que ce soit vis à vis de l’alliance avec l’Autriche, le mariage avec Louis XVI ou bien même la descendance ! Car avoir comme reine, un homme, en plus d’être insensé, ça peut vite devenir compliqué sur plusieurs points. La situation telle qu’elle aurait pu sembler amusante mais grâce ou à cause du personnage d’Albert, il n’en est rien. Ce dernier cache bien son jeu, et derrière sa bonne tête et ses paroles enchanteresses se dévoile parfois une personnalité très sombre, mêlant une profonde antipathie ainsi qu’une soif insatiable de pouvoir. Malheureusement, voir son véritable visage est une bien mauvaise chose car ce dernier ne se laissera pas faire. Il est prêt à tout pour continuer sa petite vie à la cour et ce, qu’importe ce qu’il doit exécuter pour cela.

 

 

L’histoire tourne donc autour de ses deux points, les zombies et Albert. On se demande par ailleurs qui est le plus gros danger entre les deux. En tout cas, de ceci en découle des trahisons semblables à Called Game (manga très sympa n’hésitez pas à lire notre critique dessus 😉 ) ! Les problèmes classiques de la cour sont toujours présents, notamment avec la favorite du Roi actuel. Cette dernière craint pour sa place car n’étant à l’origine qu’une roturière, l’arrivée de la soi-disant Marie Antoinette la met dans une position bien délicate.

Grâce à ceci, le manga gagne en complexité avec une multitude de problèmes à gérer en même temps, surtout que chacun de ces soucis sont plus gros dès que l’on gratte un peu la surface. Et tous ses problèmes bien que différents semblent parfois se rejoindre ce qui ne manque pas de piquer notre curiosité sur le pourquoi du comment. Nous avons même le droit à la fin du premier tome à l’apparition d’un personnage historique auquel je n’aurai pas toute suite pensé, mais qui est quand même sympathique. Toutefois, une impression m’a suivie tout au long de ma lecture ;  “mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ?!” Ce titre est assez étrange à lire, sûrement à cause de la période choisie qui perturbe un peu mais il n’en reste que l’auteur a mis du cœur dans son récit.

 

 

“Misérable humain. Tu es bien cruel. Comment te sens-tu après avoir abandonné ta moitié ? Alors ? As-tu profité de cette liberté passagère ? Non, tu n’en as certainement pas eu le loisir. Laisser mourir un humain tel que toi serait trop ennuyeux.”

– N.C.

 

 

Je ne vous ai même pas encore tout dit ! En effet, il y a beaucoup de problèmes mais il n’y a pas que ça d’intéressant dans ce manga. Le Roi a un secret avec Louis XVI et ce dernier est vraiment particulier et rempli de mystère. À la façon dont il est amené on peut imaginer que ce n’est pas réellement une bonne chose, on pourrait même se demander si par hasard ce ne serait pas en partie la cause d’un bon nombre de soucis du Royaume ? À ce stade de l’histoire, difficile de faire plus que des hypothèses mais une chose est sûr, l’auteur a parsemé un bon nombre de graines qui commencent toutes à pousser.

 

 

Par ailleurs, le trait de l’auteur est fort sympathique. L’ambiance sombre est retranscrite à la perfection et le chara-design est marquant. Pour ce qui est des décors, nous avons ce qui faut pour bien situer l’action et seul le nécessaire est montré. Cela ne m’a toutefois pas vraiment dérangé car une fois que l’on est plongé dans l’histoire on va vraiment se concentrer sur l’expression des personnages plutôt que sur ce qui se passe autour.

Pour finir, l’auteur a voulu rajouter pas mal d’éléments à son histoire afin de la densifier ce qui est assez intéressant à suivre. Surtout que la mise en scène est bien faite, notamment pour montrer que tout s’enchaîne, que chaque problème indépendant doit être réglé en même temps. Il reste à voir jusqu’où tous ses éléments sont liés entre eux et comment cela va être résolu.

Ceci en fait un premier tome bien complet où l’on connaît les enjeux mais où d’énormes zones d’ombre subsistent qui nous questionnent sur beaucoup de choses.

Ce manga ne fait que 5 tomes au total il y a donc de quoi tout conclure mais cela nécessite de ne pas trop prendre son temps. Cela devrait également donner des tomes aussi remplis et passionnants comme le premier.

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *