Critiques,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga,  Meian

Nos différences enlacées

Entre belles opposées…

 

 

Nos Différences Enlacées est un SeinenYuri de Mikanuji. Publié au Japon à partir de 2017, il est toujours en cours avec actuellement 5 volumes.

En France, il est édité par Meian depuis 2021. C’est par ailleurs, le premier manga yuri de l’éditeur, il y en a toutefois un second : 5 Seconds Before the Witch Falls in Love qui est sorti il y a peu pour les curieux.

/!\ Présence de scènes osées /!\

Iori Tanaka est une jeune employée qui vit mal sa vie personnelle. Elle a des difficultés à avoir une relation solide et ne vit finalement que pour son travail, à son grand regret.

Toutefois, après un énième échec amoureux, elle finit par picoler dans un bar qu’elle a l’habitude de fréquenter et se dévoile à une serveuse un peu plus jeune qu’elle du nom de Minami Sendô. Cette dernière possède un look détonnant, le kit complet de ce qui pourrait définir la délinquance au Japon. Cette jeune femme n’a rien avoir avec notre employée solitaire et pourtant, elles vont se retrouver au lit sans savoir comment…

Quel serait le quotidien de deux jeunes femmes que dix années séparent et dont le look ne les assemblent pas le moins du monde ? Et bien, c’est ce que nous allons découvrir tout au long de cette critique !

Ce contraste là est un peu plus poussé, ça commence simplement par les personnages via leur look, leur façon de réagir, leurs activités puis l’histoire elle-même avec le contraste entre le côté sauvage, passionné de leur relation et l’aspect mignon avec les quelques attentions que l’on peut voir tout au long du tome. Je dirais que cette histoire est à la croisée des titres Quand Takagi me taquine et Arrête de me chauffer, Nagatoro. Et oui, comme pour les œuvres que j’ai cité, la taquinerie est un point essentiel et la seule différence vraiment notable est que Nos Différences Enlacées se veut plus adulte, les taquineries ne vont donc pas être les mêmes, on ira même plus loin que dans un Otaku Otaku puisqu’ici, on va jusqu’à une partie de jambes en l’air.

C’est en partie dans ce sens-là que ce manga tire sa part de “maturité”. On suit leur quotidien, et dans le quotidien de deux femmes âgées de 18 et 28 ans, cela passe aisément par des petits moments 18+. Toutefois ce n’est pas un hentai pour autant, on reste bien sur un yuri plutôt soft où l’on parlera de sexe et où il se fera comprendre de manière très explicite sans non plus montrer quoi que ce soit de potentiellement “choquant”. Et si j’appuie autant sur ce côté de l’œuvre, c’est bien parce que vous allez continuellement en entendre parler tout au long du tome ! On n’est pas loin d’un épisode de Grey’s Anatomy par moment !

 

 

L’histoire ne s’arrête cependant pas là. Ce qui compte réellement, c’est le ressenti de chacun. Iori Tanaka par exemple, n’a jamais eu de chance dans ses relations, elle l’a d’ailleurs dit elle-même ; elle accepte tout type de relation, même sex friend et malheureusement pour elle cela lui a au final valu de ne jamais vraiment compter pour ses partenaires et de ne pas valoir spécialement plus que la cinquième roue du carrosse. Pour ma part, elle me rappelle un peu Hotaru dans Netsuzô TRap -NTR-, elle n’a pas de chance en terme de petit ami et finit par se rapprocher d’une connaissance tout en glissant de plus en plus vers le « péché ».

Qui plus est, Iori manque au fond d’elle d’amour, elle a besoin de se sentir aimée même si elle montre souvent le contraire. Son dérapage avec Minami lui a au final ouvert les portes d’un possible bonheur à deux, elle qui ne pensait qu’aux hommes, découvre finalement qu’elle s’était peut-être fourvoyée et qu’il n’y pas qu’un homme qui pourrait la rendre heureuse, une douce femme attentionnée pourrait remplir son coeur de plénitude.

 

“Tu es tellement mignonne, quand tu es jalouse… Ça m’excite ! On fait l’amour, une fois rentrées ?”

– Minami Sendô

 

Ce qui me fait rebondir sur Minami Sendô qui n’est pas si différente. Je ne m’attarde pas sur son passé pour que vous puissiez le découvrir par vous-même mais elle aussi est clairement en manque d’affection. Sa situation familiale est loin d’être attrayante ni facile. Elle reste par contre forte et ne se plaint jamais de quoi que ce soit. Elle qui n’a que 18 ans fait preuve de beaucoup de maturité. On se demande même parfois qui est la plus adulte des deux dans le couple ! M’enfin, elle a aussi ses défauts, si Iori peut s’avérer capricieuse par moment, Minami, elle, est plutôt du genre têtu. Cela semble moindre si on compare ça au tic d’Iori de dégainer la main un peu trop vite dans le visage….

En parlant de problème de violence, ce n’est pas le seul couple du manga ! Eheh surprise ! Deux connaissances à notre cher duo principal se retrouvent à se côtoyer contre toute attente, et vous savez quoi ? Il y a un sérieux problème de brutalité chez eux… Elles sont plus jeunes ce qui nous permet d’apprécier une relation moins honnête. Leur relation est en train de se créer vers la fin du premier tome, il n’y a donc rien d’officiel encore mais cela ne saurait tarder ! Cela créer en plus un parallèle entre les deux couples en se complétant tout en contrastant via de petites différences propres aux deux.

Cette deuxième histoire d’amour est la bienvenue car elle débloque de multiples possibilités un peu comme dans Otaku Otaku qui avait lui aussi pris ce parti-là.

 

 

Pour ce qui est des dessins, nous sommes sur un style assez simple, lisse, sans trop de détails, en somme des planches habituelles pour ce genre de manga qui se veut pencher du côté de la tranche de vie. Cela est par contre parfait pour mettre en scène les expressions faciales des personnages et notamment celles d’Iori qui sont bien prononcées par moment et qui donnent un charme tout particulier au titre.

Pour parler un peu de l’édition en elle-même, il faut savoir que c’est un grand format (14,8 cm × 21,0 cm × 1,1 cm), il n’en reste pas moins fin comme tome, c’est surtout la hauteur qui pourrait poser souci dans votre mangathèque. Si ce n’est le point rangement, je dois vous avouer que j’apprécie beaucoup les grands formats et celui-ci est tout aussi plaisant bien qu’il n’apporte pas d’autre plus value.

Alors en fin de compte, est-ce que je conseillerais Nos Différences Enlacées ? Oui, à des fans de yuri qui pourront aimer le côté plus adulte de leur relation qui rappellera des mangas comme Still Sick en plus osé.

Je pense même que l’histoire a ses chances aux côtés des lecteurs qui ne lisent habituellement pas de yuri. En effet, si vous lisez des romances, dites vous bien que leur relation est construite de la manière la plus naturelle qui soit. C’est ce que j’aime bien dans ce manga, rien n’est forcé, les choses vont naturellement et avancent en suivant le cours de l’eau, c’est super plaisant !

Avec les passages 18+ cachés en majeure partie, la série se veut accessible au plus grand nombre et on peut dire que Meian a fait une bonne acquisition, j’espère simplement qu’il saura trouver son public !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *