Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Meian,  P-Q-R

Reincarnated as a Pretty Fantasy Girl

Comment résister

 

à la beauté

 

de son ami

 

Reincarnated as a Pretty Fantasy Girl est un Shônen de Tsurusaki Yu au scénario et Shin Ikezawa au dessin, publié au Japon depuis 2019 où il comporte 8 tomes en cours. En France, Meian propose la licence depuis Juillet 2022.

 

 

Hinata Tachibana et Tsukasa Jingûji sont deux hommes d’affaires de 32 ans, amis d’enfance, et sans petite amie. L’un est si populaire qu’il en est dégoûté des femmes, l’autre est banal et ne trouve pas chaussure à son pied. Après une soirée bien arrosée, une déesse décide d’exaucer leurs vœux et les emmène dans son monde. Mais les vœux exaucés ne sont pas vraiment ceux attendus et ils finissent par être impolis envers la déesse qui les maudit. Ils doivent vaincre le Roi Démon, tout en évitant de tomber amoureux de l’autre, s’ils veulent que leurs souhaits se réalisent. Ah et en fait, l’un d’entre eux est devenu une super jolie fille!

 

Reincarnated as a Pretty Fantasy Girl est, au plus grand malheur de certains: un isekai. Mais, j’avoue qu’après avoir lu le premier volume, j’aime bien ce titre et surtout la vibe Konosuba qu’il me donne par moment. En effet, on a affaire à un manga qui ne se prend pas du tout au sérieux. Tout est utilisé pour faire rire ou pour ridiculiser un temps soi peu les personnages. C’est une œuvre totalement humoristique et on le voit notamment à la relation de nos personnages, à la manière dont ils parlent ensemble, dont ils résistent à l’autre, mais également par un comique de situation omniprésent, avec notre duo qui va de mal en pis avant de remonter la pente et de retomber dans une autre situation compliquée. C’est donc un manga fait pour faire rire, qu’il faut prendre pour se divertir, un peu comme Cautious Hero, Aho Girl ou d’autres titres où il se passe sans cesse des situations absurdes.

Vous pourriez me dire que des mangas Isekai, comédie, vous en connaissez beaucoup et que cela vous laisse de marbre. Mais ici, notre duo est transporté dans un autre monde et non tué par truck-kun, et l’un d’entre eux se transforme en fille. En plus, contrairement à Yakuza Réincarnation, il est accompagné de son ami d’enfance et ils doivent tous les deux résister à la tentation de tomber amoureux de l’autre. Cela donne des situations maladroites et du gag à répétition qui fait bien rire. Surtout que ce charme que possède notre nouveau personnage féminin, se répercute sur toutes les personnes qu’il rencontre, le mettant tout le temps dans des situations embarrassantes où on le prend pour une déesse ou alors, on veut se marier avec lui. D’autant que, le fait que deux hommes résistent à l’autre donne des réflexions assez cocasses, ça change de l’humour habituel. Ils sont en constante lutte pour ne pas succomber au charme de l’autre, mais peinent à résister à la malédiction. Mais si cette malédiction n’était au fond qu’un prétexte? Beaucoup d’éléments montrent qu’ils ont toujours été très proches…Tout ceci amène toujours à des réflexions et des tentatives de désillusion de l’un et de l’autre et tout ce doute qui s’immisce entre eux fait notre comédie et notre bonheur.

L’auteur a su créer suffisamment d’humour le tout dans une histoire ultra dynamique puisqu’on a déjà pas mal d’action dans ce premier volume et qu’il y a toujours des rebondissements. En plus de cela, le comique de geste est aussi très présent et très bien mis en œuvre par le dessinateur, vous aurez forcément un moment où vous lacherez un sourire ou un soufflement de nez.

Je vous ai dit que le titre était ultra dynamique, et c’est notamment grâce à une mise en scène qui met nos deux héros en avant. On a en effet souvent les pensées de l’un, puis celles de l’autre, aucun d’entre eux n’est plus important, on change régulièrement de point de vue et on voit bien qu’ils sont profondément liés. L’histoire ne serait rien s’il manquait l’un de nos deux personnages principaux.

Enfin, on a un point qui joue à la fois sur l’humour, mais qui est également assez pratique, puisque même s’ils ont été maudit par la déesse qui les a invoqués, celle-ci leur a quand même permis d’avoir quelques avantages. Par exemple, l’un d’entre eux possède déjà un niveau très élevé pour le monde et est capable, de ce fait, d’anéantir tout ce qu’il veut d’un coup de poing. De l’autre, l’autre possède une beauté à faire fondre tous les hommes ce qui permet tout de même de les aider dans des situations délicates, même si son autre pouvoir est de s’attirer les ennuis. Quoi qu’il en soit, on se retrouve avec un duo plutôt surpuissant dans un monde fantastique et on attend qu’une chose: que le voyage s’enclenche vraiment.

En effet, si dans ce premier volume nos héros commencent doucement à marcher et à découvrir l’endroit dans lequel ils atterrissent, on ne voit qu’un petit village dans tout le manga. J’ai hâte d’en voir plus et que l’aspect aventure prenne davantage le dessus et puis surtout, j’aimerais découvrir plus du bestiaire qui est pour le moment un peu trop léger (on ne voit qu’une bête et encore), j’aimerais plus d’action, de combats mais également de rencontres, car pour le moment, difficile de s’accrocher à d’autres personnages s’ils sont tous figurants et villageois.

 

“Ce manga est une comédie romantique entre deux trentenaires désabusés.”

– Narrateur

 

Vu qu’on ne croise pas grand monde d’intéressant dans ce premier volume, si ce n’est rapidement un personnage, je vais plus vous parler de nos personnages principaux qui ont des personnalités totalement opposées mais ma foi, plutôt complémentaires.

On a tout d’abord Tsukasa Jingûji. C’est un homme d’affaires de 32 ans, super populaire auprès des femmes au point qu’il a pu voir leur côté bien plus obscur qui l’a dégoûté. C’est un homme grand, svelte et un peu musclé, qui porte des lunettes mais est considéré comme beau garçon (personnellement je ne suis pas très fan de son design mais bon). Il est doué dans plein de domaines et sait donner des conseils, protéger, mais il me semble également un peu trop dépendant de son ami, dans le sens où il ne se sent bien qu’auprès de lui et ne veut pas qu’il trouve une petite amie. Mais ce n’est pas de l’amour hein…hein?

Ensuite nous avons Hinata Tachibana, il était à la base un homme d’affaires de 32 ans également, ami d’enfance de Jingûji, totalement peu populaire au point qu’il n’a jamais eu de petite amie. Il est le garçon banal, bon en rien, mauvais en rien, mais qui peut s’attirer des ennuis sans le vouloir. Maintenant il est réincarné en jeune femme magnifique, en la femme de ses rêves, et ne peut s’empêcher de trouver son ami beau gosse. Mais ce n’est pas de l’amour…Toujours pas!

À eux deux, ils forment un duo de choc, l’un est puissant, l’autre sait parler et négocier, du moins quand ils se coordonnent et quand ils ne perdent pas pied à cause de la malédiction.

 

 

Enfin, parlons un peu des dessins. J’aime énormément les chara-designs des personnages féminins qui sont fins, grâcieux, magnifiques à voir avec de belles tenues, de beaux cheveux. Par contre, j’ai un peu plus de mal avec le menton trop pointu de Jingûji. Mis à part cela, les tenues sont changeantes, il y a du dynamisme dans les poses des personnages, beaucoup d’expressions faciales qui participent au joyeux bazar que peut créer le manga. Les décors sont parfois bien détaillés, les autres fois ils sont plus simples mais pas dérangeants et le dessinateur nous offre des planches bien tramées avec des jeux d’ombres et de lumières intéressants.

La disposition des cases est changeante, on a pas juste des cases rectangulaires ou carrées, le dessinateur utilise bien son espace et tout son dessin est cohérent et compréhensible. Franchement, le dessin est un bon point dans ce titre, je trouve le trait fin et bien travaillé et j’aime énormément la tête de Tachibana.

 

En conclusion, Reincarnated as a Pretty Fantasy Girl est un Isekai avec deux héros qui se font transporter dans un autre monde. Je pense que l’un d’entre eux n’était pas prévu dans le voyage mais bon, au moins, pour une fois, aucun n’est mort avant de se faire transporter. L’originalité se trouve dans l’exaucement des vœux par la déesse qui sont totalement foireux au point que l’un de nos protagonistes se retrouve changé en la femme de ses rêves. De plus, la malédiction qui leur est donnée pimente l’histoire puisqu’ils doivent tout faire pour ne pas succomber à l’autre sachant qu’ils sont à la base tous les deux des hommes et qu’ils sont amis d’enfance. C’est un titre drôle, qui joue énormément sur le double point de vue et sur les pensées des personnages pour appuyer son comique, en plus de créer des situations toujours plus cocasses avec des personnages qui n’arrêtent pas de se jeter dans des situations embarrassantes. Pour le moment l’aspect aventure est un peu trop léger, de même que le bestiaire mais je pense que ça va s’arranger dans les tomes suivants et j’espère découvrir plus de personnages intéressants pour accompagner notre duo. Sinon je sais pas vous, mais ce manga me transforme en fujoshi, j’ai envie de les voir finir en couple. Si vous cherchez un manga aux chara-designs féminins sympathiques et originaux, bordélique comme Konosuba et uniquement fun, sans prise de tête, avec des personnages débrouillards et surpuissants, celui-ci pourrait vous plaire!

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici!

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *