Critiques,  G-H-I,  Maisons d'Edition,  Manga,  Noeve Grafx

Girlfriend Girlfriend

Pourquoi choisir 

quand on peut 

garder les deux?

Girlfriend Girlfriend est un Shônen de Hiroyuki, publié au Japon depuis 2020 où il comporte déjà 6 tomes et est toujours en cours. Il arrive chez nous en Juillet 2021 aux éditions Noeve Grafx.

 

 

Naoya est en seconde et a enfin réussi à sortir avec Saki dont il est amoureux depuis qu’ils sont enfants. Un spitch classique me direz vous, cependant, tout va basculer le jour où il reçoit une déclaration de Minase Nagisa, une autre élève de seconde, qui a travaillé si dur pour se déclarer à lui qu’il en est ému. Ne sachant qui choisir et ne pouvant se résoudre à mentir, il décide de tenter le tout pour le tout et de demander à Saki s’il peut sortir avec elle et Nagisa en même temps.

 

 

Pour commencer, on peut dire que l’auteur n’en n’est pas à son coup d’essai au niveau des mangas, puisqu’il s’agit en vérité de son quatrième titre à être adapté en anime ce qui, en général, révèle la réussite de celui-ci. Si vous ne l’avez pas reconnu, il s’agit de l’auteur de Doujin Work, Mangaka-san to Assistant-san to et de Aho Girl, et croyez-moi, son style déjanté est reconnaissable entre tous.

Je vais cependant parler tout de suite d’un point que je n’ai pas du tout aimé dans ce manga, mais qui est en vérité plus une question éthique qu’autre chose, et qui ne rend pas non plus l’œuvre exécrable pour autant. Ce sera d’ailleurs probablement le seul point négatif que j’aborderais.

Je n’aime pas du tout le spitch du gars qui sort avec une fille et qui décide de sortir en même temps avec une autre. Je ne sais pas pourquoi, le concept de “trouple” (couple à trois) devient de plus en plus connu en ce moment, que ce soit dans des films, des séries ou même maintenant dans des mangas, mais je n’aime pas ça, pour moi ça ne peut que mal se terminer et personne n’en ressort gagnant au final. C’est d’ailleurs ce qui a fait que j’ai eu du mal à me lancer dans ma lecture au départ, ce n’est qu’une fois que je me suis rendu compte de qui était l’auteur que j’ai décidé de lui laisser sa chance et vous allez comprendre pourquoi sous peu.

 

 

J’ai déjà une copine. Alors, qu’est-ce que je suis censé faire si une autre fille… me déclare sa flamme ?

– Mukai Naoya

 

 

Maintenant que mon raisonnement de vieille bique fermée d’esprit est passé, parlons plus en détails du scénario, de la manière dont il est écrit, de l’ambiance et de mon ressenti après la lecture du premier tome.

Pour ce qui est du scénario, si on oublie le côté trouple qui me dérange, les chapitres sont assez situationnels, c’est-à-dire que l’auteur se concentre véritablement sur une situation du trouple qu’il détaille et pousse à l’extrême et c’est bien le style de l’auteur. Quand je dis, pousse à l’extrême, c’est dans le côté absurde du terme. Il va faire en sorte de tourner en ridicule un maximum la situation, la transformant en un gag qui progresse à toute vitesse et qui ne fait qu’augmenter au niveau de l’humour jusqu’à en devenir hilarant. 

L’histoire en soit n’est pas épisodique, puisque tout se déroule à la suite, on suit vraiment leur première journée en tant que trouple pour ce premier tome, ce que j’apprécie car l’épisodique est beaucoup trop utilisé dans les mangas de type gag. L’auteur met habilement en place des scènes d’humour qui se suivent et qui font avancer l’histoire sans qu’elles soient redondantes et je trouve que c’est un énorme progrès de sa part. J’ai vraiment l’impression d’un avancement constant dans la relation des personnages, chose que j’avais un peu moins dans ses anciens titres.

Ce qui définit vraiment l’auteur, c’est sa manière de pousser à l’extrême un gag, de le poncer jusqu’à la dernière larme de rire. C’est pourquoi chacun de ses gags monte en climax continuellement, jusqu’à aller presque trop loin et apporter une chute qui l’arrête juste avant le point de non retour. C’est ce que j’admire chez lui, il est capable de pousser son gag plus loin que ne l’aurait fait un autre auteur, sans pour autant que ça ne fasse trop. Et franchement, si vous gardez en tête que ses titres jouent beaucoup avec l’absurde, vous apprécierez vraiment votre lecture.

Du début à la fin on a une atmosphère joyeuse, drôle, qui nous rend de bonne humeur et les chapitres courts permettent vraiment d’enchaîner les gags, de donner un rythme rapide, qui s’enchaîne, si bien que le titre se lit tout seul et très vite. Je n’ai pas pu détacher mes yeux du manga du début à la fin et c’est un excellent point pour un manga uniquement basé sur l’humour qui, normalement, aurait dû me lasser un peu au bout d’un moment. Là j’ai hâte de lire la suite et de m’amuser un peu plus alors que le spitch de base ne me plaisait pas trop.

 

 

Avant de passer aux personnages, je vous propose de nous attarder un peu plus sur le type d’humour utilisé par l’auteur, et dieu sait qu’il est plus varié qu’on ne le pense et se rapproche vraiment des codes du comique qu’on peut retrouver notamment dans les pièces de théâtre.

Tout d’abord, on a le comique de situation puisque tout au long de votre lecture et à travers les dialogues, notamment entre Saki et Naoya, de nombreux quiproquos vont se créer. D’ailleurs on retrouve les typiques scènes du personnage caché derrière le “rideau” lorsque Saki, en pleine nuit, écoute ce que disent Nagisa et Naoya et comprend tout de travers.

On a également un comique des mots très présent pendant les semi disputes où le dialogue s’enchaîne, chacun se donne la réplique et l’humour monte alors crescendo, de même que le côté burlesque puisque ça fini très souvent par en revenir au sexe.

On a aussi un comique de geste avec des personnages qui s’expriment avec beaucoup de mouvements, parfois des coups exagérés et puissants sont donnés et font rire, la fuite lors de la gêne est également assez comique et permet toujours de donner un climax amusant au gag qui offre parfois un air de comique de répétition.

Enfin, on a un comique de caractère qui fait tout, qui nous offre des personnages parfaits pour enchaîner les gags, des protagonistes aux personnalités variées, mais toutes folles et qui possèdent quelque chose qui les rend en quelque sorte déviants comparé aux autres.

 

Mukai Naoya est probablement le plus déviant des trois personnages présentés dans ce premier tome. C’est celui qui lance le comique, mais surtout celui qui décide de sortir avec deux filles en même temps parce qu’il ne veut blesser personne et surtout pas lui-même. Il nous crée des conversations qui partent toujours trop loin avec sa façon de raisonner totalement illogique et extrême où il souhaite contenter tout le monde même quand cela n’est pas possible. Il est capable de vous convaincre que quelque chose qui est logiquement mal et non accepté par la société, pourrait être en vérité nécessaire. Ce n’est pas franchement le personnage que je préfère mais c’est celui qui est essentiel à la création des gags et qui permet de les pousser si loin.

Saki Saki, en plus d’avoir un nom et un prénom semblable, est probablement le personnage le plus terre à terre des trois, même si elle possède une part d’ombre en elle qu’elle a du mal à assumer: Toutes ses pensées partent toujours du côté de la perversion. C’est elle qui crée le petit côté Ecchi du titre. Eh oui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas le garçon le pervers de l’histoire. C’est une perverse et en même temps une fille pure et cela créer un mélange exquis qui saupoudre les gags d’une pointe de sexualité. Personnellement je l’aime beaucoup, son côté terre à terre permet d’éviter que le manga ne parte trop loin, et j’espère qu’au final elle aura le droit d’être heureuse en amour.

Enfin, Minase Nagisa est le personnage le plus sage et en même temps probablement la plus folle des trois. C’est elle qui se déclare à un garçon qui sort déjà avec une autre fille, mais en plus de cela sa préparation à sa déclaration est totalement abusive et aurait clairement nuit à la santé d’une personne normale, c’est pire que l’entraînement de Saitama dans One Punch Man.

 

 

Enfin, on peut dire que le style de l’auteur se reconnaît dans son dessin, même s’il a quand même énormément progressé depuis ses débuts. Les yeux écarquillés de ses personnages et les bouches ouvertes permettent vraiment de se souvenir de son style, de même que les positions que peuvent prendre les personnages dans certaines situations pour accentuer le comique, ou encore la manière dont ils frappent un autre personnage. Je ne sais pas pourquoi, je trouve le style de l’auteur très reconnaissable pour ces points là. Pour en revenir aux dessins, les chara designs sont variés, même si je suis persuadée que certains personnages ont des petits airs des personnages de ses autres titres. Les décors sont très présents, les cases sont bien remplies même si l’agencement de celles-ci est plutôt classique.

En tout cas le trait de l’auteur s’est vraiment bonifié avec le temps et les cases avec du mouvement sont parfois même plutôt belles à voir.

 

 

En conclusion, si j’étais d’abord un peu réticente à lire ce titre à cause du thème abordé, je suis au final plutôt contente de lui avoir laissé une chance. On reconnaît vraiment le style de l’auteur, un style qui rend d’ailleurs vraiment bien en anime et qui fait que toutes ses œuvres ont été adaptées. Il manie parfaitement bien le comique qu’il est capable de pousser à l’extrême pour faire rire, jouant beaucoup avec des codes que l’on retrouve au théâtre. C’est un comique mené habilement de sa part, qui ne part jamais trop loin mais qui va tout de même plus loin que ce que sont capable de faire la plupart des auteurs. En tout cas c’est réussi, son manga se lit vraiment bien et personnellement j’ai hâte de découvrir la suite, en plus il y a actuellement une adaptation anime qui a débuté cet été ! Enfin, son dessin a vraiment bien progressé et je pense qu’il ne peut que nous offrir de bonnes surprises à l’avenir. N’hésitez pas d’ailleurs à aller découvrir ses anciennes œuvres pour voir sa progression qui est quand même incroyable. Aho Girl est disponible sur Crunchyroll, malheureusement ce n’est plus le cas de Mangaka-san to Assistant-san to mais si vous cherchez un peu je suis sûr que vous le trouverez. 

L.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *