Critiques,  J-K-L,  Kana,  Maisons d'Edition,  Manga

Levius / Levius Est

Le combat n’est 

pas terminé…

Levius/Est (cycle 2) est un Seinen écrit et dessiné par Haruhisa Nakata. Publié depuis 2015 au Japon, il compte désormais un total de 10 tomes. En France, c’est en 2017 que ne le voyons pour la première fois aux éditions Kana.Il faut savoir que Levius Est est la suite directe de Levius(cycle 1) sorti deux ans plus tôt en France, soit en 2015, et qui comporte 3 volumes. Ce prequel a commencé sa publication au Japon en 2012. Comme ce dernier est très compliqué à trouver, je vais tout d’abord vous parler de Levius qui n’est pas non plus indispensable à la compréhension de Levius Est, mais au moins vous serez peut-être moins perdu.

 

La guerre… le 

sport… Lutter 

jusqu’à la 

victoire… ou la 

mort.

Avant de commencer, il faut savoir que Levius Est résume ce qu’il s’est passé dans Levius au début du premier tome. De ce fait, vous serez au courant des informations les plus importantes du prequel. Toutefois, cela peut quand même vous perturber car c’est vraiment un condensé et sans connaître quoi que ce soit de Levius, ce n’est pas forcément évident d’y entrer. Ce que je vais vous dire devrait vous éclairer un peu plus, mais si vous arrivez à mettre la main sur cette série, je vous conseille fortement de la lire car elle vaut vraiment le coup, même si Levius Est vous spoil et moi-même ici.

 

Alors Levius, ça raconte quoi ? Et bien les trois tomes couvrant cette partie là parlent sans surprise du passé de Levius Cromwell, héhé ce n’est pas un prequel pour rien ! Enfin plus sérieusement, les trois tomes se découpent de manière assez simple. Le premier contextualise le monde dans lequel les personnages évoluent. Un monde typé cyberpunk après une grande guerre qui a coûté le bras droit de Levius ainsi que causé un coma à sa mère. Dès lors, la technologie prend un nouveau départ et l’humanité commence à ne faire plus qu’un avec la machine. Il n’est à ce moment-là plus rare de croiser des personnes avec des extensions et ce, particulièrement dans un sport fraîchement inventé, la boxe mécanique.

Ce nouveau sport est assez similaire à ce qu’on a pu retrouver récemment dans Megalo Box, mais le concept est ici poussé un peu plus loin dans la violence. Si Megalo Box restait tout de même très centré sur la boxe, Levius quant à lui prend le partie d’un sport plus dangereux et plus violent. Les affrontements mènent régulièrement à la mort et les coups sont d’une violence telle qu’on pourrait se croire dans un de ces Shônen d’action très connu ! Cette violence hors norme vous allez la prendre en pleine face à chaque tome et de plus en plus fort, la mort guette à chaque recoin du stade.

Levius, qui a été recueilli par son oncle Zack, va entrer dans ce milieu grâce à ce dernier et à un ingénieur de génie, Bill Wayneberg. Le jeune boxeur est doué, très doué même, et monte les échelons au sein des catégories de boxe. En effet, il existe cinq niveaux, le premier étant un endroit à part où sont regroupés les monstres les plus forts, les missiles nucléaires en quelque sorte. Levius, lui, est juste avant, au deuxième stade. Mais un beau jour, une personne du niveau 2 doit rejoindre le premier, un combat est alors décidé entre Levius qui est alors en septième position et Hugo Stratus, l’actuel premier du deuxième niveau. Toutefois, comme résumé dans les quarante premières pages de Levius Est, cela ne se passe pas exactement comme prévu, Hugo a dû affronter un nouveau venu inconnu du bataillon classé 22e nommé A.J. Rangdon. Le duel a été unilatéral et cela change le combat de promotion pour devenir : Levius Vs A.J. Rangdon. Ce fabuleux match prend lieu durant l’intégralité du troisième tome.

Ce n’est pas une critique de Levius mais je tiens tout de même à ajouter une chose, Haruhisa Nakata possède un style incroyable pour le dessin ! C’est époustouflant, un régal exquis pour les yeux, je suis tombé complètement sous le charme ! Donc si vous n’arrivez pas à le trouver maintenant et que du coup vous savez ce qu’il s’y est passé, dites-vous que si vous retombez dessus à l’avenir, même en ayant l’histoire en tête, je vous le conseillerai toujours pour son monde entre Search & Destroy et Megalo Box et pour ses sublimes illustrations.

 

Dans l’univers du niveau I, il n’y a pas d’échappatoire… Après la victoire, il ne peut y avoir que la défaite, et s’il y a défaite, il y a mort. Les combattants finissent toujours dans la solitude… une succession sans fin de combats et de haine… Oui… la boxe mécanique… est aussi appelée… l’antichambre de la mort des criminels !

– Narration.

Passons maintenant au vif du sujet : Levius Est.

 

 

Le récit reprend une année après les événements du premier cycle, Levius est encore dans le coma en train d’être soigné de ses nombreuses blessures, Zack se réveille tout juste et A.J. a pu être sauvé mais pas sans conséquences…

Ce premier tome reprend calmement, mais est toutefois très intéressant. On peut voir que le monde et les personnages se sont métamorphosés, ont mûri en quelque sorte. Levius change d’ambition et essaye de trouver une raison à ce qu’il s’apprête à faire, la rentrée dans le niveau I en boxe mécanique. Zack, l’oncle de Levius, ne peut plus tenir le même rôle que précédemment et occupe désormais un pilier psychologique bien plus important là où il était avant l’entraîneur de son neveu. A.J., ancienne adversaire, se retrouve un peu perdue. Bill Wayneberg, quant à lui, est toujours un grand ingénieur, son prestige n’a pas vieilli même si ses méthodes et sa façon de penser commencent à lui valoir des remarques de la part d’autres compères.

Ce tome, qui signe le deuxième cycle, présage aussi beaucoup de renouveau. Pour les lecteurs de Levius, notre appréciation des personnages change. On comprend de mieux en mieux Zack, on se prend toujours plus d’affection pour A.J., on a peur pour Levius, on veut que Bill continue dans sa lancée. Et en plus, on découvre de nouveaux personnages ! Et oui, ce premier tome nous met parfois de petits flashbacks de moments se déroulant dans la “timeline” de Levius mais que nous n’avons pas vu dans le cycle 1. Que vous ayez lu ou non Levius, cela ne rentre donc pas en compte, ce qui est un excellent point. De plus, une sorte de “remise à niveau” est réalisée pour un personnage et cela sert d’explication pour nous, lecteurs, sur la fameuse technologie de la vapeur qui n’était pas vraiment détaillée auparavant. Effectivement, la violence dont je parlais lors des combats n’est pas seulement due aux membres mécaniques, mais grâce à l’invention d’un certain Douglas Drake. Suite à la découverte d’une eau aux effets miraculeux, il est devenu possible de créer de la vapeur en grande quantité, mais en plus d’y exercer un certain contrôle relatif à la personne qui l’utilise. Je ne vais pas rentrer dans les détails car l’auteur le fait très bien au cours du tome mais cela permet d’ajouter une sorte de solidité au lore dont on se satisfait.

Par ailleurs, en parlant de lore, il faut savoir que dans Levius la société militaire dénommée « Amethyst » était au centre des préoccupations. Cela semble toujours le cas, surtout que le lien que cette société avait avec A.J. n’est toujours pas entièrement rompu ce qui promet de grands moments à l’avenir ! Ce qui est raconté dans le tome à leur sujet n’est pas très développé mais cela est suffisant pour la compréhension de ce titre, dites-vous simplement que c’est les grands méchants qui possèdent des ambitions démesurées et qui n’ont pas pleinement conscience de la valeur humaine. Toutefois, il faut savoir que dans l’histoire certains acclaments cette société comme étant des sauveurs tandis que d’autres en ont peur, ce n’est donc pas si manichéen que ça même si on en est vraiment pas loin.

Tout à l’heure, je vous parlais de nouveaux personnages, et bien j’aimerais notamment vous parler de l’un d’entre eux, il s’agit de Natalia Cromwell. Et là, vous tiltez sur le nom de famille, n’est-ce pas ? Cette jeune femme n’est pas officiellement affiliée à la famille Cromwell, en effet, elle qui était orpheline a commencé à faire de la boxe mécanique pour se sortir de son enfer, et ce, par le biais de l’écurie de Zack. Comme Natalia n’avait pas de nom de famille et qu’elle commençait à se faire un peu connaître, un “marché” a été conclu avec Levius, bien que cela a été une incompréhension sans nom ! Vous voyez peu à peu le type de personnage qu’elle est hein ? Forte, un peu bête sur les bords, joyeuse malgré sa vie difficile, du genre à se faire des films à partir de rien… Un personnage qui, pour le coup, détonne pas mal du reste ! En effet, dans Levius on avait l’impression que tout le monde broyait du noir, ce qui en un sens est probablement réaliste après une grande guerre mais là ça fait du bien d’avoir du changement. Le titre s’ouvre et ne s’enferme plus avec une poignée de personnages et cela fait plaisir, c’est un nouveau départ et cela permet de se lancer plus facilement pour les personnes n’ayant pas accès à Levius cycle 1.

Si vous faites partie de ceux qui découvrent la série via Levius Est, vous allez être très surpris des dessins. Haruhisa Nakata possède un talent extraordinaire, c’est ce que j’ai dis pour Levius, mais tout son talent n’a pas été révélé dans le premier tome de Levius Est. En effet, si l’auteur brille pour les grandes cases avec pas mal de décors et sans textes, nous faisant réellement vivre la planche, cela se révèle tout aussi vrai pendant les combats ! Et ce n’est malheureusement pas dans le premier tome que vous les verrez mais tenez vous prêt dans les tomes qui suivent !

 

Levius Est est une superbe surprise. Pour tout vous dire, j’ai découvert la série via ce-dernier mais j’ai eu la chance de réussir à me procurer Levius en occasion et cela a été un pur régal ! C’est le genre de pépite que j’adore où en plus on découvre un auteur talentueux qui peut encore progresser. L’histoire a parfois des moins, en effet elle peut sembler peut être un peu trop tirée par les cheveux, un peu trop “facile” dans le sens où les éléments mis à part, cela peut nous faire penser à d’autres mangas. Mais le monde habilement construit et passionnant, les personnages forts et impactants rendent l’histoire prenante. Les dessins sublimant le tout est un plus incontestable et je dirais même que c’est le meilleur point du manga. Cela change de ce qu’on a l’habitude avec un côté plus crayonné mais mon dieu qu’est-ce que c’est beau et efficace !

Levius est dur à trouver mais un effort a été fait sur Levius Est afin de permettre à tout le monde de comprendre et d’entrer dans l’histoire ce qui ne fait pas du prequel un frein, mais un plus sympathique pour les détenteurs de ce dernier.

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *