Critiques,  Doki Doki,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Tetsu & Doberman

Un Chasseur 

sachant chasser 

sans son Limier

Tetsu & Doberman est un Seinen de Tsutomu Ohto, publié au Japon en trois tomes. Le troisième et dernier volume nous arrive chez Doki Doki en Septembre 2021.

 

 

Big One Kurogane était le meilleur chasseur, le défenseur du monde, celui que tout le monde adulait. Mais la maladie l’a saisi et l’a emporté, laissant son Limier seul et son nom dans la légende. Tetsu Himukai lui, est une jeune homme qui travaille à mi-temps dans un restaurant afin de secrètement aider l’orphelinat qui l’a recueilli. Rêvant plus jeune de devenir chasseur, la réalité le rattrape et il décide de se consacrer pleinement au travail. Mais c’est sans compter sur la réapparition de Doberman, le limier de Big One Kurogane, qui décide de faire de lui son maître et de le transporter dans le monde des chasseurs.

 

Tsutomu Ohto ne vous est peut être pas inconnu puisqu’il a déjà une série publiée chez nous aux éditions Doki Doki: Buchimaru Chaos. Le thème ici sera cependant bien différent, on n’est plus dans un Cagaster ou Deca-Dence mais avec un côté apocalyptique moins prononcé.

Je ne vais pas vous le cacher, ce manga possède un début que j’ai trouvé plutôt lent. Que ce soit l’intrigue, les personnages, l’univers, la démonstration de la puissance du héros, tout met du temps à se mettre en place, à être présenté et on garde même encore pas mal de points d’ombres sur l’univers de ce titre qui semble pourtant intéressant avec des monstres qui menacent le monde.

Quoi qu’il en soit, le manga se laisse lire c’est vrai, mais il ne m’a pas semblé si incroyable que ça car je pense qu’il a été tué dans l’œuf. En effet, il ne fait qu’un total de trois tomes et pourtant le premier tome n’est que le début, l’acceptation de Tetsu en tant que chasseur, et on voit qu’il a encore énormément d’années de travail acharné devant lui pour parvenir au niveau de Big One Kurogane, voire de le surpasser. Il est clair que trois tomes ne vont pas suffire, surtout qu’on aurait pu avoir un développement bien plus profond, une histoire plus dynamique avec beaucoup d’action, de missions dangereuses.

Malheureusement, vu la vitesse d’avancement, je pense que la fin sera décevante et je trouve ça dommage car il y avait tout de même de bonnes idées, ne serait-ce déjà pour le côté original du Limier et du Chasseur qui rappelle un peu Demon Slave et l’utilisation de Yûki comme arme par les autres femmes. Ici, on pourrait dire que le Limier est l’arme du chasseur, même si vous verrez que les chasseurs semblent en partie capable de se défendre par eux-mêmes et de servir d’arme aux Limiers. Cette relation Chasseur et Limier est vraiment intéressante, en plus de mettre en scène des personnages anthropomorphes à la Beastars mélangés à des humains classiques.  Ça se voyait que l’auteur prévoyait plus de tomes à la manière dont il a pris soin de mettre en place son intrigue et à l’ambition du héros qui demanderait plusieurs années de travail acharné pour espérer être accompli.

 

Nous autres Limiers sommes capables de sentir les émotions sous forme d’odeur…Un chasseur peut les visualiser à son tour en se synchronisant avec son limier…

– Doberman

 

Il y a un autre point qui m’a un peu dérangé dans ce manga et qui fait que je l’ai trouvé moins bon que prévu. J’ai remarqué beaucoup de clichés de mangas typés Shônen et certains points m’ont semblé un peu enfantin ce qui fait que j’ai eu du mal à me faire à l’idée qu’il s’agissait d’un Seinen. On retrouve les personnages rivaux, la présence de chasseurs qui font des missions en fonction de leur rang de guilde. On a également le personnage soit disant enfantin qui a en vérité eu un membre de sa famille surpuissant et qui n’est pas encore accepté dans sa nouvelle vie, si bien qu’il doit se frayer un chemin vers la renommée. Ce n’est peut être que de petits détails mais ils ont un peu freiné ma lecture que j’ai trouvé beaucoup moins passionnante.

On a néanmoins quelques mystères qui retiennent mon attention et se mettent en place durant ce premier tome, me donnant envie de lire la suite pour espérer en apprendre plus. Tout d’abord, le pouvoir des Limiers est assez mystérieux, tout comme leur présence dans ce monde. Je me demande d’où ils sortent, pourquoi ils sont anthropomorphes et comment ils acquièrent leurs pouvoirs. De même, l’univers dans lequel l’histoire évolue me semble bien vaste, allons-nous découvrir d’autres lieux? D’où viennent les monstres et comment sont-ils apparus? Plusieurs questions dont j’espère obtenir une réponse, même si cela me semble difficile en trois tomes. Par contre j’espère que les monstres ne vont pas tous avoir des noms ridicules comme les Clopoportes et les Giganloup, on a tout de même vu plus recherché.

En plus d’un scénario qui me paraît bien vaste, les personnages sont plutôt nombreux dans ce premier tome, je me contenterais donc de parler de notre duo. Ce qu’il faut retenir des autres c’est que le directeur est bien énervé, et que les rivaux sont à la fois drôles et ridicules. Car oui on a un scénario qui pourrait être bien sérieux, mais la plupart du temps une ambiance plutôt légère grâce aux rivaux et les discussions entre eux et Tetsu, ou encore le répondant de Doberman envers son nouveau maître.

 

Parlons d’ailleurs un peu de ce nouveau maître. Tetsu est un jeune homme qui travaillait comme serveur et livreur dans un magasin de Ramen. Il se pensait orphelin mais avait en réalité un grand-père restant, le plus grand chasseur du monde. C’est un personnage qui commence de rien et qui se retrouve du jour au lendemain avec la possibilité de devenir surpuissant et de gagner beaucoup d‘argent. Il est également profondément gentil et généreux, même s’il commence à développer un certain ego et une certaine jalousie des autres chasseurs plus connus de lui. C’est un bon gars dans le fond qui va vite progresser, mais ce n’est pas le personnage qui m’a le plus marqué dans ce manga.

Celui qui m’a touché en plein cœur c’est bien évidemment Doberman. Je le trouve incroyablement stylé et sous ses airs de chien majordome il est vraiment puissant, surtout qu’on oublie pas qu’il était le limier du meilleur chasseur. C’est néanmoins un personnage qui doit souffrir intérieurement de la mort de son maître, d’autant que beaucoup de mystère tourne autour de lui et de sa disparition d’un an. C’est un personnage certes plutôt cool, qui a de l’humour et qui est fort, mais également un limier bien plus sombre et mystérieux qu’on ne le pense et j’ai vraiment hâte de découvrir ce qu’il nous cache sur la mort de son ancien maître et la disparition de son arme. En tout cas, c’est franchement le personnage qui pousse le titre vers le haut et qui en redonne de l’intérêt et j’espère que l’auteur va continuer de l’écrire et de le développer comme il faut.

Les dessins sont corrects malgré des chara designs qui font un peu trop enfantins pour un Seinen auprès de plusieurs personnages. Ils ont parfois des têtes et des expressions un peu trop niaises qui me dérangent pour une histoire qui aurait pu être plus sérieuse. Les scènes d’action sont néanmoins plutôt bien représentées avec des planches originales et assez belles à observer. Les décors sont fins, simples par moment mais toujours présents et il y a beaucoup de bulles de dialogues ce qui en fait un manga très complet, parfois même un peu trop, si bien que la lecture ralenti un peu devant le nombre d’éléments à regarder. Le niveau est donc dans l’ensemble plutôt bon et transmet les bonnes émotions au lecteur en plus de le mettre dans l’ambiance. Le seul point négatif d’après moi réside juste au niveau des chara designs de certains personnages car tout le reste est plutôt bien détaillé et accrocheur, que ce soit les vêtements, les limiers, les monstres, les décors ou encore les planches en général.

Pour ce qui est de l’édition, le papier est épais, on ne voit pas au travers c’est donc un bon point. La couverture est cependant plutôt simple et j’aurais peut-être aimé un peu plus de travail dessus mais ça fait largement l’affaire pour un manga court. On peut néanmoins dire que la couleur vive permet de le faire ressortir dans une mangathèque.

 

En conclusion, on sent bien que Tetsu & Doberman est un manga court à cause d’un scénario maladroit qui a mis trop de temps à se mettre en place. Il y a beaucoup de bonnes idées, la présence de limiers et de chasseurs et la relation qu’ils entretiennent est vraiment intéressante. Le mystère qui plane sur cet univers, les monstres ainsi que tout autour de Doberman et du décès de l’ancien maître me passionne. Malheureusement il y a peut être un peu trop de clichés dans cette histoire qui est également pas mal ralentie par une introduction qui manque de dynamisme. Le personnage de Doberman me plaît néanmoins énormément et j’espère qu’il sera encore plus développé dans les deux tomes restants. Les dessins sont plutôt bons et complets même si certains chara designs me dérangent un peu. La couverture est plutôt visible bien qu’elle soit simple et le papier assez épais pour qu’on ne voit pas au travers rendant la lecture plus agréable. C’est une histoire courte donc pourquoi ne pas lui laisser sa chance, d’autant que certains points sont plutôt intéressants et seront peut être expliqués dans les deux derniers tomes.

L.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *