Critiques,  Glénat,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga

La Sorcière aux Champignons

La Solitude 

d’une Sorcière 

Généreuse

La Sorcière aux Champignons est un Shôjo de Higuchi Tachibana publié au Japon depuis 2019 où il comporte 3 tomes en cours. Chez nous, le premier volume arrive chez Glénat en Février 2022.

Luna est une sorcière noire qui vit grâce aux remèdes qu’elle procure à l’apothicaire. Tout le monde a peur d’elle, personne n’ose l’approcher et tous pensent qu’ils seront maudit s’ils lui parlent ou la touchent. Il faut dire que ce n’est pas les champignons à l’aspect vénéneux qui poussent sur son chemin qui doivent rassurer la population. Elle vit donc dans une solitude où elle cache sa tristesse, et on va suivre sa vie quotidienne qui peut basculer à tout moment.

Higuchi Tachibana n’en n’est pas à son premier manga. Le précédent était d’ailleurs également publié chez Glénat et son style est reconnaissable entre mille. C’est en effet l’auteur de l’Académie Alice, un manga terminé en 31 tomes qui possède également une adaptation animée et que j’avais beaucoup aimé enfant.

Pour commencer, La Sorcière aux Champignons nous présente une histoire qui a un aspect très mignon. Tout est dessiné de manière adorable, de la maison de la sorcière aux animaux qui l’accompagnent. Les réactions de Luna en général aussi sont juste trop mignonnes, surtout quand elle est gênée. On est bien loin des histoires sérieuses et effrayantes.

J’ai également eu l’impression d’une histoire qui m’était racontée grâce à une narration aux airs de conte de fées. De ce fait, durant tout le tome un j’attendais le moment où Luna rencontrerait son Prince charmant, son sauveur, celui qui l’aiderait à surmonter sa solitude. Vous verrez que ce sera un peu le cas, mais qu’il y aura des ratés, et que tout ne sera pas aussi beau que ce qu’on espère.

Le manga a une touche très féérique, que ce soit grâce aux champignons et aux pouvoirs de Luna, que par la connaissance d’autres sorciers et sorcières, qu’ils soient de magie noire ou blanche. En plus, l’auteure a une imagination débordante et c’était déjà le cas pendant l’Académie Alice. Je suis toujours surprise de sa capacité à inventer des éléments, des détails qui rendront son titre toujours plus magique et qui nous fera rêver.

Cependant, durant ce premier volume on a un peu de mal à voir où le scénario va aller. Pour l’instant on semble être plus dans un aspect introductif et on le comprend avec la fin du tome que je vous laisserai découvrir par vous même. On pourrait cependant imaginer que Luna finira par se faire apprécier malgré sa magie noire, et encore, après la lecture du premier tome j’en doute un peu.

Il y a un point qui m’a un peu surprise et qui fait un chouilla faux raccord, peut être n’ai-je pas compris l’interprétation derrière tout cela, mais quand le premier humain vient parler à Luna, on perd le côté narration pour être emmené dans un manga au déroulement plus classique. J’avais pensé que la narration servait à donner l’idée d’un conte de fée mais ce moment-là m’a fait douter, de même que la fin du volume.

Si on oublie cela, l’univers du manga est plutôt intéressant, bien que pour l’instant vaguement évoqué. On y voit un côté beaucoup plus sombre et sérieux qui casse l’aspect féérique. On est dans un monde où les sorciers blancs font partie ou servent la Royauté et évidemment, on a la chasse aux sorcières qui pointe le bout de son nez de manière inquiétante, mais qui ne semble toucher que les sorciers noirs. Cela donne un côté plus injuste, cruel, d’autant que ces sorciers semblent être le plus souvent accusés pour rien.

De ce fait, on comprend mieux la solitude de Luna, qui se tient éloignée des villageois en plus du fait que ceux-ci se méfient d’elle. Cette solitude, on la ressent durant toute notre lecture et par moment elle s’intensifie. On voit les souffrances de Luna et les efforts qu’elle fait pour les surmonter.

On aperçoit donc également un côté plus sombre au titre qui plane, on s’inquiète pour Luna qui se rapproche d’un garçon et on sait très bien qu’elle ne pourra pas le côtoyer comme elle le souhaite. Cette lueur d’espoir dans les yeux de Luna est malheureusement très vite balayée, donnant un aspect plus cruel au manga. Au fond de nous, on a peur que Luna finisse par être l’une des victimes de la chasse aux sorcières car durant tout ce premier volume on s’attache à elle et on apprend à la connaître, on se rend bien compte qu’elle n’est pas aussi dangereuse que ce que les gens veulent faire croire.

Enfin, on peut dire que cette histoire peut plaire à des enfants comme à des adultes. C’est d’ailleurs l’aspect incroyable des mangas de Tachibana Higuchi qui parvient à créer des histoires très imaginaires, presque enfantines, mais qui évoquent un scénario plus sérieux et cruel par la suite.

En tout cas, la fin du tome nous offre un suspense intéressant et nous propose enfin un vrai début de scénario qui devrait promettre un avancement de l’histoire au prochain volume.

On mourra si on s’approche de la sorcière noire!

– Enfants

En ce qui concerne les personnages, on en voit quelques-uns durant ce premier tome, mais j’aurai peur de vous gâcher le plaisir de les découvrir. Sachez que certains sont vraiment très imaginatifs comme Merino, Minos et Claude (qu’on découvre plus vers le milieu du volume mais que j’aime déjà beaucoup). Claude est cependant le plus marquant des trois et permet de potentielles ouvertures à venir dans l’histoire qui promettent d’être vraiment intéressantes. Le manga a clairement pris une toute autre tournure à son arrivée et m’a bien plus intriguée. Je ne le détaillerais pas plus pour vous laisser le plaisir de le découvrir.

Je peux cependant vous parler un peu plus de Luna. Elle me rappelle énormément Hotaru dans l’Académie Alice, et je pense que ce n’est pas un hasard mais un clin d’œil de l’auteur. Hotaru avait le pouvoir de fabriquer des objets très inventifs et parlait peu. Ici, Luna parle peu, est timide, a le pouvoir de créer des choses grâce à ses champignons, que ce soit des objets ou des remèdes. Elle est également profondément gentille et généreuse, c’est une femme en or qui mériterait d’être aimée mais qui ne peut l’être à cause de ses pouvoirs. Sa solitude nous fait de la peine et j’espère que la découverte en fin de tome va enfin lui permettre de s’épanouir.

En tout cas, les personnages que j’ai pu voir durant le premier volume m’ont beaucoup plu, même si certains me rappellent pas mal de personnages de l’autre titre de l’auteur, d’autres sont vraiment originaux et prouvent encore son imagination débordante. Pour le moment je n’en déteste aucun, et il est bien plus facile d’aimer un titre quand on aime ses personnages.

Le style de dessin de Tachibana Higuchi est très reconnaissable avec des yeux très grands, un dessin imaginatif très détaillé, des mentons pointus. Dès que j’ai vu l’annonce de Glénat, j’ai su que c’était un titre de cette auteure (en plus, grand hasard, je venais d’écrire une critique sur l’Académie Alice donc j’avais son style de dessin bien en tête). En tout cas, soyez sûr que vous en prendrez plein les yeux en lisant ce titre. Les vêtements de Luna sont très changeants, détaillés, à chaque chapitre elle porte une tenue différente, voire plusieurs. On a tellement de détails dans les dessins, les expressions, les décors, les trames. L’auteur regorge d’imagination pour les champignons, les animaux qui accompagnent Luna, l’univers tout entier. On ressent régulièrement cette aspect féérique. Les planches se renouvellent sans cesse, elles sont impressionnantes, beaucoup sont marquantes, magnifiques à observer et tout est dessiné, ça se voit, ça se sent et ça fait du bien.

En conclusion, La Sorcière aux Champignons est une excellente découverte dont j’ai hâte de voir le scénario évoluer. C’est un titre imaginatif avec un côté féérique très poussé et pourtant une histoire qui pourrait être bien plus sombre et adulte qu’on ne le pense. C’est un manga mignon par les réactions de Luna, par le dessin, par des animaux adorables, mais qui nous présente une profonde solitude chez ce personnage principal qui souffre en silence. Le premier tome est plutôt introductif, possède beaucoup d’aspects intéressants, nous propose un univers riche et prenant, et nous laisse sur un suspense qui nous donne envie de nous procurer la suite. Clairement, c’est un titre qui peut plaire aux adultes comme aux enfants et qui vous rendra nostalgique si vous aussi vous avez grandi avec l’Académie Alice. Si ce n’est pas le cas, découvrez Higuchi Tachibana, c’est une auteure avec énormément d’imagination et un style bien elle, détaillé, touchant et beau à voir.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *