#,  Critiques,  Glénat,  Maisons d'Edition,  Manga

100 jours avant ta mort

Un amour qui sauve

la vie

 

100 Jours avant ta mort est un Shojo de Migihara, publié au Japon en 2018 et comprenant un total de 6 tomes. Il nous arrive en France chez Glénat avec un premier tome en Février 2021.

 

Tarou est un jeune homme amoureux depuis toujours de son amie d’enfance Umi. Il parvient enfin à lui révéler ses sentiments…Enfin ce n’était pas la première fois mais bon cette fois-ci c’est la bonne. Umi les accepte, mais Tarou voit alors un nombre s’afficher sur Umi. 100. C’est le nombre de jours qu’il reste à Umi car Tarou a le pouvoir de voir le temps de vie restant des Êtres vivants. Ensemble, ils vont essayer de trouver un moyen d’arrêter ce décompte, ou du moins, le rallonger.

Pour commencer, j’ai trouvé ce concept de voir la vie restante intéressant mais on voit tout de suite deux fins possibles pour ce manga et cela rend l’histoire assez prévisible malheureusement. Néanmoins, plutôt que de me concentrer sur la fin que j’ai pu entrevoir, j’ai préféré me laisser emporter par l’ambiance et elle m’a au final plutôt plu.  On a rapidement la formation d’un couple ce qui change un peu des Shojo où on attend quasiment tout le manga pour obtenir des scènes de couple. Après on a certes la formation d’un couple dès le premier chapitre, mais leur relation avance vraiment doucement, elle prend son temps, tous les deux découvrent l’amour et ça se voit. Cela amène à des situations vraiment adorables entre eux deux et on voit véritablement que ce sont deux adolescents qui se découvrent mutuellement. L’ambiance qui se dégage de cette œuvre est donc plutôt douce et mignonne, ou pas tout à fait.

En effet, il ne faut pas oublier le synopsis de l’histoire. Umi n’a plus que 100 jours à vivre et seules certaines interactions peuvent permettre d’augmenter ce temps, au risque de le raccourcir également. Même si l’ambiance est la plupart du temps bonne enfant et romantique, une épée de Damoclès continue de flotter au-dessus de la tête d’Umi et Tarou voit les nombres fluctuer en fonction des jours dans un compte à rebours macabre. Tous les deux côtoient la mort de très près et si leur relation n’est pas suffisamment concluante, Umi mourra.

On a donc une histoire à la fois mignonne et attendrissante, et en même temps on a un fond bien plus noir et on se rend compte du poids que doit supporter Tarou. C’est un personnage qui aurait pu être bien plus sombre et dépressif. Pourtant, il est sérieux, à fond dans ses études, et même s’il pleure beaucoup, la présence de Umi l’aide à tenir le coup et à avancer malgré son pouvoir funeste. Il est timide et adorable avec la personne qu’il aime et on voit bien qu’il est amoureux. C’est un personnage capable d’une sincérité hors norme et que j’apprécie beaucoup car on sait d’emblée qu’il n’abandonnera pas sa bien aimée. Son pouvoir n’est pas sans nous rappeler celui de Misa dans Death Note qui pouvait voir le nom et la date de mort des gens.

Umi….je peux voir le temps qu’il te reste à vivre…

– Tarou



Umi, elle, est courageuse. Elle aurait pu pleurer toutes les larmes de son corps et abandonner en apprenant qu’il ne lui restait plus que cent jours à vivre et pourtant, elle est restée aussi forte et dynamique qu’elle l’est habituellement. C’est un personnage qui respire la joie de vivre et peut paraître un peu naïve et bête mais elle a des comportements mignons qui font qu’on la pardonne. Je la soupçonne néanmoins de cacher sa peur pour ne pas inquiéter Tarou.

Leur relation à eux deux semble vraiment fusionnelle, ça se voit qu’ils se connaissent depuis longtemps. Ils ne se disputent jamais et l’un fait attention à l’autre. J’ai hâte de la voir se développer un peu plus sur le plan amoureux, même si ce premier tome nous propose déjà de très bonnes scènes de couple, typiques des mangas mais très appréciables tout de même.

Pour en revenir à l’histoire, je trouve qu’elle se lit vraiment toute seule. Les dialogues sont dynamiques, les scènes attendrissantes, prenantes, drôles, on passe par plein d’émotions différentes en lisant ce titre. On profite de tranches de vie de notre couple, le tout entrecoupé parfois d’instants du passé mignons ou tristes. L’histoire semble plutôt bien rythmée et j’espère que l’amour ne nous fera pas perdre de vue le pouvoir de Tarou, qu’on aura un bon suspense qui montera au fil des tomes et que le sixième volume terminera l’histoire comme il faut.



 

Pour ce qui est des dessins, les chara-designs sont assez particuliers, on a un auteur qui a son style. Il y a très peu de décors et, si je pensais que ça allait me gêner, je me rends compte que cela donne un peu plus de cachet au style de l’auteur. L’histoire en ressort encore plus épurée et facile à suivre. Les planches sont claires et ce qui fait tout dans le dessin de l’auteur c’est les émotions qu’il retranscrit chez ses personnages. Les émotions sont en effet très détaillées que ce soit dans les scènes tragiques que dans les scènes d’amour. L’ombrage, l’encrage et la lumière donnent également un peu plus d’ambiance à l’œuvre qui, au final, même si elle a peu de décors, est plutôt agréable à regarder.

 

En conclusion, 100 Jours avant ta mort est une œuvre que je conseillerais pour les fans de Shojo et d’amour tout mignon. Pour le moment c’est un titre qui réchauffe le cœur bien que son scénario ne soit en vérité plutôt macabre, à voir si par la suite on pleurera ou on s’attendrira, même si personnellement je préférerais m’attendrir. Ce premier tome m’a laissé une bonne impression, j’ai passé un bon moment en le lisant et j’espère que la suite saura amener un suspense et un climax mémorable pour le dernier tome. Je vous conseille cette œuvre si vous êtes en quête de nouveauté et si vous souhaitez vous changer les idées. L’histoire totale ne fera que six tomes, ce n’est donc pas un achat très imposant et en plus de ça, vous passerez un bon moment en le lisant.



L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *