Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U,  Soleil

The Case Book of Arne

Lorsqu’une fan 

de vampire 

rencontre son 

idole

The Case Book of Arne est un Shojo ayant pour origine un jeu vidéo de Harumurasaki disponible notamment sur Steam. D’ailleurs l’histoire du manga serait parfois un peu différente du jeu vidéo alors n’hésitez pas à essayer les deux! Soraho Ina s’occupe de l’adaptation manga depuis 2019 au Japon où on pourra bientôt retrouver 4 tomes toujours en cours. En France, le second volume nous parvient en                            Mars 2022 chez Soleil Manga dans leur collection Gothic.

 

Lynn est une jeune adolescente faisant partie de la noble famille Reinweiss. Elle vit avec son père, malade depuis le décès de sa femme, et les servants de la famille, et développe une passion hors norme pour les vampires. Mais dans la ville de terribles meurtres ont lieu durant la nuit. Un soir, elle voit son père mystérieusement sortir et le suit discrètement. Mais alors qu’elle se retrouve poursuivie par le tueur en série, elle est projetée dans un autre lieu, où elle est amenée à rencontrer Arne, un vampire qui ne boit du sang qu’en récompense de ses enquêtes. Ils vont alors faire équipe pour tenter de découvrir la vérité derrière les faits de Monsieur Reinweiss.

 

J’avais commencé ma lecture avec quelques appréhensions. Je ne sais pas pourquoi, au vue de la couverture, j’avais peur d’avoir affaire à une histoire sérieuse et peut être un peu trop enfantine sur les bords, et surtout, une énième histoire de vampire un peu ennuyante. Au final j’ai été agréablement surprise et je suis contente d’avoir mis mes aprioris de côté pour la découvrir.

L’histoire est bien plus amusante que ce à quoi je m’attendais grâce à des personnages qui ont du répondant, mais aussi à Lynn qui a quand même un caractère incroyable et des airs d’Otaku par moment. L’humour se joue énormément sur ses réactions et son amour fou des vampires qui créent régulièrement des moments de gêne mais aussi et surtout de comédie en présence de Arne. Ce côté aimant des vampires me fait penser à Ms. Vampire who lives in my neighborhood disponible sur Crunchyroll, qui met bien en œuvre une vampire, mais avec une fille qui voue un culte à tout ce qui ressemble à une poupée. Grâce à ce personnage survitaminé, l’ambiance sombre et sérieuse qui apparaissait au début de l’œuvre se dissipe par moment pour laisser des moments de détente au lecteur avant de le replonger soudainement dans un instant plus important et inquiétant. L’auteur a su habilement mêler humour et sérieux pour créer un titre sur deux tons qui se lit vraiment bien.

En plus de ce mélange entre humour et sérieux, The Case Book of Arne nous propose un côté fantastique très prononcé, déjà par le biais de l’existence des vampires et autres créatures aux pouvoir surnaturels, mais aussi par son côté Isekai puisque Lynn se retrouve plongée dans la ville de Rügenberg, ville des non-humains. Rassurez-vous, tout est expliqué et on ne reste pas longtemps dans cet autre monde. Je ne sais pas si on y retournera, mais Arne a l’air de pouvoir facilement voyager d’un monde à l’autre ce qui peut être intéressant et donner plus de possibilités à l’histoire.

 

Tu peux sucer mon sang tant que tu veux!!!

– Lynn

 

Mais The Case Book of Arne c’est aussi et surtout pas mal de mystères et d’enquêtes. En terminant le premier tome nous avons des questions plein la tête et probablement même plus que Lynn. On se demande ce qu’est le secret du père de Lynn, qui est le meurtrier et pourquoi perpétue-t-il ces meurtres, comment est morte la mère de Lynn, est-ce que Arne et Zisye sont vraiment dignes de confiance? Heureusement, l’histoire prend des airs d’enquête pour nous donner certaines réponses, et j’ai bon espoir de commencer à en avoir en lisant le tome 2.

C’est un titre qui nous tient donc en haleine, ne nous donnant pas tout de suite les réponses à nos questions, mais qui nous propose d’enquêter pour les trouver, nous donnant envie de nous procurer la suite, d’autant que ses nombreux thèmes nous proposent une histoire très diversifiée et plutôt prenante.

On peut dire que ce premier tome avance plutôt vite dans l’histoire. On ne vise clairement pas juste une introduction de l’histoire, celle-ci semble s’arrêter après la découverte de Rügenberg et de Arne. En effet, j’ai l’impression d’un tome en trois temps, qui prouve la maîtrise scénaristique de l’auteur et son envie d’avancer dans son scénario et de ne pas ennuyer le lecteur. On a d’abord l’introduction, puis la découverte du vampire et du monde dans lequel il vit, et enfin on entre dans le vif du sujet avec le début de l’enquête qui s’annonce palpitante. L’enquête est ainsi doucement amenée et ne peut que vous donner envie de lire sa conclusion. D’autant que je me demande si ce sera la seule enquête mêlant Arne et Lynn, où s’ils feront à nouveau équipe à l’avenir.

 

The Case Book of Arne a également un très grand nombre de personnages rien que pour le premier tome. En effet, en quelques pages on a déjà beaucoup de noms différents, au point qu’on peut un peu se perdre parmi tous les employés de la famille Reinweiss. Heureusement pour le moment ils ne sont pas tous développés et ce ne sont pas eux qui attirent le plus mon attention. Cette fois je vous parlerai de trois personnages: Arne, Lynn et Zisye.

Commençons par notre héroïne: Lynn. C’est une jeune noble de 15 ans qui a gardé un chara design assez enfantin. Elle est dynamique, joyeuse, veut soutenir son père en l’aidant à surmonter la mort de sa mère. Elle à un bon fond même si elle est un brin fofolle sur les bords et qu’elle s’emballe dès qu’elle parle de vampires, voit un vampire, ou voit/porte ses survêtements préférés. Elle détend régulièrement l’atmosphère grâce à sa manière d’être et semble plus forte qu’on peut le croire. Elle parvient à surmonter le décès de sa mère et bien qu’elle la joue jeune fille joyeuse et surexcitée, je pense qu’elle est plus mature qu’il n’y paraît et qu’elle est prête à porter sa famille sur ses épaules pour surmonter cette tragique perte. Je trouve qu’elle a des airs de Alice au Pays des Merveille avec sa tenue ancienne et ses cheveux blonds, ainsi que la manière qu’elle a eu d’atterrir dans un autre monde. C’est l’un des personnages qui possède le moins de secrets je pense bien que le secret/mystère semble avoir une part importante dans l’histoire.

Arne est un vampire né de neuf cœurs d’autres vampires. Il est censé être le plus puissant et le plus malfaisant, et pourtant il est actuellement affaibli. Il semble occuper sa vie éternelle en prenant le rôle d’enquêteur afin d’obtenir du sang en récompense. Je m’attendais vraiment à voir un personnage brusque, mais au final il paraît déjà s’attacher un peu à Lynn. Je me demande cependant si on peut vraiment avoir confiance en lui. C’est le personnage le plus sérieux de notre trio, celui qui n’hésite pas à avoir des répliques cassantes pour couper court à la discussion, mais il semble aussi ne pas vouloir répondre à certaines questions, ce qui le rend plutôt mystérieux.

Zisye est clairement l’un de mes personnages préférés de The Case Book of Arne. Il n’a qu’un rôle de support mais j’aime beaucoup sa personnalité qui me rappelle le chat de cheshire, mais version garçon avec des oreilles et une queue de loup. On ne sait pas trop de quel côté il est et il semble aimer mentir et jouer des farces. C’est également un personnage aux mouvements tristement limités puisqu’il ne semble pouvoir survivre que dans un miroir, passant de reflets en reflets. Il est plutôt amusant avec ses farces et semble bien s’entendre avec Lynn. Mais restera-t-il gentil jusqu’au bout et pourquoi est-il vraiment enfermé dans des miroirs?

Au fond, quasiment tous les personnages importants nous laissent des interrogations, ce qui prouve à quel point ils peuvent être intéressants et combien l’auteur a de possibilités pour les développer. L’histoire n’en n’est donc que plus captivante encore et même si on veut des réponses à nos questions, on aime bien aussi voir la relation des personnages doucement changer.

Le style de l’auteur est vraiment très particulier. D’ailleurs il vous dit peut être quelque chose puisqu’il s’agit de l’auteur de Fairy Tale Battle Royale publié chez nous par les éditions Doki Doki!  Les chara designs des personnages leur donnent un air très enfantin et parfois pas très bien dessiné, plutôt simple, et pourtant ils ont beaucoup d’expressions qui sont plutôt bien retranscrites et on a plus d’une planche magnifiquement réalisée.

Les vêtements sont plutôt bien détaillés et mettent en valeur les personnages plus simples. Les décors quant à eux sont souvent absents, remplacés par des trames sombres, mais quand ils sont présents, ils sont détaillés et intéressants à regarder grâce à des traits fins et plus précis.

La répartition des planches nous offre des cases souvent très petites ou très larges qui changent des mangas habituels mais dont on s’habitue bien d’autant que les personnages en ressortent souvent, les rendant plus impactants.

Pour ce qui est de l’édition, la couverture se démarque par un noir mat et un vernis sur les personnages et le lettrage. On a deux pages en couleur au début du titre. Le papier est plutôt fin, on risque presque par moment de voir au travers mais ça permet un tome également plus fin malgré un même nombre de pages qu’un manga classique. Pour l’instant je n’ai pas grand chose à redire sur cette édition si ce n’est que le noir de la couverture garde les traces de doigts et j’ai peur qu’elle soit également facilement rayable.

 

En conclusion, The Case Book of Arne est une surprenante découverte prouvant une fois encore qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Il nous propose une histoire aux thèmes diversifiés, mêlant humour, sérieux, inquiétude, fantastique, Isekai, enquêtes et mystères, le tout à la perfection. Le premier tome ne se contente pas d’une longue introduction puisqu’il est coupé entre l’introduction, la découverte du vampire et du fantastique et le début de l’enquête, proposant ainsi des changements de rythme agréables pour le lecteur. Les personnages sont très nombreux mais on voit bien lesquels sont importants à retenir, et ils semblent quasiment tous avoir leurs petits secrets. Les dessins présentent quant à eux un style particulier avec des chara designs enfantins et parfois peu précis, mais des décors et vêtements plus fins, ainsi que des planches aux cases originales et des moments sublimes à observer. On termine notre lecture avec énormément de questions et une certaine impatience de lire la suite, ce qui est plutôt bon signe. N’hésitez pas à lui donner sa chance et à tenter le jeu vidéo dont il est tiré et qui est disponible sur Steam. Les deux histoires semblent différer par moment ce qui ne peut que rendre l’univers de la licence plus riche!

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *