A-B-C,  Critiques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Manga

Beast Complex

Les bases 

d’une société 

anthropomorphe

Beast Complex est un Shônen (mais considéré Seinen chez nous) de Itagaki Paru et initialement sa première œuvre publiée au Japon en 2018 et qui lui a fortement servi pour mettre en place l’univers de Beastars. Ce titre compte au total trois tomes et le premier nous parvient chez Ki-Oon dans leur collection Seinen en Juillet 2021.

Dans une société anthropomorphe fragile, pas facile de faire entendre les carnivores et les herbivores. Les barrières et les préjugés sont difficiles à surpasser malgré les règles en place même si certains tentent de briser les tabous.

 

Beast Complex est un recueil d’histoires courtes et la première œuvre de Itagaki Paru qui a permis de vraiment mettre les bases et de créer l’univers de Beastars. Chaque chapitre vous plongera dans une histoire différente avec deux personnages anthropomorphes. On y retrouve la question du campus mixte que ce soit dans l’histoire touchante du Lion et de la Chauve-souris ou encore haletante de celle du Tigre et du Castor, le marché clandestin avec le Kangourou et la Panthère noire, les tabous sociétaux parsemés tout au long des chapitres et omniprésents dans l’histoire du Dromadaire et de la Louve. Ce ne sont que quelques personnages parmi tant d’autres et ils regroupent tous les thèmes intégrés ensuite dans Beastars.

Si vous avez adoré Beastars et sa manière de dénoncer les choses sous couvert d’une histoire anthropomorphe, vous aimerez certainement Beast Complex. Comme dit plus haut, on y retrouve énormément de thèmes qui seront abordés par la suite dans son œuvre à succès et voir la manière dont elle les a créés, dont elle a façonné son univers est juste passionnant. Chacune des histoires est différente, aborde un duo d’espèces variées et totalement opposées, et traite d’un thème bien précis avec beaucoup d’habileté.

En plus de proposer une diversité de thèmes qui pourrait être infinie, Itagaki Paru parvient à nous mettre dans plusieurs ambiances au fil du tome. On a des histoires qui nous font passer par toutes les émotions, l’une va nous émouvoir, celle d’après va nous faire rire, la suivante nous inquiètera. On passe sans cesse du sérieux au plus drôle, du mignon à l’émouvant, du poétique au plus terre à terre.

On ne s’ennuie donc jamais en lisant Beast Complex. En effet, l’univers de Itagaki Paru est extrêmement vaste et c’est une double lecture constante. On peut aussi bien lire ses titres juste pour apprécier l’histoire, qu’en essayant de comprendre le sens caché derrière tout ça et je suis persuadée que plus d’un d’entre vous ont déjà réussi à allier un des thèmes traités par l’autrice avec un fait réel ou un tabou de société. C’est d’autant plus vrai dans ce titre que chaque thème est détaillé avec soin dans une histoire différente, se concentrant vraiment dessus et ne dérivant pas sur une autre potentielle question. Ici, contrairement à Beastars, on ne traite pas tous les thèmes en même temps, on prend le temps de les décortiquer, de les présenter avec différents personnages, et de créer un argumentaire pour et contre.

Tout le monde peut trouver son compte dans un recueil d’histoires. Il y aura forcément une histoire qui vous plaira, et une autre que vous aimerez moins, voire détesterez. Personnellement j’ai beaucoup aimé l’histoire du Lion et de la Chauve-souris que j’ai trouvé très émouvante, et à côté je suis restée de marbre face à celle de la Gazelle et du Crocodile. Tout est tellement diversifié, si bien que peu importe votre âge ou vos habitudes de lecture, vous trouverez forcément une histoire qui vous plaira.

Cela me rappelle d’ailleurs l’époque où j’étudiais les Fables de La Fontaine. Vous en avez certainement lu quelques-unes et il y en a forcément une ou deux qui vous ont plu et pas d’autres. J’ai l’impression que les histoires anthropomorphes permettent vraiment de mettre en lumière des thèmes variés et passionnants. On pourrait dire que tout comme La Fontaine, Itagaki Paru nous propose des morales différentes à chacune de ses histoires et il serait intéressant de faire une comparaison plus complexe des deux auteurs pour voir l’évolution des sociétés (mais je vais vous épargner ça).

Il n’empêche que les histoires de l’autrice sont régulièrement des débats entre deux partis totalement opposés aussi bien par leur physique que par leurs paroles et ce débat peut se faire dans le calme et la bienveillance, tout comme dans la violence selon le thème abordé. Il semblerait qu’elle utilise réellement deux personnages opposés pour bien créer son argumentaire et proposer des points de vus antagoniques afin que le lecteur finisse par se créer lui-même un avis sur le thème abordé. Je ne vous décrirais pas de personnages cette fois-ci étant donné qu’on ne les rencontre que pour un chapitre, je préfère vous laisser les découvrir par vous-même, mais sachez que j’aime beaucoup Azmo que je trouve très mignon rien que pour son chara design.

Pour ce qui est des dessins, Itagaki Paru excelle vraiment dans le dessin anthropomorphe et ça se voit. Peu importe l’espèce, le dessin est ressemblant et tout à fait reconnaissable en plus d’être beau à voir. Son travail sur les trames, les ombres et les lumières ajoutent un énorme plus à l’ambiance, d’autant qu’elle ne se contente pas d’un ombrage noir et blanc, puisqu’elle joue beaucoup sur les nuances de gris. Pour ce qui est des décors, il y a souvent des cases blanches mais en même temps je trouve ça parfaitement bien dosé. Et quand il y a des décors je m’amuse de ceux plus enfantins et simples et m’émerveille devant ceux détaillés et appliqués. L’autrice maîtrise vraiment bien son art (tout comme l’éditeur qui l’a supervisé) et ça se voit encore plus dans la manière dont sont organisées les planches. L’organisation des cases est en effet plutôt originale, imbriquant souvent de petites cases dans de plus grandes et cela rend vraiment bien et ne gêne pas du tout la lecture.

Je suis donc franchement conquise par le trait de l’autrice que je trouve parfait pour les œuvres anthropomorphes.

 

En conclusion, Beast Complex est une œuvre à lire absolument si l’on a aimé Beastars, si l’on veut découvrir l’univers ou même si l’on souhaite en apprendre plus sur l’autrice. On découvre réellement comment elle a créé son univers et les thèmes qu’elle a abordés, et surtout, on apprécie plein de petites histoires, toutes différentes les unes des autres, qui nous entraînent dans une ribambelle d’émotions. Chacun y trouvera son compte, vous aimerez forcément l’une des histoires racontées et la diversité des thèmes permet de ne pas s’ennuyer une seconde. En plus Itagaki Paru possède un trait qui rend vraiment bien avec l’anthropomorphisme et nous propose une mise en page originale qui sort des mangas classiques. Enfin, ses histoires sont un débat constant entre les protagonistes qui sont tous intéressants et attachants (Surtout Azmo).

L.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *