Critiques,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga,  Nobi Nobi

Les Fées, le Roi-Dragon et moi (en chat)

Bénie par les 

fées

Les Fées, le Roi-Dragon et moi (en chat) est un Shojo de Kureha au scénario, Aki au dessin et Yamigo à la création de personnages. Il est publié depuis 2018 au Japon et toujours en cours avec 3 tomes. Le premier tome nous parvient aux éditions Nobi Nobi en Septembre 2021 dans leur collection Shojo Kids.

 

Ruri Morikawa a tout pour réussir, elle est belle, intelligente, gentille. Mais c’est sans compter sur son amie d’enfance Asahi qui parvient toujours à charmer tout le monde et à attirer leurs faveurs, au point que Ruri se fait détester à cause d’elle. Un beau jour, elles se retrouvent kidnappées dans un autre monde qui se révèle être un monde fantastique, plein de magie. Mais là encore, Asahi s’attire toutes les faveurs et Ruri se retrouve chassée du château et condamnée à vivre dans la forêt. C’est alors qu’elle découvre la puissance de son pouvoir et son affinité avec les fées, petits Êtres quasi sacrés dans ce monde dépendant d’elles.

 

Les Fées, le Roi-Dragon et moi (en chat) bien qu’il possède un titre beaucoup trop long, est un manga que j’ai beaucoup apprécié. On y retrouve une fille qui souhaite au départ une vengeance pour la persécution qu’elle a subie, un peu comme dans The Rising of the Shield Hero. On aurait pu croire pour le coup que ce n’était pas très original, mais on se rend vite compte que la vengeance de la jeune fille sera toute sauf cruelle vu à quel point elle est gentille et innocente.

 

Seigneur…Que vous ai-je fait, au juste?!

– Ruri

 

On part donc très vite loin de tout type de vengeance, et on se retrouve plutôt dans un monde fantastique agréable un peu comme dans The Elf and The Hunter, où l’on suit le quotidien de Ruri, qui, si elle n’était pas sûr d’elle au départ, finit par très vite se détendre et nous emporter dans son histoire. On a alors accès à un récit léger, drôle, divertissant et on apprécie de voir Ruri évoluer dans ce tout nouveau monde et le découvrir.

Comme il s’agit d’un monde fantastique où la magie règne grâce aux fées, on découvre un récit plutôt original, d’autant que l’auteur semble véritablement prendre son temps pour mettre en place son histoire. On n’est pas directement plongé dans le vif de l’histoire, contrairement à ce que le titre et les premières pages auraient pu laisser paraître Ruri n’est pas directement en chat auprès du Roi-Dragon, le tome un nous présente tout un préambule à l’histoire, où Ruri et nous-même découvrons le monde dans lequel elle a atterri petit à petit.

Ce premier volume nous permet d’en apprendre plus sur comment ce monde fonctionne, sur les différents pouvoirs des fées, la puissance de Ruri, mais également sur les divers lieux de ce monde. Bref, c’est comme si on lisait tout un livre relatant l’histoire et l’organisation d’un monde, mais sans le côté barbant. En effet, tout est raconté de manière à nous emporter. On découvre tout avec Ruri, comme elle on est d’abord perdu puis rassuré, et on apprécie énormément toutes les interactions avec les fées et les dialogues amusants avec Chelsie. J’espère néanmoins qu’on finira par vite entrer dans le vif du sujet, même si ça ne saurait tarder vu la rencontre en fin de tome qui promet une suite des plus palpitantes.

Ce manga convient parfaitement pour les enfants comme pour les adultes. En effet, bien que le destin de Ruri semble au départ tragique, il change bien vite pour quelque chose de plus calme et joyeux nous rendant de bonne humeur. Tout ce qui pourrait faire potentiellement peur à un enfant est tourné de manière comique, un peu à la manière de l’Académie Alice, un peu enfantin, mais drôle aussi bien pour un enfant, qu’un adolescent ou encore qu’un adulte. C’est un manga vraiment tout public qui peut plaire à tout le monde, du moment qu’on apprécie les Isekai tournés en comédies bourrées de bonne humeur.

Et si vous vous demandez si la question de retourner dans son monde se pose, sachez que oui, Ruri se pose la question et demande s’il existe des solutions! Pour une fois, le protagoniste n’oublie pas le monde d’où il vient immédiatement, même si elle semble par la suite plutôt décidée à s’acclimater à ce nouveau monde.

 

Attardons nous d’ailleurs un peu sur le personnage de Ruri Morikawa. L’histoire est clairement montrée la plupart du temps de son point de vue et on a régulièrement des moments de narration de sa part où elle nous explique ce qui se passe et ce qu’elle en pense. C’est un personnage qui nous est d’abord présenté comme persécuté, lassé de son amie qui la colle tout le temps et qui tente de se libérer de ses chaînes. On voit qu’elle n’assume pas son physique qui lui a valu des brimades à cause de Asahi, mais peu à peu, ce point là de sa personnalité s’efface. Loin de son amie envahissante qui ne lui attirait que du malheur, Ruri s’épanouit et en vient à apprécier la vie et son corps tel qu’il est, celui-ci étant, dans ce monde, une véritable bénédiction. On passe alors d’une Ruri déprimée par sa condition à un personnage plus joyeux, gentil, qui a des répliques drôles et légères, généreux. Elle est alors l’héroïne parfaite de Shojo et personnellement je l’aime bien, que ce soit au niveau de son chara-design que par ses agissements qui me font parfois bien rire, d’autant qu’elle finit par se montrer plutôt forte et ne semble plus vouloir se laisser marcher sur les pieds.

Parlons également un peu de Chelsie. Si au début je pensais qu’on allait à peine l’apercevoir et que l’auteur passerait vite à autre chose, j’ai fini par m’attacher à cette mamie profondément gentille malgré ces airs parfois durs. C’est un personnage qui n’hésite pas à prendre une inconnue sous son aile et à la protéger, lui en apprenant plus sur ce monde et l’aidant à s’y acclimater en douceur. Elle est un peu la figure maternelle ou la grand-mère adoptive de notre protagoniste et on voit qu’elle donne tout pour elle, ne serait-ce que par les moyens qu’elle met en place pour que Ruri trouve sa voie dans ce nouveau monde.

Leur relation ensemble est plutôt drôle et nous offre de nombreux dialogues amusants, même si parfois certaines scènes sont plus touchantes. J’espère qu’on les reverra ensemble par la suite, bien que Ruri semble partie pour un voyage bien plus long que prévu loin de cette forêt enchanteresse.

Rien qu’avec ces deux personnages en tout cas, on peut voir que Les Fées, le Roi-Dragon et moi (en chat) est un manga Feel Good, qui, malgré ces quelques humains purement méchants, vise à présenter en majorité des personnages agréables et gentils qui rendent de bonne humeur.

Enfin, pour ce qui est des dessins, je trouve les chara designs plutôt jolis, les tenues sont détaillées, les personnages ont pas mal d’expressions, les fées sont adorables. On a le droit à des planches assez belles qui collent vraiment bien avec l’ambiance fantastique qui règne tout au long de l’œuvre. Vu le nombre de fées qu’il y a, cela a dû donner beaucoup de travail au dessinateur, si bien qu’on lui pardonne le côté un peu trop vide en décors parfois. Pour ce qui est de la mise en page, les cases ont vraiment beaucoup de formes variées, on ne s’en lasse donc pas et il y a parfois énormément de texte à lire mais c’est toujours plutôt drôle à suivre. J’aime également beaucoup les petits dialogues des fées (surtout quand elles sont en colère et disent des choses horribles avec un joli petit sourire) et les réactions de Ruri.

 

En conclusion, Les Fées, le Roi-Dragon et moi (en chat), est un titre vraiment agréable à lire, qui nous propose un monde fantastique plutôt Feel Good qui nous fait rêver. On a une histoire qui prend son temps pour se mettre en place mais qui semble intéressante avec un univers plutôt riche et un bestiaire qui l’est tout autant. Ce manga convient à toutes les tranches d’âge et peut être apprécié par un adulte comme par un enfant grâce à son humour et sa légèreté qui nous rendent de bonne humeur. Le personnage de Ruri convient parfaitement au style Shojo et elle possède déjà une grande évolution au niveau de son caractère rien que dans ce premier tome, ce qui prouve son épanouissement. C’est également un personnage bourré d’humour mais aussi fort, qui ne veut pas se laisser marcher sur les pieds et qui promet une suite plutôt intéressante. Au vu de la fin du tome, le second volume nous promet une histoire encore plus intéressante qui va enfin entrer dans le vif du sujet et j’ai hâte de le lire. Il s’agit d’une bonne découverte qui, je l’espère, saura se diversifier et nous proposer un scénario amusant et intéressant.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *