Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Pika,  S-T-U

Twelve Demon Kings

Une demi-douzaine

de démons pour la

2, s’il vous plaît. 

 

Twelve Demon Kings est un Shônen écrit et dessiné par Shin Yamamoto. Il est édité chez Pika depuis 2018 et c’est une série qui se finit en 6 tomes.

 

Le monde n’est plus propice aux Humains. Douze Rois-Démons sont à leur porte, au-dessus d’eux et ne leur laissent qu’une seule échappatoire, la mort. Il existe des héros pour les combattre, mais.. cela n’est pas suffisant, tous sont décimés, l’espoir de survie pour l’humanité s’estompe de jour en jour. Une seule lueur apparaît, un héros inconnu ayant tué deux des Rois-Démons, nul ne sait comment et qui il est mais.. il est sûrement mieux que personne ne le sache…

 

Nous sommes là sur une fantasy qui se rapproche de la Dark Fantasy. En déplaisent à certains, j’ai trouvé ce côté-là intéressant. On a côté un Dark Fantasy avec notamment certaines créatures qui m’ont un peu fait penser à du H.P.Lovecraft, surtout une que vous aurez l’occasion de voir dans le premier tome. Par ailleurs, le bestiaire est sympathique, chaque monstre est bien travaillé, surtout les Rois-Démons. J’aime beaucoup le soin apporté par l’auteur sur ces derniers, le chara-design remplit bien son rôle. Pour les affronter, ils ont ce qu’ils appellent des “héros officiers”, rien de bien différent d’autre que le nom, ce sont tout simplement des personnes ayant des pouvoirs. Ils étaient destinés à affronter la menace qui pesait sur leur monde sauf qu’évidemment tout ne s’est pas passé comme ils l’auraient voulu. Beaucoup d’entre eux sont morts et une bonne partie des rescapés sont en fuite. Il ne reste donc que très peu de gens pour se battre. Il y a bien ces chevaliers tentant de protéger leur pays, là encore quand ils ne cherchent pas eux aussi à fuir. Il y a bien ces aventuriers qui ne diraient pas non contre un peu de gloire ou d’argent. Mais ce que recherche notre protagoniste, c’est des talents. Des gens qui ont le courage et la force d’affronter ce mal. En ces temps, cela s’avère fort compliqué de réunir une équipe composée de valeureux guerriers. Malheureusement, le temps presse, le monde continue de se faire engloutir peu à peu…

Adu. Sous ce nom singulier se cache notre personnage principal, un héros officier puissant cherchant à tuer les Rois-Démons. Sous ces yeux refermés il a un petit air de Gin Ichimaru dans Bleach et de plein d’autres personnages. C’est ce classique visage de renard qui veut la plupart du temps dire : “Hey, ce personnage est important ! Et il a un secret !” Et oui c’est le cas, il a un secret. Un secret qui est bien gardé et qui ne sera révélé que vers la fin du.. premier chapitre. Oui, déjà. C’est l’impression que j’ai eu en le lisant. Alors en lisant on comprend pourquoi c’est dit si tôt, c’est un choix scénaristique après tout, mais personnellement j’aurai bien aimé voir ça plus tard. Je me suis senti frustré en voyant arriver ça dès le début ! Alors bien entendu tout ça nous fait nous poser des questions mais j’ai cru entendre que les 6 volumes n’apporteront pas forcément les réponses, je ne sais pas trop, en tout cas à voir.

Pour se recentrer sur le personnage, il est tout de même intéressant. C’est un personnage malicieux, manipulateur. Il a un but et il veut l’atteindre, il n’a pas d’autres souhaits, et il est prêt à tout pour réussir. C’est un véritable antagoniste qui devrait avoir pas mal à nous offrir à mesure qu’il se rapprochera de son objectif.

 

“Nous formons peut-être la meilleure équipe pour vaincre ces démons. Si nous nous dérobons ici nous condamnons l’Humanité.”

– Adu.

 

Pour ce qui est des dessins, je suis assez mitigé. Si au départ du tome nous pouvons voir certains traits plutôt approximatifs, notamment au niveau des visages , cela s’améliore au cours du volume. Comme souligné plus haut, les monstres sont plutôt bien dessinés mais les humains, je suis un peu moins fan du style. C’est personnel bien évidemment, après le manque de justesse sur certaines planches me font aussi aller dans ce sens-là. En dehors de ça nous avons également le droit à des planches vraiment belles, que ce soit avec certaines créatures qui ont un impact plutôt fort, ou bien sur notre antagoniste qui s’avère bien classe par moment. Il y a du bon et du moins bon et c’est similaire pour les décors. Certains décors sont fort sympathiques quant à d’autres, c’est pas mal de cases vides. Je suis vraiment partagé. Peut être que c’était trop de travail pour le mangaka qui, si je ne me trompe pas, n’avait qu’un assistant du nom de Yûichi Bessho.

 

 

En fin de compte, Twelve Demon Kings, est-ce que ça peut être cool à lire ? Eh bien je dirais que c’est à choisir en connaissance de cause. Je l’ai acheté en me disant que je m’en ferai mon propre avis et je pense tout de même aller jusqu’au bout de cette série. Cependant, la lecture de ce premier tome m’a laissé perplexe. Que ce soit au niveau de l’histoire comme des dessins. J’ai l’impression d’être dans des montagnes russes où je passe de : “Wow, c’est vraiment pas mal !” à “Ah, c’est dommage ça” et c’est assez frustrant. Cette frustration me donne envie d’aller jusqu’au bout afin de voir si oui ou non je vais aimer le dénouement de tout ça. Est-ce que les choix scénaristiques qui ne m’ont pas forcément plu vont  finalement me faire dire “ Bon ok, c’est sympa”? En toute honnêteté je ne sais pas. Si vous aimez la fantasy et plus particulièrement ce qui se rapproche de la Dark Fantasy (sans être à un niveau tel que Berserk) pourquoi pas. Ça peut vous permettre de vous initier avant de vous attaquer à des œuvres plus costaudes. Ce n’est clairement pas un chef d’œuvre mais ça se lit tout de même bien. Alors j’ai envie de dire, pourquoi pas se laisser tenter, en toute connaissance de cause comme dit plus haut…

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *