Critiques,  Hana Collection,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga

Karasugaoka Don’t be Shy

Quand la 

timidité nous 

joue des tours

Karasugaoka Don’t be Shy est un Yaoi de Yukura Aki, publié au Japon en 2018, il nous arrive en France aux éditions Boy’s Love IDP dans la Hana collection en Mai 2021.

 

Karasugaoka Don’t be Shy raconte l’histoire de Shinba Tetsuji et de Izuhara Sou, deux leaders de deux factions: Karasukai et VOICE. Dans la ville de Karasugaoka ils se portent volontaires pour aider les habitants et lutter contre le crime. Mais ces deux factions sont opposées, leurs leaders ne parvenant pas à s’entendre. Pourtant Izuhara aimerait bien se rapprocher de Shinba dont il est secrètement amoureux, mais sa forte timidité le pousse à être violent et insultant en face de lui. Parviendra-t-il à changer et à se surpasser pour tout avouer?

 

Karasugaoka Don’t be Shy est une bonne découverte. Ce tome est drôle et captivant et l’auteur parvient à nous faire une évolution progressive de l’histoire vraiment intéressante à suivre. Les deux protagonistes ne se sautent pas immédiatement dessus et j’ai trouvé ça agréable à lire. On a réellement une histoire qui se construit, qui prend son temps et qui passe par plusieurs affaires que les deux factions résolvent le plus souvent ensemble, mais surtout parce qu’ils se retrouvent tous les deux dessus sans le vouloir.

Le fait qu’ils résolvent des affaires dans un quartier m’a fait fortement penser à Ikebukuro West Gate Park où plusieurs factions règlent les problèmes des habitants et se retrouvent tantôt dans des affaires graves, tantôt dans des affaires plus bénignes.

Ce tome est très riche en scénario et en affaires différentes. L’auteur a su nous présenter ses personnages et son univers petit à petit sans trop forcer immédiatement sur des scènes de couple et on a bien pu voir leur relation évoluer. On peut dire qu’un chapitre de Karasugaoka Don’t be Shy correspond à peu près à une affaire et à chaque fin de chapitre on a pu sentir que la relation de nos deux protagonistes évoluait un petit peu, ce qui était plutôt sympathique à suivre.

Le scénario non forcé et non bâclé n’est pas le seul point positif de l’œuvre. L’auteur nous propose énormément d’humour dans son titre, que ce soit par un comique de situation où les personnages se retrouvent à faire équipe malgré eux pour résoudre des affaires, ou encore par le comique de caractère puisqu’on a un duo aux forts caractères qui mènent à des situations parfois absurdes et à des dialogues qui partent rapidement en bagarre.

Parlons d’ailleurs un peu des personnages, et plus précisément de notre couple en devenir.

Le personnage de Shinba est plutôt mature et charismatique même s’il m’a beaucoup moins marqué que celui de Izuhara. Il n’en reste pas moins fort et sûr de lui et la phrase qu’il a dite à Izuhara dans le passé résonne encore dans toute l’œuvre.


Si tu n’as pas la force de résister, enfuis-toi. Et si tu es pétrifié par la peur, appelle à l’aide. Si tu as besoin de moi, j’entendrai ta voix. Ne reste pas silencieux! Fais ce qu’il faut pour te protéger!

 – Shinba


J’ai trouvé ça vraiment intéressant et captivant de se rendre compte de l’impact que ces mots ont eu sur Izuhara et sur tout le titre en général. Que ce soit par le fait que la faction de Izuhara s’appelle VOICE ou encore par le fait qu’il doit crier le nom de Shinba pour que celui-ci l’entende. Cette phrase à un impact très important tout au long de l’œuvre que ce soit pour la manière dont les personnages vont agir, que par la façon dont Izuhara va ouvrir son cœur.

Parlons d’ailleurs de Izuhara. Il est plus jeune que Shinba et c’est un personnage assez haut en couleur avec une personnalité plutôt variée en fonction du moment. Devant Shinba il apparaît comme fort et hautain, mais derrière c’est un grand nerveux et naïf qui a facilement honte de ce qu’il dit et qui est amoureux de Shinba. Les paroles de Shinba résonnent encore en lui et l’ont façonné en quelque sorte, le rendant meilleur. Avant il ne se défendait pas et se recroquevillait sur lui-même mais c’est maintenant un personnage capable de se battre, qui veut aider les autres peu importe ce qu’il doit faire. 

Sa transformation n’est cependant pas terminée au début du titre puisqu’il n’est pas encore capable d’élever la voix comme il faut pour s’exprimer et il est intéressant de le voir évoluer. Quand il parvient enfin à se surpasser et à avouer ses véritables sentiments, sa transformation est enfin complète et on peut dire que c’est clairement un personnage qui passe par différents stades: Dans le passé il est une chenille fragile et innocente, dans le présent il est encore un cocon qui se protège et à la fin du tome il commence à sortir pour devenir un papillon et déployer ses ailes.

En plus d’être un personnage qui évolue beaucoup, c’est également celui qui, par son caractère à la fois fort et contradictoirement très timide, va créer des situations absurdes et drôles qui détendent l’atmosphère de l’œuvre. Je trouve que sa présence a fait que ce titre est si bon et se lit avec autant de fluidité. C’est clairement le personnage que j’ai préféré et j’espère que par la suite il nous réservera encore quelques évolutions intéressantes emplies de moments drôles.

Si je devais énoncer des défauts à ce titre (et j’en ai forcément perçus, rien n’est parfait) je dirais que j’ai trouvé la déclaration d’amour un peu précipitée. Tout progressait à un bon rythme et j’aurai aimé qu’on prenne encore un peu plus son temps avant d’avoir une déclaration et des sentiments concrets. Après on pourra se dire que les personnages ont été pris dans l’élan du moment mais pour le coup ça m’a un peu déçue. J’apprécie tout de même qu’ils ne se soient pas sauté dessus immédiatement et qu’on laisse le temps à leur relation de se former. Après j’ai quelques appréhensions quant au deuxième tome de l’œuvre, je trouve qu’un tome se suffisait à lui-même et j’espère que le deuxième tome ne sera pas ennuyant ou trop redondant.

Pour ce qui est des dessins, je les ai trouvé vraiment bons et très agréables à contempler. J’aime beaucoup la manière dont les yeux de Izuhara sont dessinés. Les chara designs sont bons, les traits sont propres, les planches sont claires, les points importants à mettre en avant sont bien présentés et il y a des décors là où il faut, l’auteur a donc fait un excellent travail.


En conclusion, Karasugaoka Don’t be Shy est un bon Yaoi d’après moi et peut permettre aux plus novices du genre de s’y habituer en douceur grâce à un scénario qui pourrait au départ tout à fait coller à celui d’un Shônen ou d’un Seinen. L’auteur a su mêler un scénario complet et beaucoup d’humour pour nous captiver et j’en garde donc un excellent souvenir, d’autant que j’ai particulièrement aimé l’importance qu’une phrase pouvait avoir sur une personne voire même sur un manga entier. Malgré la mise en couple des personnages un peu soudaine j’ai trouvé le titre très divertissant et le conseillerais volontier à tous ceux qui veulent s’essayer au genre et qui aiment les beaux chara designs.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *