A-B-C,  Critiques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Manga

Amanchu !

Plongée en

douce inconnue

 

Amanchu ! est un Shônen de la célèbre Kozue Amano. Initialement sorti en 2009 au Japon, c’est deux ans plus tard, soit en Mars 2011 que sa version française a été publiée par les éditions Ki-oon.

L’histoire approche grandement de la fin avec le 17e et dernier tome qui arrive en fin d’année au Japon et qui, comme d’habitude, arrivera peu de temps après, en France !

Ôki Futaba quitte Tokyo pour Ito, de la préfecture de Shizuoka et décide d’aller voir la mer avec son scooter. Par pur hasard, elle tombe sans le savoir sur Kohinata Hikari, sa future camarade de classe. Cette dernière, amoureuse de plongée, tentera d’initier Ôki à cette discipline qu’elle n’a jamais pratiqué.

Nous allons donc les voir évoluer dans leur quotidien et ce pour notre plus grand bonheur. Kozue Amano est pour moi sans conteste l’une des mangakas que j’apprécie le plus,  elle possède un talent fou pour nous emporter dans ses univers débordants de simplicité mais follement addictifs. Vous la connaissez peut-être pour une de ses précédentes œuvres, Aria dont nous avons eu une réédition qui s’est achevée récemment sous le nom de Aria The Masterpiece. Ce titre était et est d’ailleurs toujours aussi excellent, je vous invite à lire notre critique dessus. Ce qui nous amène à Amanchu où il n’y avait clairement aucune appréhension. Je connaissais le style de l’auteur, j’étais en quelque sorte déjà conquis sans même l’avoir lu ! Surtout que pour tout vous avouer, j’avais vu l’anime avant de lire sa version papier donc je connaissais déjà un petit peu. Mais tout ceci remonte à longtemps et j’ai pu prendre beaucoup de plaisir à me replonger dans cette œuvre (surtout son premier tome pour la critique).

Ce manga se veut très” feel good”, tout comme Barakamon où vous allez découvrir puis vous attacher à cette nouvelle vie/aventure et à ces personnages tous plus uniques les uns que les autres. C’est véritablement l’esprit de ce genre de titre dont je pourrais également vous citer Escale à Yokohama qui est une petite pépite des éditions Meian. On va donc être sur des œuvres assez contemplatives et surtout légères, qui vous font intellectuellement voyager sans même que vous vous en rendiez compte.

 

 

Le premier tome d’Amanchu va introduire une poignée de personnages qui seront très importants pour la suite, mais il va également présenter l’élément qui va faire que tout ce beau monde va se rassembler ; la plongée. Ôki Futaba va apprendre les bases de la plongée, le système de pression qui est exercé sous l’eau, la façon de respirer etc, tout en restant sur de la théorie. Par ailleurs ce point-là est plus rapidement mis en avant que pour Grand Blue par exemple qui au départ ne va pas trop s’occuper de la plongée.

Malgré cela, l’histoire se veut détendue, bien que la plongée soit sérieuse ! Je dirais même que c’est aussi détendu que Katori Mato, la professeur principal lors de son premier discours…

En tout cas, les personnages jouent un rôle énorme dans le récit car ce sont eux qui vont véritablement vous faire apprécier tout ce que vous allez voir. Même si le meilleur des personnages reste le chat du club de plongée qui revient continuellement dans les œuvres d’Amano Kozue ! Une perle ce chat, j’adore.

En parlant de perle, Hikari, aussi surnommée Pikari, en est une belle de perle ! Même si elle pourrait parfois être plus proche des perles du bac, elle reste très attachante avec son sifflet, sa manière de parler et son amour inconditionnel de la plongée. Elle ne réfléchit pas toujours avant d’agir, comme lorsqu’elle saute en voulant prendre un raccourci mais ne pense absolument pas à la chute et à la manière d’atterrir, je vous jure, irrécupérable. Mais c’est aussi ce qui va permettre de contraster avec Ôki Hinata !

Cette fille est à contrario d’Hikari, plus posée, timide et surtout plus sage. Bien que cela l’amène à une certaine facilité à se faire influencer ce qui finalement, dans son cas, n’est pas une mauvaise chose. En effet, sa rencontre avec Hikari est un événement majeur dans sa vie car cela va vraiment avoir un très gros impact sur son quotidien qui changera radicalement et de manière positive en plus ! Ces changements, on les entrevoit déjà dans le premier tome, c’est un vent de fraîcheur pour Ôki qui renaît en quelque sorte après avoir laissé sa peur et ses inquiétudes de côté, enfin, elle va essayer, car vous allez voir, ses peurs ne vont pas s’en aller en un claquement de doigts. Elle va donc plus facilement se laisser entraîner et porter par Hikari qui va lui faire découvrir littéralement un nouveau point de vue et un nouveau monde.

 

 

Et par extension, c’est aussi à nous, lecteurs, que l’on fait découvrir un univers différent de ce que l’on connaît déjà. Pour ce faire, en dehors de la narration et de ses fabuleux personnages, c’est aussi par les dessins que l’on va être transporté. Le style de l’auteur est reconnaissable dès les premières planches, comme ses univers, sa façon de dessiner mêle simplicité et soin du détail. Les chara-designs des personnages sont débordants de vérité quant aux caractères de chacun ce qui les rend tous facilement identifiables et ce qui nous permet également de nous y attacher. Nous avons également ce côté simplifié dans certaines expressions pour appuyer sur un côté du personnage, un peu comme l’air bêta d’Hikari qui est merveilleusement bien retranscrit par les grands yeux et la grande bouche bien ouverte, c’est un bonheur à regarder ! De ce fait, les phases de contemplation sont encore plus agréables et les autres moments sont toujours accompagnés d’une bonne réplique ou bien d’un trait particulier qui rend les choses intéressantes.

Je l’avais annoncé dès le début et mon avis final reste inchangé, j’étais et je suis conquis par ce manga. J’apprécie beaucoup les mangas tranches de vie, un peu feel good et contemplatifs, c’est un genre que j’adore et dont je ne me lasse pas. Amanchu! n’y fait clairement pas exception. L’auteur est reconnaissable sur plusieurs points mais pour autant, on n’a pas cette impression de voir toujours la même chose, Amano Kozue a su se renouveler et proposer un manga qui a sa propre identité, ses propres couleurs avec un univers tout de même bien différent. Alors certes on pourrait dire que certains chara-designs sont très semblables mais c’est le style de l’auteur et surtout ça ne va pas plus loin. Qui plus est, le caméo fait toujours plaisir.

Si vous n’avez jamais lu ni Amanchu, ni Aria, il n’est pas trop tard, je vous les conseille fortement si vous aimez les mangas plus légers. Vous passerez un bon moment ça c’est certain, en plus l’été n’est pas encore fini alors pas question de rater l’une des meilleures périodes pour le lire !

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *