Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Pika,  S-T-U

Stranger Case

Entre 

surnaturel 

et enquêtes

Stranger Case est un Shônen originellement tiré du Light Novel de Kyô Shirodaira et adapté par Chashiba Katase. Il est publié au Japon depuis 2015 et comporte actuellement 17 volumes. En France, le manga est édité chez Pika depuis 2018.

 

Il possède également une adaptation Anime depuis 2020 disponible sur Crunchyroll avec une Saison 2 qui sort en Hiver 2023.

Kyô Shirodaira ne vous est peut-être pas inconnu. Il a en effet déjà été publié chez nous pour The Civilisation Blaster mais aussi pour Vampire Chronicles.

 

Il y a quelques années, une petite fille est portée disparue. Deux semaines plus tard, elle est retrouvée endormie dans un parc une jambe et un œil manquant. Ceux-ci lui ont été enlevés par sacrifice afin qu’elle devienne la “déesse de la sagesse” des créatures surnaturelles. Ainsi, elle sert de médiateur entre eux et les humains. Mais un jour, elle rencontre Kurô Sakuragawa, un jeune homme que les Yokai fuient comme la peste. Kotoko Iwanaga tombe éperdument amoureuse de lui et décide de tout faire pour sortir avec lui et faire de lui son équipier.

 

Stranger Case est un manga surnaturel qui plaira aux fans de Yokai mais qui recherchent un peu plus de combats et d’action que dans des mangas comme Le Pacte des Yokai. En effet, si le début du premier volume papote beaucoup, on finit par vite apercevoir les fameux êtres surnaturels, mais également par accéder aux premiers moments d’action. Ce surnaturel est énormément inspiré du folklore japonais puisqu’on y retrouve les Tanukis ou encore le Kappa, mais ne s’intéresse pas seulement aux Yokais classiques mais également aux fantômes et légendes urbaines. Ainsi, l’auteur a su mettre en place des éléments variés qui permettent non seulement de redécouvrir du folklore japonais sous son point de vue, mais aussi de nous présenter des êtres surnaturels inventés par lui et lui seul et qui sont, ma foi, originaux. Après tout, c’est pas souvent qu’on peut se faire poursuivre par une fille sans visage en tenue légère, portant une poutre en fer qui doit peser plus lourd qu’elle dans les mains.

En tout cas si vous voulez du surnaturel, vous serez bien servis dans Stranger Case! Pour l’action, on aura pour le moment que deux gros moments d’action dans ce premier volume, mais pour avoir vu l’anime et pour avoir lu plus loin que le tome un, je sais qu’on aura encore bien d’autres batailles impressionnantes.

Mais l’un des gros points intéressants de ce titre, c’est qu’entre ces moments d’action, Stranger Case installe un sentiment d’enquête avec énormément de mystère. Si on ne le remarque qu’à partir de la seconde partie du tome, l’aspect enquête est un élément qui se fera cependant de plus en plus récurrent au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire grâce à des personnages policiers, mais aussi Kotoko qui est capable d’une grande capacité de réflexion malgré sa petite taille et qui cherchera toujours à accomplir son travail de médiatrice et à trouver des solutions à des problèmes qui pourraient totalement la dépasser pourtant. Heureusement, elle arrive à bien s’entourer et le duo qu’elle va créer avec Kurô va lui permettre d’avoir plus de puissance en combat.

Si par moment Stranger Case sera bien sérieux voire sombre (ce qui n’est pas encore vraiment le cas dans ce premier volume) vous aurez aussi énormément d’humour avec des personnages qui se renvoient tout le temps des piques et une Kotoko qui n’a pas du tout sa langue dans sa poche bien qu’elle veuille avoir l’air d’une fille de bonne famille. Elle fait souvent des allusions perverses qui détendent l’atmosphère et sa manière d’être avec Kurô est à la fois gênante et amusante.

Une chose est sûre, en vous procurant Stranger Case, vous en aurez pour votre argent. Puisqu’on a un manga avec beaucoup d’enquêtes et de réflexions, on a également énormément de dialogues. S’ajoute à cela, des chapitres immensément longs, si bien que dans le premier volume nous n’avons que deux chapitres, là où d’autres mangas en proposeront 3 à 5 par volume. Si vous n’êtes pas fans des dialogues, je doute que ce titre vous plaira. En revanche, si vous aimez le social et la réflexion qui vous permettent de tenter de trouver le secret des autres, ce manga pourrait vous intéresser.

Il y a un point cependant qui ne fait pas l’unanimité dans ce titre, c’est que les affaires sont très longues. Pour vous dire, il me semble que la première saison de l’anime se concentre sur une seule affaire. Et pour avoir lu plus loin dans le manga, la dame de Fer va rester un bon moment. L’auteur prend son temps pour construire ses enquêtes, placer ses indices, faire réfléchir aussi bien le lecteur que ses personnages et malheureusement cela peut tirer en longueur d’après certains. Personnellement ça ne m’a pas spécialement dérangé, à vous de voir si cela est un frein à votre lecture.

 

Accepterais-tu de sortir avec moi en vue de m’épouser par la suite?

– Kotoko Iwanaga

 

Dans ce premier volume, vous rencontrerez trois personnages principaux que vous reverrez souvent, voire constamment: Kotoko, Kurô et Saki.

Kotoko Iwanaga a certes une apparence de collégienne, elle est cependant bien plus âgée qu’il n’y paraît. Elle est intelligente, plutôt agile malgré sa jambe en moins et son œil de verre et surtout, elle n’a pas sa langue dans sa poche. Elle utilisera tous les subterfuges possibles pour mener à bien ses missions, tout en gardant un aspect mignon et mielleux lorsqu’elle est auprès de Kurô. J’aime beaucoup sa manière d’être même si elle a tendance à se moquer du danger dans lequel elle peut se mettre.

Kurô Sakuragawa est un jeune homme à la fac qui possède un lourd secret. Initialement en couple avec Saki, il finit par se faire rejeter par elle et poursuivre par Kotoko. Les Yokais semblent avoir peur de lui tandis que lui est très détaché quant au risque de se blesser. On en apprend déjà un peu plus sur le pourquoi du comment dans ce premier volume, mais je vous laisserai le découvrir. Il me donne cependant l’impression d’être un outil à utiliser plus qu’un être humain par moment, tant il se détache de tout et se contente d’agir.

Enfin, Saki était la copine de Kurô. Elle n’a pas pu oublier son ex petit ami mais est rentrée dans la police. C’est une fille très terre à terre qui ne veut pas croire au surnaturel et qui, pourtant, va devoir y faire face de plein fouet. C’est probablement la plus humaine du trio, et celle qui va le plus changer quand elle acceptera enfin l’existence des êtres surnaturels. C’est également elle qui fait le lien entre nos personnages et la police, même si pour ce premier volume, elle ne fait pas grand chose. J’ai hâte qu’elle soit un peu plus détaillée.

Pour parler un peu des dessins, je trouve les chara-designs originaux, surtout pour Kotoko qui en jette vraiment (un peu moins pour Kurô qui est trop classique à mon goût). Le dessinateur à l’air d’avoir moins de mal à faire des chara designs féminins impactants que masculins. Par contre les vêtements sont bien détaillés, les expressions variées, on a plusieurs planches explosives à contempler.

On manque cependant de décors à mon goût, ceux-ci étant souvent remplacés par des trames ou du blanc. Néanmoins les personnages et êtres surnaturels variés permettent un peu d’oublier ce point noir.

La mise en page des planches est classique, on a très peu de personnages qui sortent de leurs cases et je trouve que ça mériterait un peu plus de prise de risque. Néanmoins, les scènes d’action sont belles et suffisamment détaillées pour qu’on ne se perde pas.

Quant à la couverture, elle est déjà jolie pour un premier volume mais pour avoir vu les plus récentes, je trouve que le dessinateur progresse vraiment et qu’on a de moins en moins de sensation de vide dans ses couvertures. Le lettrage du titre ne m’attire pas forcément l’œil, je le trouve assez simple mais il fait amplement l’affaire. Le dos en bleu nuit change cependant des autres mangas et ça permet de le reconnaître plus facilement dans une collection.

 

En conclusion, Stranger Case est un manga que je trouve injustement méconnu. Il possède plusieurs éléments intéressants comme un grand “bestiaire”, énormément de surnaturel, des personnages impactants aux chara designs intéressants. C’est un titre qui mélange surnaturel et enquête, le tout avec des affaires ultra complètes qui peuvent en gêner certains mais qui ne me dérangent pas pour ma part. C’est un manga avec énormément de dialogues, vous en aurez pour votre temps et votre argent, qui propose des chapitres bien plus gros que dans un manga classique. Même si c’est une œuvre qui parle beaucoup, il y a déjà plusieurs scènes d’action qui ne feront que se multiplier par la suite. C’est un manga qui possède un anime et pas mal de tomes déjà alors pourquoi ne pas lui laisser sa chance si vous aimez les Yokais, le surnaturel, l’action, les enquêtes et les personnages qui ont du répondant.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *