Critiques,  Delcourt/Tonkam,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga

Mist Gears Blast

Quand une brume

épaisse amène le 

désespoir et la 

destruction

 

Mist Gears Blast est un Shônen en deux tomes avec au scénario Hajime Tanaka et au dessin Yoichi Amano. Il s’agit avant tout d’un manga Jump Comics qui fait partie d’un cross-media en trois supports: Manga, livre et jeu vidéo. Le manga est paru au Japon en 2018 et arrive chez nous en Janvier 2021 grâce aux éditions Delcourt/Tonkam.

Une brume est apparue tout autour du monde après le “Jour du purgatoire”. La plupart des êtres humains sont morts et les animaux ont muté en d’énormes monstres. Ceux qui ont survécu se sont réfugiés sous terre. 70 ans plus tard, Nagi, une jeune fille, décide de partir à la recherche de son père qui est remonté à la surface pour trouver un remède pour sa mère.  Là, elle va découvrir un tout nouveau monde et s’allier au Projet Mist Gear afin de découvrir l’origine de la brume et y mettre fin.

 

Ici, je suis à la surface. La brume est au moins cent fois plus épaisse…

– Nagi

 

Tout d’abord, dès le début de ma lecture, je n’ai pu m’empêcher de faire le rapprochement entre deux autres œuvres existantes. Mist Gears Blast m’a fait penser à Gurren Lagann par le fait que la population qui vivait sous le sol avait peur de remonter à la surface qu’ils considéraient comme beaucoup trop dangereuse. Le personnage de Nagi m’a également fait penser à Riko de Made in Abyss qui part pour les abysses contre l’avis de tous. Nagi, elle, part plutôt pour la surface au lieu des profondeurs et pour retrouver son père et non sa mère. C’est donc sous un point de vue optimiste que j’ai débuté ma lecture, espérant y retrouver un peu de ce qui m’avait plu dans les deux autres titres.

Et en effet, j’ai eu tout de même une bonne surprise. J’ai été captivée par le côté aventure que nous offrait le premier chapitre. L’envie de découvrir le monde de Nagi avait dépeint sur moi et la découverte d’autres êtres humains ne me dérangeait nullement. J’avais vraiment l’impression de vivre une aventure et j’en voulais plus. On a alors découvert plus de personnages tout au long du tome, ainsi que des lieux, une capitale, un village.

Mais tout ceci m’a paru finalement aller beaucoup trop vite. On découvre en coup de vent des personnages, des lieux, et au final, même les ennemis sont rapidement battus et on sent bien que ce titre est voué à ne faire que deux tomes. Au bout de deux chapitres déjà, Nagi, qui semblait démunie face à ce qu’elle affrontait, se retrouve avec le moyen de se battre pour protéger ceux qu’elle aime et lutter contre la brume. Et ce moyen, elle n’hésite pas à l’utiliser. Elle qui vivait sous la surface de la terre ne semble pas le moins du monde effrayée par les énormes monstres qu’elle doit combattre, ce qui semble totalement surréaliste même pour une personne courageuse.

Finalement, j’ai l’impression que ce tome qui aurait pu amener une histoire très intéressante, ne m’a laissé qu’une impression de vide, comme si tout s’était passé trop vite. Moi qui partais sur une note positive, je trouve au final que l’histoire cruelle avait du potentiel mais que les côtés, tout avance vite et les personnages sont surpuissants face aux monstres, ont finalement un peu gâché mon enthousiasme.

J’ai aussi observé que le tome était assez répétitif avec, à chaque fois, une situation avec un monstre boss qui finit très vite écarté par un personnage surpuissant. Même si l’histoire ne doit faire que deux tomes j’ai peur qu’on finisse par tourner en rond. Je pense clairement qu’il ne faut pas prendre le titre seul, puisqu’il s’agit d’un cross-media, et également se tourner vers le livre et le jeu vidéo, et c’est certainement le but de ce manga: Faire une introduction rapide du scénario et du monde de Mist Gears Blast, afin de pousser les gens à se diriger vers les autres médias qu’ils ont développés pour qu’ils en apprennent davantage sur l’histoire si elle les a intéressé. On n’aura certainement pas une bonne finalité avec juste un manga de deux tomes, et j’espère vraiment qu’on aura accès au livre et au jeu vidéo pour pouvoir avoir toute l’histoire et un dénouement, parce que sans les deux autres je pense que ce manga perd tout son intérêt et tombera vite dans l’oubli.

Si on voulait retourner sur une notre positive, on pourrait dire que les dessins sont plutôt bons et que j’en ai rien à en redire. J’aime bien les chara-designs et il y a des décors corrects juste où il faut, les détails sur les personnages ou les décors quand il y en a sont beaux, les scènes d’action sont fluides et parfois même impressionnantes.

 

Enfin, en ce qui concerne les personnages, ils sont tellement variés qu’ils ne seront certainement pas approfondis plus que ça et c’est un peu dommage. J’espère vraiment qu’il s’agit des mêmes que dans le livre et dans le jeu vidéo parce que certains avaient quand même un bon potentiel, comme Arashi avec son arme parapluie et son côté humoristique qui permettait de faire redescendre la pression dans l’histoire et que j’ai particulièrement apprécié.

On pourrait parler plus en profondeur de Nagi qui est une fille forte, déterminée, un peu garçon manqué au style Shônen. Elle est plus intelligente et débrouillarde qu’elle n’y paraît, en plus d’être courageuse et de posséder une grande force. Elle est clairement une optimiste dans un monde de désespoir, au point que sa positivité semble par moment surpasser la fausse positivité d’Arashi, et je trouve ça intéressant de les mettre en relation, j’aimerais vraiment que ce soit plus détaillé et qu’on ait plus de scènes entre eux deux. Nagi est clairement l’héroïne typique d’un Shônen et elle apporte une touche plus légère à une histoire, qui aurait pu et aurait dû, d’un point de vue réaliste, être bien plus sombre.

Je pense qu’il y a donc énormément de matière à développer autour des personnages, je n’en ai cité que deux et il s’agit des plus développés dans ce tome mais j’aimerais beaucoup découvrir les autres davantage.

En conclusion, on peut dire que Mist Gears Blast est une lecture plutôt agréable mais décevante car répétitive et trop courte au point qu’elle nous laisse sur notre faim. C’est clairement une histoire qui doit être plus développée dans les autres médias et j’espère vraiment qu’on aura accès au livre et au jeu vidéo si ce n’est pas déjà le cas. Cela reste un achat peu coûteux et les dessins sont quand même pas mal, donc pourquoi pas se faire son propre avis dessus.

 

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *