A-M,  Critiques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Webcomics / Webtoons

Bâtard

Viens… On est bien…

 

 

Bâtard est un Webtoon écrit par Carnby KIM et illustré par Youngchan HWANG. Il est fort possible que vous ayez déjà entendu parler de cette œuvre qui se retrouve enfin reliée et ce, grâce à Ki-oon et à sa nouvelle collection : Toon !

Jin Seonu est un jeune garçon qui vit seul avec son père. Il est dans un bel appartement, dans un beau quartier, plutôt huppé et ça, il le doit à son père, Dong-Su, PDG d’une grande entreprise, qui apparaît comme un père modèle mais qui doit se plier en quatre pour son travail. Entre voyages d’affaires et actions caritatives, il fait tout pour être présent pour son unique fils !

Malheureusement, tout ceci n’est qu’une façade, sous des airs de belle famille se cache de très lourds secrets qui sont camouflés avec brio. Mais les multiples disparitions dans leur quartier, et les choix de chacun d’eux vont avoir de lourdes répercussions sur leur vie, toutes bonnes choses ont une fin, mais qu’en est-il des mauvaises ?

C’est un thriller psychologique extrêmement prenant. Chacune des cases dégage quelque chose de particulier, une certaine angoisse, une certaine rage, un certain mal-être. Tout y est mélangé, et en tant que lecteur, malgré tout ça, il y a une certaine excitation, on veut voir la suite, on veut savoir comment ça va se passer, jusqu’où ça va aller et c’est un ressenti assez similaire à Killing Stalking.

Nous avons un pauvre enfant qui doit malgré lui, réaliser toutes sortes d’atrocités afin que son père puisse prendre son pied de la manière la plus sale possible. C’est complètement tordu et pourtant Jin tient le coup, il n’a pas de défouloir comme certains, c’est tout le contraire même ! Il est un défouloir pour certains de ses camarades, et ceux qui ne bougent pas le doigt pour lui ne sont pas mieux, pour eux Jin ne représente pas plus que “l’œil-de verre”. Il ne se souvient ni pourquoi ni comment il a perdu un œil étant petit, en plus d’avoir des vis et plaques sur certains de ses os et également une valve pour le cœur. Le quotidien n’est donc pas facile pour lui, il est le centre de jugement de tous ceux qui l’entourent, sans une once d’intérêt pour ce qu’il est. Et ce n’est pas en rentrant chez lui que cela va s’arranger. Son père n’est pas constamment à la maison à cause de son travail mais lorsqu’il est là il exerce une pression constante, il ressemble un peu à Isabella  dans The Promised Neverland, un masque gentil, plein de bonté et derrière capable de faire des choses horribles, bien qu’à la différence la mama n’est pas que mauvaise, mais ça c’est une autre histoire !

 

Il n’a donc aucun refuge, il ne peut que subir constamment. Mais une lueur d’espoir apparaît faiblement devant lui, une fille, nouvelle arrivée dans son lycée qui porte le nom de Gyeon Yun. Lors de son premier jour, elle sauve la vie de Jin qui, après avoir été tabassé, a bien failli mourir. Toutefois cette lueur oscille fortement face à la présence d’une tempête du nom de Dong-Su Seonu qui menace de tout anéantir. Cet événement perturbe le quotidien de Jin qui décide pour la première fois de tenter de tenir tête à son père. Pour arriver à ses fins, il trouve une aide bien particulière et dangereuse mais qui s’avère être potentiellement, son meilleur atout et allié… Est-ce que cela se retournera en fin de compte contre lui ? Seul l’avenir nous le dira !

Son père, c’est un peu Mr X, toujours proche de sa Claire de Resident Evil 2, Claire qui pourrait autant être autant Jin, son propre fils, que Yun.

Et c’est génial cette tension qui règne en maître sur la lecture. Les moments “calmes” sont rares et surtout s’interrompent assez brusquement, un peu comme si vous vous réveilliez en haut de montagnes russes et que vous vous disiez “oh mince, je suis fini” et que ça descendait d’un coup. C’est brutal, mais c’est quand même vachement bon ! La situation pour notre protagoniste est très compliquée et on ne voit pas vraiment comment il va faire. Il semble être pris dans un enchevêtrement sans fin. Tout cela n’annonce rien de bon…

 

 

Par contre, ce qui est bon, c’est les personnages ! Nous ne sommes pas sur une série avec énormément de personnages, on va rester concentré sur le nécessaire, et certains secondaires ne vont servir qu’à appuyer les brimades que subit Jin par exemple. Finalement on n’a réellement que quatre personnages qui sortent du lot. Le premier c’est évidemment Jin Seonu. Comme énoncé plus haut, il a eu un “accident” plutôt grave qui fait qu’il possède pas mal d’attirails dans son corps, ce qui lui a valu différents problèmes niveau physique, surtout que cela peut difficilement s’arranger avec son père qui fait tout pour l’empêcher de se muscler. Donc on a un personnage faible physiquement, par contre mentalement c’est tout le contraire. Je ne sais pas quelle est la façon la plus probable de réagir si notre père nous demande depuis l’enfance, d’assomer des personnes pour les lui livrer. C’est une expérience très traumatisante et je pense que beaucoup de gens ne le supporteraient pas ou deviendraient fou. Chose incroyable avec Jin c’est qu’il est dans l’entre-deux. Il a gardé un masque de personne normale, d’ailleurs il le dit lui-même, c’est un formidable acteur. Cependant, chasse le naturel et il revient au galop, et c’est comme ça que dans certaines scènes on voit un penchant plus sombre de sa personnalité. C’est assez rare mais quand ça arrive, il est classe, euh non, on dirait un psychopathe je veux dire…

Cette partie de lui tranche de façon nette avec son autre côté bien plus enfantin. En effet, il a des moments de totale innocence, d’une pureté inégalée si je puis me permettre. C’est un personnage complètement perdu entre la folie de son père, sa propre folie et sa candeur.

Ce deuxième côté plus doux va être accentué par un personnage féminin du nom de Gyeon Yun, sa sauveuse. Elle non plus n’a pas la vie facile mais pour d’autres raisons que je vous laisse découvrir par vous-même. C’est beau de les voir ensemble. Sans forcément chercher à le faire, ils vont panser un peu les plaies de l’autre, bien que cela pourrait changer tout autant brusquement… C’est un personnage qui ajoute beaucoup à l’histoire, son rôle est capital pour l’intrigue et je trouve qu’elle remplit très bien ses fonctions. C’est également un personnage fort mentalement mais n’oublions pas que ce ne sont que des mineurs.

On va compléter ces personnages par un autre garçon très intéressant. Il s’agit de Jae Hyeok. La première fois qu’on l’aperçoit, on se dit que c’est simplement un cliché, le caïd du lycée et blablabla. Et c’est pas entièrement faux mais c’est plus que ça. Rapidement, on va en apprendre plus sur lui, sur pourquoi il est comme ça, sur qui il est et sur son avenir. Croyez-moi, il a beaucoup à nous offrir. Sa personnalité est particulière mais bien plus facile à cerner. Pour faire simple sans trop rentrer dans les détails, il vient d’une famille riche avec un avenir certainement tout tracé, de ce fait pour pallier au poids qu’il peut avoir sur les épaules il va se défouler ailleurs et notamment à l’école où il va causer des ennuis à beaucoup de ses camarades. Tout ceci lui passe complètement au dessus puisque sa personne passe en priorité, un peu comme Asagiri Kaname dans Magical Girl Site. Là où ça va être intéressant c’est quand il va commencer à être intrigué par Jin, on va voir d’autres côtés de sa personnalité, ce qui va un peu le complexifier et le rendre plus agréable à suivre.

Et pour finir on a bien évidemment le père de Jin, Dong-Su. PDG d’une grande entreprise, homme respecté qui fait bonne figure. Il a des défauts comme tout le monde, bon, il est tueur en série à ses heures perdues, il violente mentalement son enfant, il le menace,  et on peut aussi parler de tout un tas d’autres crimes qu’il commet mais mis à part ça, c’est un homme respectable qui a donné de sa personne. On n’est vraiment pas loin du bon père qui fait son maximum pour élever son fils en l’absence d’une mère! Blague à part, c’est quand même un sociopathe/psychopathe incroyable. Il arrive devant énormément de personnes à paraître pour un bienfaiteur, pour un homme qui va aider les plus démunis alors que derrière il fait des abominations. En ce sens, il est très fort. Il ne craque jamais, il ne laisse rien paraître, seul Jin  est au courant et personne d’autre.

 

Et puis tout ça est accentué par les dessins qui sont d’une grande justesse. On pourrait même comprendre toute l’histoire et les personnages avec seulement les dessins et aucun écrit. Les expressions faciales sont propres et la patte de l’auteur donne une bonne immersion, on se sent pris aux tripes par moments. Les scènes où l’on voit le mauvais côté de Dong-Su sont folles.

En plus, pour profiter un maximum de tout ça nous avons le droit à une édition grand format ( 15 x 21 cm ) toute en couleur !

En conclusion, c’est une expérience assez dingue. Si vous aimez les histoires sombres, angoissantes, et les thrillers en général, vous allez aimer Bâtard. L’auteur a fait de l’excellent travail, tout comme la maison d’édition qui nous propose un beau rendu !

J’ai hâte de voir comment tout ça va se terminer, n’oublions pas non plus que ce sera en 5 tomes au total !

H.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *