#,  Critiques,  Kurokawa,  Maisons d'Edition,  Manga

008: Apprenti espion

Élève d’une 

école d’agents 

secrets malgré 

lui

008: Apprenti espion est un Shônen de Shun Matsuena, publié au Japon depuis 2018 où il comporte déjà 13 tomes et est toujours en cours! Chez nous, ce sont les éditions Kurokawa qui nous font le plaisir de l’éditer avec un premier tome en Mai 2021.

Eight rêve d’une vie de lycéen lambda. Cependant, il a le malheur d’être refusé dans toutes les écoles où il a postulé, se retrouvant sans lycée. Par chance, il reçoit un courrier d’un établissement pour lequel il n’a pas postulé et décide d’y aller. Mais à sa surprise il ne s’agit pas d’un établissement normal mais d’un lieu de formation d’agents secrets. Entouré de camarades déjà aguerris, il doit s’adapter dans ce tout nouveau monde remplis d’épreuves redoutables afin de devenir le meilleur élément possible.

 

Pour commencer, sachez que ce manga nous vient de Shun Matsuena, auteur du célèbre Kenichi terminé en 61 tomes en VO et il n’est donc pas à son coup d’essai. Malheur à moi cependant, je n’ai jamais lu Kenichi et aurait donc un œil uniquement nouveau sur 008: Apprenti Espion.

En tout cas, après lecture du premier tome, je dirais qu’il s’agit d’un Silver Spoon mélangé à un Iruma Kun à l’école des démons. On a un héros qui se retrouve dans une école qu’il n’a pas forcément voulu rejoindre et qui se voit dans un univers totalement inconnu qui ne lui correspond pas mais où il doit s’adapter afin d’éviter une fin tragique. D’ailleurs il me fait vraiment penser à Iruma avec sa manière de s’en sortir toujours étonnante, si ce n’est que tout ne serait pas dû à la chance.

Peut être n’est-ce que moi mais je trouve ce type d’histoire plutôt déjà vu et assez années 2000 ce qui me dérange par moments. On a un scénario assez décousu et classique qui se crée et pour l’instant je trouve le tout assez prévisible alors même que nous sommes dans un premier tome et donc uniquement dans l’introduction de l’histoire.

C’est néanmoins un Shônen plutôt passe partout qui peut plaire à tout fan de Ecchi, notamment grâce au personnage de Kido Ayame.

Je pense qu’il s’agit d’un titre véritablement à lire pour se changer les idées, en posant son cerveau à côté et en rigolant aux petits moments absurdes que l’auteur nous propose, mais ça s’arrête là. Certes, il se lit plutôt facilement, propose des moments plutôt inattendus et loufoques,  et je ne me suis pas ennuyée plus que ça durant ma lecture de ce premier tome, mais c’est parce que je suis bon public. J’ai peur que le schéma scénaristique de l’auteur ne finisse par être redondant et qu’il perde ses lecteurs au fil des tomes comme cela l’a été pour Kenichi. J’espère qu’il saura moderniser un peu plus son histoire et ne pas rester bloqué dans un style Shônen classique années 2000 avec du Ecchi dedans, parce que je pense réellement qu’il y a matière à faire quelque chose de vraiment bien avec un scénario d’agents secrets et d’espions, surtout qu’avec l’arrivée du célèbre Spy x Family chez nous c’est le bon moment pour proposer des scénarios de ce type.

Après peut-être que j’en demande trop à vouloir un développement scénaristique à la My Hero Academia dans une histoire d’agents secrets et d’espions. Je suppute (oui j’ai vraiment sorti ce mot) tout de même que ce scénario un peu classique et passe partout devrait intéresser les fans de Ecchi, ne serait-ce que pour le talent de l’auteur en la matière mais on reviendra sur ce point un peu plus tard. Cela devrait aussi divertir les bons publics comme moi, ne serait-ce que pour l’humour un peu vieux jeu mais sympathique quand même par moments.

 

Le lycée National de Nakano est une école de formation des agents

– Ayame

 

Pour aller un peu plus en profondeur, j’aimerais parler un peu des personnages. Vous l’aurez compris, qui dit scénario qui se passe dans une école, dit ribambelle de personnages en tout genre. L’auteur nous en présente déjà énormément rien que dans le tome un, que ce soit uniquement visuellement, qu’avec une véritable présentation avec nom, prénom et visuel. Néanmoins pour le moment la plupart sont assez oubliables ou trop peu développés pour en parler plus que ça.

Si je devais parler de deux personnages qui m’ont marqué, il y aurait bien évidemment le personnage principal, mais aussi Kido Ayame.

Le personnage principal a pour nom Akashi Eight et est un jeune homme tout à fait normal jusqu’à son entrée dans cette école particulière. Il ne connaît rien des rudiments des agents secrets, confond agents secrets et espions, mais il aurait certainement fait un bon héros dans My Hero Academia. C’est le premier à foncer pour sauver les autres et qui ne lâche rien pour progresser. Il a en vérité un esprit plutôt vif et tient probablement ça de son père. Il n’en reste pas moins un personnage au caractère plutôt classique qu’on verra évoluer et se surpasser par la suite, il n’en fait aucun doute.

Kido Ayame, elle, ravira les yeux de tous les lecteurs fan de ecchi. Elle possède des formes généreuses et voluptueuses, un caractère détaché plutôt agréable et un joli visage. Elle est la quintessence même de l’agent secret femme fatale. Elle est également plutôt forte et possède un passé déjà bien rempli dont on peut voir quelques pages dans ce premier tome. C’est également un personnage que je trouve parfois plutôt drôle, de par son détachement qui lui vaut quelques maladresses qui font sourire.

On voit déjà qu’elle aura une forme d’attachement envers le héros et on a hâte de voir cette relation se développer au fil des tomes.

Enfin, parlons un peu des dessins. Si on oublie le côté Ecchi très prononcé, je trouve le style de l’auteur bien reconnaissable aux chara designs des personnages, mais aussi aux mouvements de ceux-ci. Même si son style est assez ancien et je trouve, assez peu remis au goût du jour, les traits sont vraiment propres et agréables à l’œil, et je ne dis pas ça pour le côté ecchi de la chose.

L’auteur a un assez grand talent pour les proportions des personnages dans des positions compliquées et sait comment les mettre en valeur, ce qui traduit sa grande expérience et rend son titre beaucoup plus attrayant que son scénario classique. Il nous propose de nombreuses planches bien dessinées et assez contemplatives, que ce soit dans des scènes d’action que dans d’autres scènes où l’Ecchi prône. Ses décors ont néanmoins un style assez ancien et encré qui détonne parfois un peu à côté des traits précis de ses personnages mais je pense que c’est une question de goût.

L’organisation des planches est parfois un peu compliquée à suivre mais uniquement parce qu’il aime lier des petites cases à une grande représentant un personnage en entier, et on finit par s’habituer.

Le dessin est vraiment le point fort de cette œuvre, ne serait-ce que pour les mouvements marquants et précis et les proportions impressionnantes dans des positions complexes.

 

En conclusion, 008: Apprenti Espion est un titre au scénario assez classique du style Shônen des années 2000, qui peut soit plaire soit ne pas plaire. Le Ecchi y est plutôt prononcé mais le dessin et les mouvements complexes des personnages en font un titre agréable à l’œil où l’on ressent bien la puissance des coups durant une scène d’action. J’ai peur néanmoins qu’un côté redondant à l’histoire ne s’installe si l’auteur ne se renouvelle pas et que le nombre de lecteurs ne finisse par baisser en France comme cela l’a été pour Kenichi. C’est un titre qui peut néanmoins plaire aux fans de Ecchi et d’histoires où on a pas trop besoin de réfléchir et où on peut poser son cerveau à côté et rire par moments. Néanmoins, le fait qu’il m’inspire énormément de comparaisons à d’autres mangas n’est pas forcément un bon point puisqu’il trahit peut être d’un manque d’originalité scénaristique qui, j’espère, sera retravaillé par la suite. Je garde donc un avis encore assez mitigé sur celui-ci même si le dessin m’intrigue pas mal et je pense donc qu’il faudrait lire plus d’un tome pour se faire une idée sûre.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *