Critiques,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga,  Meian

Looking up to magical girls

Le mal, c’est pas si mal m’voyez  

 

Looking Up to Magical Girls est un Seinen d’Akihiro Ononaka. Sorti en 2019 au Japon, le titre comporte actuellement 4 tomes dont 3 sont d’ores et déjà disponibles en France sous les éditions Meian. Ce manga est proposé dans leur collection Daitan!

 

⚠ Nudité modéré ⚠

 

Utena Hiiragi est une jeune fille réservée qui admire les magical girls de sa ville, les Tres Magia. Ces dernières combattent une organisation maléfique du nom d’Enormita. Mais un beau jour, Utena fait la rencontre d’une mascotte qui lui permet de se transformer elle aussi en magical girl, comme elle le souhaitait. Seul petit bémol, c’est du côté du mal qu’elle se retrouve !

Un autre manga sur les magical girls détourné du côté mignon et sérieux, ça fait plaisir ! Cette fois-ci c’est donc du côté des “méchants” que l’on se retrouve avec une héroïne qui va finalement prendre son pied…

En effet, si au départ cela lui pose quelques soucis d’affronter celles qu’elle admirait, c’est dès le premier combat qu’elle va succomber à ses fanstasmes. Ni une, ni deux, c’est la fessée qui part après avoir, bien évidemment, obstrué leurs mouvements. Eh oui, à l’adolescence certains commencent à découvrir leur sexualité mais personne n’a dit que cela ne pouvait pas être via des penchants différents. Utena, elle, ne met pas longtemps à découvrir “la joie du BDSM”, bien qu’elle n’associe pas tout de suite ses actes à cette pratique.

Alors attention, le manga n’est pas un Hentai, un Ecchi tout au plus, les scènes sont très softs et surtout cela a plus pour but humoristique que pornographique, soyez au clair là-dessus. Cela implique tout de même une certaine nudité modérée dans quelques scènes, rien de bien méchant en soit.

 

 

Ce qui est intéressant par ailleurs c’est de voir Utena Hiiragi succomber à la tentation de ses nouveaux désirs et de ce fait, se rapprocher de plus en plus du “mal”. Au départ elle fait ça en regrettant ses actions, elle éprouve un certain plaisir sur le moment qui devient finalement un plaisir coupable avec tout ce qui s’ensuit. Cependant, à mesure que l’on avance, elle a de moins en moins tendance à regretter ses actes, elle prend de plus en plus plaisir à faire cela et commence donc petit à petit à aimer être du côté du mal.

 

 

“Je l’ai fait… J’ai fouetté… des magical girls… Comment j’en suis arrivé là…?”

– Utena Hiiragi.

 

 

On pourrait assez facilement en venir à comparer cette œuvre à Magical Girl Holy Shit de par leur vision chaotique des magical girls. Si dans ce dernier, l’héroïne fait belle et bien partie des “gentilles” elle n’agit pas du tout comme tel, et se voit plutôt proche d’Utena par son côté “mauvaise fille”. À la différence que pour Majiba Kayo, dans Magical Girl Holy Shit, c’est son caractère au quotidien alors qu’Utena c’est seulement lorsqu’elle se transforme.

Qui plus est, on y retrouve également une magical girl embrigadée dans le camp des méchants sans pour autant l’être initialement. Malgré ça, les ressemblances ne vont pas tellement plus loin et ces deux mangas ont chacun leur atout charme.

Petit plus à l’histoire, notre protagoniste va côtoyer en quelque sorte les magical girls qu’elle affectionne et… martyrise désormais. En effet, toutes les quatre sont, comme de par hasard, dans la même école ! Il va donc y avoir des interactions entre elles bien que pour le moment personne ne se doute de l’identité de l’autre. Du côté des Tres Magia, on a un donc un trio classique à première vue et même leur dialogue sonne parfois creux. Toutefois, l’une d’entre elles possède une bien belle surprise qui donne encore plus d’intérêt au titre. On peut aussi supposer qu’elle n’est pas là seule à avoir un secret et que les autres magical girls ne sont pas forcément ce qu’elles laissent paraître.

Qui plus est, à l’avenir il y aura plus que ces quatres personnages dans la même école, et ça devrait rajouter du piment à cette œuvre qui est déjà bien épicée.

En parlant de nourriture, on a de quoi s’en mettre sous la dent voire même plein les yeux je dirais ! Entre les pages couleurs très appréciables et le trait de l’auteur qui souligne magnifiquement le côté “malsain” d’Utena. C’est un véritable régal pour les yeux. Du moins, du point de vue des personnages avec ce chara-design plaisant. Pour ce qui est des décors, c’est un peu moins le cas. Vous n’aurez le droit qu’à peu de décors, mais on n’en veut pas à l’auteur qui est seul sur son manga et ce n’est pas toujours simple de rentrer dans les délais, ce qui nuit régulièrement aux détails et aux fonds des planches.

Malgré ça, c’est visuellement très sympa, notamment dans les scènes de “combat”…

 

 

J’étais un peu dubitatif avant de me pencher sur ce titre. Je le regrette en partie. C’est un manga qui se lit bien et facilement, pas besoin non plus de trop réfléchir avec son humour complètement décalé qui par contre ne plaira pas à tout le monde. Je n’ai pas autant ri qu’avec un Grand Blue, et de loin d’ailleurs, mais j’ai quand même aimé ma lecture de Looking Up to Magical Girls. L’auteur a bien su consigner son histoire à son dessin ainsi que les desseins de ses personnages dont il ne faut vraiment pas se fier aux apparences.

Si l’humour un peu barge et décalé ne vous dérange pas, il y a des chances pour que vous l’aimiez !  Si par contre vous préférez un côté plus sombre des magical girls avec plus de profondeur, il se peut que ce titre ne vous conviennent pas tout à fait.

H.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *