Critiques,  Delcourt/Tonkam,  J-K-L,  Maisons d'Edition,  Manga

L’Extraordinaire Apothicaire

Une 

chercheuse 

aux forts 

pouvoirs

L’EXTRAordinaire Apothicaire est un Seinen de Tachibana Yuka au scénario, Fuji Azuki au dessin et Yasuyuki Syuri au Chara-design. Initialement publié sous la forme d’un Light Novel, il a ensuite été adapté en manga au Japon en 2017 où il comporte à ce jour 7 volumes toujours en cours. En France, les éditions Delcourt/Tonkam proposent le manga depuis Mai 2022 et le second volume nous arrive en Août 2022.

Il possède également son adaptation anime depuis le Printemps 2021 avec une saison de 12 épisodes et une saison 2 à venir, le tout, disponible sur Wakanim.

 

Sei est employée de bureau depuis la fin de ses études au Japon. Elle travaille énormément au point de se surmener et de ne plus compter ses heures supplémentaires, jusqu’au jour où elle est convoquée dans un autre monde avec une autre fille qui est catégorisée de Sainte. Tandis que la plus jolie est emmenée, elle décide de vivre sa vie, et après un peu de temps à errer dans les jardins du château, elle intègre l’institut des chercheurs dans le but de créer des potions et de profiter de son hobby pour les plantes médicinales.

 

Au premier abord, quand on débute l’histoire de ce manga, on se dit que la jeune femme a été en quelque sorte rejetée par le prince qui a préféré prendre la fille la plus mignonne. Beaucoup d’Isekai mettent de nos jours cette intrigue en place, ce qui n’est pas très original, sauf que là, notre héroïne ne semble pas vouloir se venger. Elle est certes vexée, en colère, mais elle préfère ne pas être une jeune fille fragile et plutôt trouver un moyen de travailler et de se rendre utile.

On a énormément d’ellipses dans ce premier tome et encore plus au début. J’ai trouvé que cela allait un peu trop rapidement par moment, on n’avait pas le temps de s’adapter à l’histoire que le temps passait déjà. Mais finalement, vers le milieu et la fin du volume, l’auteur a semblé avoir posé suffisamment de bases pour pouvoir adopter un rythme moins effréné avec, certes, toujours des ellipses, mais surtout une véritable intrigue qui se construit et des relations qui se tissent plus doucement.

Cependant, on reste finalement sur un tome assez calme, en dehors d’un moment où il a fallu soigner des soldats. On découvre l’univers avec Sei, les différences par rapport à notre monde qui sont parfois si infimes et simplement dû à un manque de recherches (Comme pour la cuisine). On apprivoise les lieux peu à peu car nous sommes définitivement dans un Isekai. Régulièrement, Sei repense à son ancienne vie, la compare à sa nouvelle vie, et on voit bien les changements qui commencent doucement à s’opérer en elle. Avant elle vivait plus pour son travail que pour le plaisir, semblant avoir une vie solitaire et surmenée. Maintenant, c’est toujours le cas, sauf qu’elle est entourée et qu’elle commence doucement à changer, à se métamorphoser. Cette évolution du personnage est un point vraiment intéressant à regarder, et j’ai hâte de la voir pleinement s’épanouir dans ce nouveau monde.

En plus d’un Isekai, nous sommes dans un monde fantastique, avec de la magie, des miasmes qui créent des monstres, des potions. Si dans ce premier volume on ne voit pas vraiment de monstres ou de magie à l’œuvre en dehors de la fabrication des potions, on sait néanmoins que comme l’auteur a introduit tout ce côté magique, on pourra s’attendre à plus d’action dans de prochains volumes. D’autant que pour avoir vu l’anime, je peux vous dire que l’histoire ne fera que s’intensifier et deviendra bien plus palpitante par la suite! J’ai hâte de voir comment tout cela sera adapté dans le manga.

J’ai personnellement trouvé le processus de fabrication des potions intéressant. Habituellement on voit le produit fini sans que rien de plus ne soit expliqué. Le fait qu’on soit du côté des chercheurs est donc original, même si on a déjà eu des mangas sur des apothicaires comme Les Carnets de l’Apothicaire ou encore Shirayuki aux Cheveux Rouges.

On ne va pas se le cacher, il me semble que l’Extraordinaire Apothicaire est sorti au Japon en étant catégorisé de Shojo, et ce n’est pas pour rien. On a un aspect d’Harem inversé qui se crée légèrement avec beaucoup de beaux garçons qui entourent notre héroïne entre Jude, Johan, Albert, il y a de quoi faire et on en rencontrera certainement plus à l’avenir. Car oui, on a régulièrement de nouveaux personnages qui apparaissent dans le manga et apportent toujours un peu plus de détails dans l’histoire ainsi que du relationnel, tous ayant un rôle bien précis.

Enfin, la fin du volume promet une suite avec davantage d’aventure puisqu’on va découvrir un nouveau lieu et qu’on nous laisse en suspense. Cela promet davantage de rebondissements à venir, l’introduction étant réellement pleinement terminée, on entame le développement des relations et de l’histoire.

J’ai trouvé qu’il s’agissait d’un manga qui se lisait vraiment bien. Sei n’est pas une fille fragile, elle ne se laisse pas faire, travaille dur et il y a beaucoup de relationnel qui s’en développe, en plus d’une légère dose d’humour et de romance qui viennent pimenter le tout. Franchement si vous aimez les femmes qui s’imposent, qui osent faire des choses pour s’en sortir, et que vous recherchez un titre intéressant qui peut avoir un développement de scénario passionnant par la suite, celui-ci devrait vous plaire car comme j’ai dit: Si ce premier volume met en place beaucoup de choses, pour avoir vu l’anime, l’histoire va prendre un tournant encore plus palpitant par la suite. Personnellement j’avais dévoré l’anime et une saison 2 a été annoncée, je ne pouvais donc qu’adhérer au manga et m’en délecter en attendant la suite avec impatience!

 

Quand j’y pense, j’ai tout de suite travaillé après mes études au Japon. Ça me semble naturel de travailler ici également.

– Sei

 

Pour continuer, attardons nous un peu sur les personnages, et notamment celui de Sei et d’Albert. Ce sont les deux qui m’ont le plus marqué, même si j’avoue beaucoup aimer Jude également.

Sei Takanashi me fait énormément penser à Mao Mao dans Les Carnets de l’Apothicaire par sa passion des plantes, de la médecine et des expériences parfois un peu dangereuses. C’est une femme sérieuse, qui n’a pas d’expérience en amour mais qui ne s’en montre pas plus fragile pour autant. Elle travaille dur pour progresser et s’adapter à sa nouvelle vie et change peu à peu, s’épanouissant moralement et physiquement. C’est plaisant de la regarder changer et de voir aussi bien son pouvoir grandir, que sa relation avec les autres personnages évoluer.

Albert Hawke quant à lui, est le Capitaine du troisième Ordre des Chevaliers. Il a le physique du prince charmant et est décrit comme quelqu’un de glacial, tant par sa magie de glace, que par le fait qu’il ne sourit pas beaucoup. Pourtant, en présence de Sei il n’est que gentillesse et sourires. C’est un peu celui qui va prendre notre héroïne sous son aile et tout faire pour qu’elle s’adapte mieux et qu’elle travaille moins, et c’est également celui avec qui la relation de la jeune femme évolue le plus vite.

Si je devais trouver un défaut aux personnages, c’est que pour le moment ils se ressemblent tous un peu trop dans leur manière d’être. Il n’y en a pas un qui est hostile, ils sont tous sociables et gentils avec l’héroïne, à voir si on nous présentera d’autre types de personnages par la suite.

Enfin, en ce qui concerne les dessins, les chara designs sont tous bien différents et beaux, même notre héroïne qui ne se considère pas comme un canon de beauté est jolie avec comme sans ses lunettes. Les personnages ont des traits un peu anguleux mais ce n’est pas trop dérangeant, et puis ils ont également beaucoup d’émotions différentes ce qui est plus prenant à lire. En ce qui concerne les décors, il n’y en a pas tant que ça, les pages étant surtout tramées, mais quand il y en a ils sont corrects.

La disposition des cases quant à elle est souvent complexe, les planches sont remplies de textes et de petites cases, un peu à l’ancienne, mais cela rend bien avec l’œuvre qui a besoin de plus de narration pour parler des sentiments de Sei.

En conclusion, L’Extraordinaire Apothicaire est un Isekai un peu typé harem inversé, mais qui propose des relations sympathiques à voir évoluer et une héroïne qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. L’auteur nous a introduit un univers intéressant qui promet des scènes d’action bien stylées par la suite, et j’ai hâte de les voir après avoir vu l’anime qui m’avait beaucoup plut. Le premier volume avait énormément d’ellipses, mais la fin du tome nous a montré que l’auteur semblait avoir posé suffisamment de bases pour pouvoir maintenant se concentrer un peu plus sur le scénario et les relations. C’est un titre ou le personnage principal va énormément évoluer, aussi bien moralement que physiquement, s’épanouissant et développant ses pouvoirs en plus de son premier amour. La fin de volume nous propose un petit suspense et la découverte d’un nouveau lieu qui montre que ce manga à bien des aventures à nous offrir. En plus de tout ça, les personnages sont vivants, ont beaucoup d’expressions et sont beaux à contempler, les fans d’Ikemen seront servis, bien que leurs personnalités me paraissent toutes trop gentilles et lisses.

C’est un manga qui plaira aux fans de Isekai, mais aussi de harem inversé ou encore de romance. Si vous aimez les héroïnes un peu fortes, qui ne se laissent pas abattre, ce titre est fait pour vous!

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *