Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U,  Soleil

Trois Yakuzas pour une Otaku

Fiancée à des 

Yakuzas

Trois Yakuzas pour une Otaku est un Shôjo de Narumi Hasegaki. Publié au Japon depuis 2018 il compte actuellement 12 tomes toujours en cours. En France les éditions Soleil Manga se sont emparées de la licence mi 2021 et atteignent le quatrième volume en Février 2022.

 

Sakura Kisaragi est une Otaku fan d’un jeu vidéo sur les Yakuzas et qui ne sort pratiquement plus de chez elle. Alors que ses parents lui ordonnent d’aller en cours, elle sauve un vieux monsieur de Yakuzas. Celui-ci se révèle être le chef d’un clan réputé et émerveillé par le courage de la jeune fille, il décide de la fiancer à ses trois petits fils. Si l’un des trois parvient à la faire tomber amoureuse, il deviendra le nouveau chef de clan.

 

Trois Yakuzas pour une Otaku est ce qu’on pourrait appeler un harem inversé. Ici ce n’est pas un garçon qui est entouré de filles qui vont tomber amoureuses de lui, mais bien Sakura qui se retrouve entourée de Yakuzas, et si pour le moment ce sont les trois frères qui doivent conquérir son cœur, on peut apercevoir plusieurs autres garçons dans le clan, bien loin des stéréotypes bourrus du Yakuza et qui pourraient s’intéresser à elle par la suite. Ce n’est donc pas un manga qui plaira à tout le monde, mais qui ravira les jeunes femmes friandes des harems inversés et des garçons qui feraient tout pour séduire l’héroïne.

Le gros point fort de l’histoire c’est son humour. Les moments de Comédie sont bien présents, Sakura est maladroite, se met dans des positions gênantes et nous fait beaucoup rire par ses réactions parfois exagérées. Elle aurait d’ailleurs pu décider de partir, et elle a voulu le faire, mais l’auteure a su mettre en place un argument de marque: L’argent. Le tout, toujours de manière humoristique par la maladresse de la protagoniste principale qui casse une urne à 30 000 000 de yens. Cela m’a d’ailleurs fortement rappelé la manière dont Haruhi avait été obligée de rester dans Host Club.

Mon plus gros problème dans ce manga, c’est peut être que le côté Yakuza a été trop touché par l’aspect Shôjo romantique. Comme je l’ai dit, on est bien loin des clichés Yakuzas, les garçons sont plutôt beaux gosses et niveau cruauté on est à des années lumières de Criminelles Fiançailles qui discriminait totalement les femmes ou bien de Yakuza Réincarnation avec les trahisons extrêmes. Il faut garder en tête que la finalité de ce manga est une romance et que l’auteur brise totalement les stéréotypes Yakuzas. J’aurai peut être cependant apprécié un peu plus de froideur de la part des frères, ne serait-ce que pour le premier tome. Là, Shûsuke paraît beaucoup trop accessible et les deux autres préfèrent juste ignorer la jeune fille ou exprimer leur mécontentement, vite fait. Disons que ce Shôjo est un peu trop gentillet quant au monde des Yakuzas, et même quand il se passe quelque chose de grave, le méfait est vite résolu et il n’y a pas mort d’homme.

De même, si Sakura est plutôt combative, elle se fait cependant déjà beaucoup trop sauver dans ce premier tome, ce qui fait que j’ai pour le moment l’impression que les relations entre les personnages avancent un peu trop facilement et sont forcées. Mais pour les fans de harem inversé franchement, ce manga devrait vous plaire. Vous avez énormément de scènes qui font bondir votre cœur et ce, dès le premier volume. Seul hic, on devine déjà plutôt bien avec quel garçon elle risque de finir parce que clairement les deux autres ne font pas le poids, contrairement à The Quintessential Quintuplet où toutes les sœurs avaient un aspect intéressant à proposer.

En tout cas, pour véritablement se faire un avis sur le scénario je pense qu’il faudra lire un peu plus loin que le premier volume. On a quelques aspects intéressants, quelques éléments qui peuvent pimenter l’histoire mais pour le moment on ne sait pas trop comment tout cela peut finir par faire plus de douze tomes. J’espère tout de même que cette histoire de harem inversé va tourner plus loin qu’autour des trois frères car sinon j’ai peur qu’on atteigne une certaine redondance au bout de quelques volumes.

 

Oser s’en prendre à une personne âgée vous n’avez rien à faire chez les yakuzas!!! Essayez, si vous pouvez…Je n’ai pas peur de la mort!

– Sakura Kisaragi

 

En ce qui concerne les personnages, on peut dire qu’ils sont déjà pas mal nombreux dans ce premier tome, mais qu’ils possèdent également des caractères déjà vus et encore plus dans des harems inversés. Vous avez le gars gentil, le mec à lunettes super intelligent et distant, le garçon à la coupe courte tout joyeux, celui qui est tout le temps bien énervé. Vous me direz, c’est compliqué de créer des personnages opposés qui s’affrontent pour le cœur d’une jeune fille sans risquer d’entrer dans le cliché.

Quoi qu’il en soit, dans ce premier volume on se concentre surtout sur l’aîné des trois frères: Shûsuke. Il nous est présenté comme l’expert en relations sociales, gentil, abordable, frêle et souvent alité par la maladie. Il donne néanmoins de son corps pour protéger la jeune fille, se blessant pour elle. Il a cependant un caractère qui peut surprendre lorsqu’il est face à un ennemi et je vous laisserai la joie de le découvrir par vous-même. C’est le garçon le plus apte à finir avec Sakura je trouve, de par le grand rapprochement et les réactions de celle-ci envers lui.

Léo est le cadet des trois frères. Personne ne peut le battre et il est toujours bien énervé. Il n’hésite jamais à frapper et a la tête du Yakuza en colère. C’est aussi celui qui évoque le plus de réticences face à Sakura. C’est également avec lui qu’elle va partir en mission au prochain tome et on a bien hâte de le voir.

Ryûsei est le benjamin des trois frères. Il est le plus intelligent avec ses 200 QI et est simplement distant, calme. Et oui, il porte des lunettes sinon il ne serait pas intelligent.

Enfin, parlons du personnage principal, Sakura Kisaragi. C’est une Otaku fan d’un jeu de harem inversé typé Gacha sur des Yakuzas. Elle sort peu de chez elle et quand c’est le cas il lui arrive toujours quelque chose qui fait qu’elle ne ressort plus par la suite. C’est une fille timide, dans sa bulle, mais un peu trop impactée par son jeu qui lui fait avoir des réactions surprenantes dans des situations dangereuses. Elle est fragile mais en même temps très courageuse ce qui casse un peu avec la protagoniste frêle habituelle. C’est un personnage que j’aime bien, que je trouve plutôt drôle et attachant et pour le moment je pense que c’est le mieux écrit de tous.

On a donc beaucoup de personnages aux caractères bien marqués mais qui sont assez clichés et qu’on connaît pour le moment trop peu pour véritablement s’attacher et voir les nuances qu’ils possèdent.

Pour ce qui est des dessins, les chara designs sont plutôt beaux, même si je ne suis pas friande des yakuzas beaux gosses sans aucune cicatrice. Les personnages sont bien différenciables, l’héroïne fait Otaku sans pour autant trop accentuer sur le cliché jeune fille pas très jolie enfermée dans sa chambre.

Les planches sont bien remplies et lisibles mais il y a très peu de décors, elles sont souvent surtout tramées. De même, j’émet quelques réserves pour les instants d’action que je trouve très courts et peu montrés. On voit bien que l’auteure dessine un Shôjo et pas un manga d’action et j’avoue que j’aurai préféré voir la puissance des coups lors des combats.

Le dessin est sinon plutôt correct et on a tout de même de belles planches qui font battre notre cœur.

 

En conclusion, Trois Yakuzas pour une Otaku est un Shôjo tourné sur le harem inversé. Si vous recherchez des Yakuzas cruels et sanglants, ce titre n’est pas du tout celui qui vous conviendra. Néanmoins, si vous aimez les jeunes filles courtisées par les beaux garçons, vous avez trouvé le manga qu’il vous faut. Celui-ci possède également une bonne dose d’humour et le personnage de Sakura est vraiment attachant. On a un scénario qui pourrait se développer par la suite et qui glisse déjà quelques éléments intéressants à approfondir, même si pour le moment les obstacles que la protagoniste a eu se sont rapidement effacés. Je pense qu’il faut lire plus d’un volume pour vraiment se familiariser et se faire un avis tranché sur ce manga. Si vous aimez les Yakuzas, les beaux garçons, la romance mêlée de comédie et la fille courtisée avec un personnalité marquante, vous avez trouvé chaussure à votre pied.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *