Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Noeve Grafx,  V-W-X

Veil

Un ovni 

incroyablement 

poétique à 

découvrir et à 

contempler 

sans 

modération

Veil est un Seinen de Kotteri publié au Japon depuis 2018 où il possède 4 tomes en cours. En France Noeve Grafx nous sort ce quatrième volume en Juillet 2022.

 

 

Lui, est un agent de la protection civile.

Elle, est une jeune aveugle née dans une famille fortunée.

Leur rencontre va changer leur vie, et donner naissance à une relation fusionnelle et poétique.

 

Pour commencer, Veil étant un titre vraiment unique en son genre, je ferai ma critique à l’aide des deux premiers volumes plutôt qu’uniquement le tome 1 (et puis surtout j’avais envie de feuilleter le deuxième une fois le premier fini). C’est un titre qui est difficile à chroniquer je trouve car il ne s’agit pas juste d’une histoire que l’on lit, mais aussi d’une poésie et d’un art qu’on contemple. Cela le rend sublime à feuilleter, à découvrir, à observer en détails, en passant d’une page à l’autre et en retournant sur d’autres pages pour les contempler de nouveau plus en détail.

Veil n’est clairement pas un titre fait pour une personne qui recherche uniquement une histoire classique dans un format habituel, et pourtant, je proposerais tout de même à ce type de personne de se laisser tenter car c’est tout une ambiance particulière qui s’en dégage, une relation entre Lui et Elle à la fois craquante et en même temps passionnante à suivre.

C’est une œuvre profondément riche. Que ce soit par son nombre hallucinant de types entre BD/Manga, artbook avec des dessins sous forme de scènes de vie entre les deux personnages ou de portraits, des croquis de mode ou plus classiques, des esquisses, des monologues aux textes poétiques. Il est difficile de classer véritablement Veil mais l’auteure elle-même le considère comme un Fanzine.

Les moments BD/Manga nous rappellent énormément la BD franco-belge, que ce soit par le chara design des personnages, l’aspect tout en couleur, l’univers dans lequel se déroule le titre qui semble être dans une époque après guerre, qu’on peut remarquer par la présence du téléphone filaire ou encore le véhicule dans le tome 2 qui me fait penser au Cadillac des années 1930, ou bien les habits de mode. Cela permet notamment de justifier le langage soutenu des personnages qui offre plus de poésie qu’un langage courant. 

Ces moments mangas sont des instants Slice of Life. On suit la vie de nos deux protagonistes par petites scènes. D’ailleurs ces chapitres sont vraiment appelés des scènes, ce qui remontre encore la particularité du titre et l’envie de l’auteur de présenter des moments de vie. C’est une relation qui progresse vite, que ce soit au niveau des sentiments, que du temps qui passe. On le remarque bien aux cheveux de Elle qui poussent au fil des tomes. Pour en revenir à leur relation, elle est unique, adorable, ils sont doux ensemble et souvent taquins. On les voit flirter, mais sans jamais vraiment franchir la ligne. C’est un duo qui nous fait retenir notre souffle, qui nous emporte, et qui fait battre notre cœur, qui nous projette dans une ambiance romantique et en même temps poétique. C’est un duo à découvrir par soi-même, qui a en vérité des noms, mais que je préfère vous laisser trouver. Je pourrais développer leur caractère, mais cela gâcherait toute l’expérience du titre je trouve.

Pour continuer, Veil a un aspect très contemplatif, comme un artbook, par la présence de dessins de scènes de vie entre les deux personnages ou de portraits. Les scènes entre eux sont souvent des moments romantiques ou de la vie quotidienne où on voit Lui aider Elle. L’auteur sait nous montrer des instants intéressants et beaux à voir, tout en les mettant en scène avec des positions complexes, artistiques. Le plus souvent ces scènes sont représentées sous la forme d’une case unique, colorée d’une manière bien particulière qui me fait un peu penser aux colorisations dans le Pop Art, parfois parfaitement colorées, parfois dessinées au feutre. Ces scènes sont juste magnifiques à regarder, alimentent la relation unique entre les deux personnages et on ne peut s’empêcher de repasser régulièrement sur ces pages pour les contempler une nouvelle fois.

Je vous ai parlé également de cases portrait, où on ne voit qu’un personnage. Ceux-ci donnent l’impression de photos prises de mannequins, tout comme pour les scènes de couple, les personnages sont souvent dans des positions complexes qui les rendent bien vivants et qui sont sublimes à contempler. On a parfois jusqu’à l’impression de contempler une galerie d’art et je me dis que cela rendrait vraiment bien si c’était le cas, car on n’a clairement pas à faire à un manga classique, mais à un recueil d’œuvres d’art. On pourrait totalement les représenter sous forme de tableaux et ça serait beau à voir j’en suis sûre, d’autant que les personnages semblent porter des vêtements de haute couture les rendant élégants. Si vous êtes fan de haute couture, ce titre vous ravira totalement, pareil si vous aimez la mode, l’art de l’après-guerre ou les objets anciens . Que ce soit dans les scènes, les portraits, ou le manga en lui-même, vous en verrez moults et cela crée à la fois une ambiance ancienne et chic.

Je vous ai dit que les personnages portaient beaucoup de vêtements issus de la haute couture. Ils posent également comme des mannequins, et on retrouve d’ailleurs plusieurs pages aux aspects de croquis de mode et d’esquisses qui insistent un peu plus sur l’aspect artbook du titre. C’est toujours un plaisir de découvrir les esquisses de Kotteri, de voir les essais tentés, et cela donne encore un aspect poétique au manga. J’ai par moment l’impression d’avoir ouvert le carnet à croquis de Kotteri et de les découvrir en détails et c’est un réel plaisir.

L’aspect poétique du titre est notamment représenté dans des instants de narration ou par des monologues de personnages, que ce soit un monologue de Lui qui permet d’en apprendre plus sur ses sentiments ou leur relation, Elle et cette impression de comprendre son handicap car ces monologues sont sans dessins. Le côté poétique est également représenté par des monologues d’objets personnifiés que j’ai trouvé plutôt mignons et amusants et qui complètent toujours plus notre connaissance sur la relation de ces deux personnages. La manière dont sont rédigés les textes en général nous donne vraiment l’impression de lire une œuvre poétique, c’est beau, agréable et si rare à la fois, et ça nous pousse à développer une réflexion, à faire des interprétations.

 

Le ciel était bas et gris.

De bout en bout dans la ville froide et silencieuse,

Comme une image,

Deux yeux qui ne connaissaient rien du monde marchaient.

Ils perçurent le son orangé du jeune homme.

– Narration

 

Enfin, j’aimerais juste placer quelques mots sur le handicap de Elle. On s’en rend compte dès le début, Elle est aveugle. Ce handicap n’est pas vu comme une mauvaise chose et je trouve qu’il rajoute au contraire beaucoup au titre. Elle a souvent de l’aide de la part de Lui, même si Elle veut prouver qu’elle peut se débrouiller toute seule. Cela donne lieu à des scènes romantiques, à des flirts plus innocents de la part de Elle qui le fait parfois sans le vouloir, comme d’autres fois plus osés. Cela la rend élégante, moins timide et très intéressante à suivre. Ici le handicap n’est pas dénoncé, montré comme quelque chose qui fait souffrir, mais comme un plus chez un personnage, quelque chose qui fait partie de Elle et qui ouvre un nouveau point de vue poétique et relationnel entre eux.

 

En conclusion, Veil est un Ovni, surtout en France. Rares sont les œuvres de ce type à être catégorisées Mangas ou Seinen, ou du moins, rares sont celles à avoir autant de succès, car ce sont des titres qui sortent des sentiers battus, qui osent montrer quelque chose de différent. Ne fuyez pas ce titre car il est particulier, jetez-y un œil et laissez-vous emporter. Veil nous propose une histoire aux multiples types, entre la BD, le Manga, l’artbook, le croquis de mode, le tout en nous présentant une relation poétique, romantique, élégante et prenante. C’est un titre qui plaira à ceux qui recherchent des ovnis en livres, qui peut permettre à des fans de BD de s’intéresser un peu plus aux mangas. C’est une œuvre qui plaira aux amoureux de romance et de relations adultes, mais aussi à ceux qui aiment la haute couture ou l’époque de l’après-guerre. Veil est un manga qui peut interroger les adolescents, les pousser dans une réflexion et une interprétation nouvelle, leur faire découvrir l’art sous une autre forme. Mais Veil peut également offrir une approche aux mangas pour les adultes, à leur prouver que ce ne sont pas juste des titres pour les enfants, qu’il y a des œuvres qui valent le coup d’œil et qui seraient magnifiques exposées dans des galeries d’art. Veil c’est beaucoup de choses à la fois, c’est sublime à contempler, poétique, cela interpelle et fait réfléchir, c’est de l’art à l’état pur et c’est unique en son genre.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *