Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Meian,  S-T-U

Shikimori n’est pas juste mignonne

Entre mignonnerie

et classe absolue~

 

Shikimori n’est pas juste mignonne est un Shonen de Keigo Maki. Publié au Japon à partir de 2018, le manga compte 10 volumes toujours en cours. En France, ce sont les éditions Meian qui nous proposent les deux premiers tomes dès le mois de Décembre 2021.

Izumi est un jeune lycéen incroyablement malchanceux, qu’importe ce qu’il fera, il subira forcément un karma négatif et ce, depuis tout petit. Mais dans son malheur une des meilleures choses lui est arrivé, il a rencontré son messie, sa déesse, sa Shikimori. Cette dernière n’est pas juste mignonne, elle est douce, prévenante, forte, possède un petit air de psychopathe et protège Izumi de tous les dangers !

C’est le quotidien de ce couple que tout oppose que vous allez découvrir pas à pas !

Ah, vous savez, j’aime beaucoup l’opposition dans les mangas, et quand cela touche aux personnages, ça me plait encore plus !

On retrouve nos deux protagonistes au lycée alors qu’ils sont déjà en couple, leur passé étant brièvement montré plus loin dans le tome. Ils font pas mal parler d’eux, sans surprises, surtout à cause de leur personnalité, Shikimori a presque tout d’une idole de lycéen, elle est belle, intelligente, forte en sport et sa personnalité ne peut que l’avantager. Mais derrière son visage d’ange la rendant craquante, elle cache un pan d’elle bien particulier, un côté qui la rend à la fois incroyable et terrifiante. Shikimori n’est pas juste mignonne, c’est une psychopathe ! Mais c’est mignon. Elle a le caractère d’une “S” tout en étant aux petits soins avec Izumi. On peut la voir passer d’un visage boudeur à faire fondre le cœur d’Izumi, à un visage digne d’une tueuse en série !

 

 

C’est le point fort de l’histoire et c’est aussi ce qui va être répété façon running gag. Car oui, Shikimori n’est pas juste mignonne est un manga découpé en un paquet de petites scènes. Les chapitres ne font qu’une poignée de pages se concentrant sur une scène en particulier. C’est donc très épisodique et le but est simplement de montrer un maximum de scènes variées mettant en avant le couple de mille et une manières. Shikimori & Izumi au cinéma, Shikimori & Izumi révisent, Shikimori & Izumi se baladent, vous voyez le genre ?

Ce manga va donc se lire très vite, par ailleurs il n’y pas énormément de pages puisqu’on en décompte ~140.

Cela est toutefois suffisant pour vous faire craquer plus d’une fois, car oui, si Shikimori n’est pas juste mignonne, leur couple lui, est craquant à souhait ! La faiblesse d’Izumi n’est finalement pas un défaut lorsque celui-ci est complété par Shikimori. En faisant ça, Izumi tente de faire de son mieux pour paraître plus cool face à sa petite amie qui, elle, se contente de le sauver à chaque fois en lui souriant tendrement ou bien de manière badass !

Pour revenir sur Izumi, il possède la malchance ultime, un karma si négatif qu’on pourrait croire que ses ancêtres se terrent au fin fond des enfers ! Ceci dit, il a également tendance à sortir des phrases qui lui viennent en tête sans faire attention, ce qui le met en porte à faux vis-à-vis de Shikimori qui ne s’attend vraiment pas à ce qu’il raconte. Par ailleurs, il manque un petit peu de confiance en lui dû à sa maladresse, il ne se sent pas à la hauteur quand on le compare à Shikimori et ses camarades ne l’aident vraiment pas à se sentir mieux !  On peut le comprendre, mais toutefois, il possède à l’inverse un mental assez solide ce qui le rend plus complexe que ce qu’on pourrait croire. Malgré ça il ne rentre clairement pas dans le stéréotype de l’homme fort, il est, d’un regard extérieur, la petite princesse de la chevaleresse Shikimori qui est prête à gravir monts et montagnes pour le protéger.

 

 

Cela aurait pu être “gênant” à voir en quelque sorte, mais Keigo Maki a su tourner ça de manière à ce qu’on ne s’en lasse pas. Le couple rend vraiment bien et c’est aussi parce qu’Izumi est comme ça que ça colle aussi bien.

Quant aux dessins, nous sommes sur de la comédie romantique pure et dure qui n’axe pas son manga sur de beaux dessins. Ce n’est pas moche, loin de là, le visage badass de Shikimori par exemple est une perfection ! Par contre cela n’a rien à voir avec les décors généralement absents. Concentrez vous donc surtout sur les visages de nos protagonistes car c’est bien là-dessus que l’auteur a mis l’accent, et c’est réussi je dois l’avouer. Leurs expressions faciales sont adorables et c’est un plaisir de découvrir leur visage empli de gêne, d’amour et « d’obscénité ».

 

Shikimori n’est pas juste mignonne est une comédie romantique intéressante jouant sur l’opposition de caractère dans un couple. C’est une réussite pour le moment, et c’est appréciable de les voir évoluer ensemble. Ceci-dit, cela sonne pour l’instant un poil répétitif, autant c’est un peu le but, autant je ne sais pas ce que ça donnera sur plus de dix tomes. Je vous laisserai le soin de vous faire votre propre avis surtout que cette critique ne porte que sur le premier tome alors que le second est également sorti. Si ça se trouve, dès le deuxième, l’auteur étoffe un peu l’histoire, la rendant ainsi encore plus sympathique à lire.

Toutefois, si le côté épisodique ne vous déplait pas et que la tranche de vie d’un couple vous intéresse, je pense que ce manga à toutes les chances de finir dans votre bibliothèque et que vous passerez un bon moment en le lisant, surtout qu’il est rapide à lire !

 

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *