Critiques,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  N-Z,  Webcomics / Webtoons

Sweet Home

Les débuts de 

l’apocalypse

/!\ Pour Public Averti /!\

Sweet Home est un Webtoon de Carnby Kim au scénario et Youngchan Hwang au dessin. Il est publié sur la plateforme Webtoon et est même sorti en volumes reliés en Corée depuis 2020. En France, Ki-Oon s’occupe de la parution à partir de Mai 2022.

 

Vous reconnaissez peut-être les styles de l’auteur et du dessinateur? Il s’agit en effet des mêmes personnes qui ont fait Bâtard, publié également chez Ki-Oon. Sweet Home a d’ailleurs rencontré un franc succès en Corée, si bien qu’une adaptation en Drama est disponible sur Netflix.

 

Hyeon-Su vit enfermé chez lui. C’est un Hikikomori qui passe ses journées à insulter les gens sur les forums et qui se moque de sa famille. Mais un jour ses parents et sa sœur décèdent d’un tragique accident de voiture. Il doit maintenant survivre seul avec le peu d’économies qu’il lui reste. Il déménage donc dans un immeuble un peu délabré et plutôt imposant. Mais c’est alors que les ennuis commencent. Hyeon-Su surprend sa voisine transformée en monstre en train de dévorer son animal de compagnie, et elle n’est pas la seule. Très vite l’apocalypse débute et il est maintenant piégé dans son appartement à essayer de survivre en silence car le moindre bruit peut attirer les monstres. Pendant ce temps, le mal se développe en lui et Hyeon-Su est maintenant bien décidé à garder son humanité et à survivre le plus longtemps possible.

 

Juste une petite précision avant de commencer: J’ai préparé cette critique en avance avec l’aide de la version Webtoon. Il est possible que les noms ne soient pas exactement écrits pareils ou que la traduction diffère un peu, je les modifierai après m’être procurée la version papier. De même, j’ai compté à peu près le même nombre de chapitres que la version papier de Bâtard comme repère, j’espère aller assez loin, et surtout pas trop loin, et de toute manière ma critique a pour but de présenter et de donner envie de lire et non pas de spoil donc ça devrait aller! 🙂

Sur ce, parlons un peu du scénario. Sweet Home est un Webtoon qui se passe pour le moment en huis clos. On est enfermé dans cet immeuble d’une dizaine d’étages avec impossibilité de sortir. Toutes les entrées ont été fermées et la seule tentative de sortie mènerait vers une mort certaine au vu du nombre de monstres à l’extérieur.

Si vous êtes un peu claustrophobe, ce titre vous angoissera certainement donc je doute que ce soit une bonne idée pour vous de le lire, car en plus de se passer en huis clos dans un immeuble, on est souvent confronté à de l’infiltration pour éviter des affrontements avec les monstres, le tout dans des pièces ou couloir sombres et étroits.

Sweet Home entre clairement dans la catégorie horrifique et fantastique, offrant encore une ambiance différente de Bâtard. Les monstres sont bien présents, ils font peur et ont une transformation rapide, d’autant qu’ils ne semblent pas faciles à éliminer. Et oui, leur couper la tête ne suffit pas. La manière dont les gens ont été initialement contaminés, me rappelle un peu cette histoire de parasite dans All of us are Dead. On a l’impression qu’ils ont attrapé un virus ou un parasite dans l’air qui a peu à peu grandi en eux et pris le dessus. J’espère qu’on en apprendra plus sur ces contaminations et que notre héros trouvera un moyen de combattre les monstres sans qu’ils se relèvent.

La présence de l’horreur et des monstres dans Sweet Home créent un environnement palpitant, stressant pour le lecteur. L’ambiance est incroyable, on est happé dedans, on se tend avec le héros, on a peur de passer à la page suivante et pourtant on veut savoir la suite. Sweet Home est un Page Turner, vous ne pourrez vous empêcher de tourner la page, même si vous êtes terrorisé par l’action qui s’y déroule.

Et étonnamment, de l’action, on en trouve quand même pas mal dans ce premier tome. On aurait pu avoir peur que le début d’une apocalypse soit juste des personnages qui se cachent et tremblent en attendant les secours. Ici, c’est un peu le cas au premier abord, mais notre héros fait vite face à un premier monstre, puis un deuxième, et se bat même contre certains d’entre eux. Ces moments d’action sont puissants, vraiment bien représentés, et glorifient un peu plus notre lecture.

On retrouve tout de même un peu de clichés de jeux vidéos ou de films, les personnages s’en amusent d’ailleurs par moment. On a notre monsieur bricoleur capable de créer une arme avec rien, le fameux gars du camion contaminé qui perd le contrôle du véhicule, les enfants sans famille à protéger, le héros lâche qui n’a d’autres choix que de s’endurcir. Oui, il y a beaucoup de clichés, mais aussi de références à Dead Space, MacGyver, SOS Fantômes. Au fond c’est plaisant à voir, bien amené, certainement fait exprès pour apporter des clins d’œil et des points de repères pour le lecteur, mais aussi des solutions et des rebondissements pour notre héros.

 

“Avez-vous vu un monstre?”

– Hyeon-Su

 

Parlons d’ailleurs un peu de notre héros: Hyeon-Su. C’est en vérité un anti héros au premier abord. À 18 ans, il est Hikikomori. Les raisons sont vaguement expliquées mais totalement compréhensibles par le lecteur. C’est un gars pas sympa, qui se moque de la souffrance des autres et ne voit que la sienne. C’est un lâche qui reste enfermé à longueur de journée, insultant les gens dans les jeux et sur les forums. En vérité, c’est surtout un gars perdu, négatif, qui a peur du monde extérieur et on le remarque bien à sa manière de réagir lorsqu’il se rend compte qu’il ne va plus pouvoir vivre longtemps sans sa famille pour subvenir à ses besoins. Il est plutôt détestable et ne plaira pas à tout le monde, mais une fois l’apocalypse commencée, on le voit entamer son changement, ou plutôt redevenir le jeune homme qu’il était autrefois. Même s’il ne vous plait pas, gardez en tête que c’est le anti héros par excellence, et soyez plutôt curieux de voir son évolution.

On aperçoit pas mal d’autres personnages dans ce premier volume, et franchement il y en a plusieurs qui m’intriguent et que j’aimerais bien découvrir un peu plus en profondeur, mais pour le moment ils ne sont pas avec notre héros et je préfère vous laisser les découvrir par vous même !

En ce qui concerne les dessins, ils ont vraiment bien évolué depuis Bâtard, c’est même devenu plutôt beau. Les chara-designs sont tous bien différenciables, on retrouve cette ambiance sombre à la coloration qui tire sur le sépia. Les auteurs sont toujours aussi doués pour créer des mises en scènes qui nous font peur, qui nous font retenir notre souffle.  Le nombre de planches magnifiques ne se comptent plus, c’est beaucoup plus détaillé qu’avant et vraiment, ça vous plonge dans l’œuvre. J’espère que la version papier nous donnera les mêmes frayeurs qu’en scrollant sur Webtoon, par moment j’étais tellement plongée dedans, le dessinateur laissait tellement de temps, de suspense, que je finissais par avoir peur de tourner la page pour voir ce qui arriverait ensuite.

Franchement, au niveau des dessins le titre est parfait ! Si l’édition est comme celle de Bâtard, elle vaudra largement son prix et sera vraiment agréable à feuilleter.

 

En conclusion, Sweet Home plaira à tous les fans de thriller, survie, apocalypse et d’anti héros. C’est un titre sombre, stressant qui vous met dans une ambiance tendue avec un dessin et une mise en scène très bien maîtrisée. C’est clairement un Page Turner où vous voudrez toujours savoir la suite peu importe à quel point vous avez peur de la voir. C’est rempli de mystères, glauque au possible, le héros est insupportable et en même temps on commence à le voir changer. Les autres personnages sont prometteurs bien qu’on y retrouve quand même pas mal de clichés des autres titres apocalyptiques. Si vous aimiez les dessins de Bâtard et l’ambiance que l’histoire dégageait, Sweet Home montre la nette progression de ses auteurs et vous propose une histoire encore plus palpitante. Le prix peut vous paraître élevé, mais vu le travail sur l’édition et la qualité de l’histoire, il vaut largement le coup. Si vous êtes en quête de frissons et d’horreurs, ce titre vous conviendra certainement!

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *