Critiques,  Glénat,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Sakamoto Days

Tueur à gage 

à la retraite

Sakamoto Days est un Shônen de Yuto Suzuki, publié au Japon depuis 2020 où il comporte 6 tomes en cours. En France, ce sont les éditions Glénat qui s’emparent de la licence et qui nous proposent les deux premiers volumes en Avril 2022.

 

Taro Sakamoto est un tueur à gage craint de ses ennemis, vénérés par ses collègues. Mais alors qu’il visite une supérette, il tombe amoureux d’une fille et décide de prendre sa retraite pour vivre une vie paisible avec elle. Cependant, ses démons passés le rattrapent régulièrement et il se retrouve toujours dans des situations délicates où ses compétences de tueur à gage lui seront bien utiles, et ce, même avec son nouveau gros ventre.

 

On ne va pas se le cacher, Sakamoto Days reprend un style d’écriture assez ancien et possède un début qui ressemble à énormément de Shônens classiques. Le côté humoristique avec des situations improbables menant à des scènes d’action comiques me rappelle notamment des mangas comme Beelzebub ou Reborn où les débuts étaient assez épisodiques et où l’histoire prenait un long moment à se développer. Je suppose, et j’espère surtout, que comme les autres titres cités, celui-ci troquera peu à peu son aspect WTF épisodique pour un récit un peu plus sérieux, ou au moins qu’il trouvera un équilibre pour casser le côté redondant car j’ai peur de me lasser au bout de quelques tomes.

Après, pour le moment, sa nature Gag me plaît pas trop mal. On a énormément de second degré, des armes parfois bien insolites et le Sakamoto parfait en toutes circonstances me rappelle Sakamoto, pour vous servir! Ce qui me fait me demander si son nom n’a pas un rapport avec ce titre, si ce n’est pas le cas c’est une drôle de coïncidence car ces deux mangas entrent dans le même style de Gags assez épisodiques et insolites. C’est d’ailleurs un type d’humour qu’il faut aimer, qui est parfois un peu immature, mais si vous avez apprécié d’anciens Shônens ou Sakamoto pour vous servir, celui-ci vous plaira.

Sakamoto Days sait cependant nous présenter un fond plus sérieux: les assassinats et la vie de tueur à gage à la retraite, ce qui n’est pas sans me rappeler The Fable, à la différence qu’ici Sakamoto n’a eu aucun mal à raccrocher de son ancien travail. Cela me rappelle également La Voie du Tablier, où l’homme au foyer était un ancien Yakuza, ce qui donnait lieu à des scènes plutôt drôles et insolites.

Ce côté sérieux nous amène à énormément de moments d’action bien stylés dans chaque chapitre avec des combats impressionnants. On a néanmoins encore beaucoup de mal à garder notre sérieux, que ce soit à cause du physique de notre héros, que par les armes qu’il utilise, toujours plus loufoques et pourtant très efficaces.

J’ai tout de même trouvé certaines scènes plutôt gores, choquantes, à éviter pour les plus jeunes je pense, notamment à cause des décapitations et de certains ennemis sans aucun sens moral. Heureusement, ceux-ci manquent souvent de jugeote, ce qui détend l’atmosphère, et on ne les aperçoit que le temps d’un ou deux chapitres le plus souvent.
Dans ce premier volume on découvre un nouveau personnage tout les un ou deux chapitres ce qui nous montre bien qu’on reste dans une introduction à l’histoire. J’espère cependant que la suite du manga nous proposera un scénario plus détaillé et pas juste une accumulation de personnages plus wtf les uns que les autres. En tout cas, Sakamoto Days est un manga à prendre au second degré pour s’amuser et qui se lit vraiment bien, mais qui est pour le moment un peu trop épisodique à mon goût.

 

Redevenez assassin, m’sieur Sakamoto!! Quel gâchis de vivre comme ça! Vous avez grossi, en plus!

– Shin

 

C’est cependant un titre qui possède une assez bonne écriture de ses personnages que j’ai trouvé très différenciables, possédant chacun un caractère et une capacité unique. Finalement leur côté ridicule les rend d’ailleurs plutôt attachants et moins effrayants.

Taro Sakamoto est un ancien tueur à gage qui s’est reconverti en patron de supérette. C’est un homme silencieux, gourmand, assez enrobé, mais qui possède des capacités hors normes. Difficile de ne pas le reconnaître avec son physique décontenançant pour un héros de Shônen, mais il n’en reste pas moins stylé pendant les combats, bien qu’il utilise tout ce qu’il trouve sous la main pour se battre. Au fond, c’est un homme qui a changé grâce à l’amour, même s’il a régulièrement des pensées meurtrières, on voit qu’il fait de gros efforts pour se racheter de tous ses crimes et rester avec Aoi Sugimoto.

Aoi Sugimoto est la femme dont Sakamoto est tombé amoureux. Elle est pleine de vie, de bonté, plutôt jolie et étonnamment déconnectée de la réalité face au danger. Elle a une entière confiance en son mari qu’elle considère comme son héro, au point d’être persuadée qu’il viendra la sauver de toutes les situations.

Enfin, Shin est un ancien associé de Sakamoto, capable de lire dans les pensées et qui goûte à son tour à la vie paisible. Souvent bien plus terre à terre que Sakamoto, il fait la paire de notre duo comique, nous offrant des joutes verbales amusantes et wtf.

Au fond on s’attache à tous ces personnages, il y en deux autres qui ont retenu mon attention, mais on ne les voit pas encore assez pour vraiment les présenter. Cependant, on manque d’un grand méchant dans l’histoire qui permettrait d’instaurer un scénario plus précis, je crois que c’est ce qui me dérange le plus dans ce manga. Si vous avez lu la suite, dites-moi si l’histoire reste épisodique ou si elle s’approfondit, ça m’intéresse.

En ce qui concerne les dessins, les instants gags et les moments calmes sont dessinés assez simplement, les chara designs ont un style bien à eux, et le trait de l’auteur me donne parfois l’impression d’être resté à un stade de semi croquis, ceux-ci étant par moment un peu brouillons, imprécis.

Cependant, les moments d’action sont vraiment stylés, on a beaucoup de planches impressionnantes et on ressent la puissance des coups.

Les décors sont néanmoins en général assez simples, parfois manquants, et le dessin aurait été plus complet avec quelques trames en plus pour détailler le ciel par exemple.

La couverture quant à elle, est vraiment bien détaillée, attire l’œil, et on sait tout de suite à quel type de manga on a à faire, d’autant que l’auteur à l’air de s’améliorer au fil des tomes au vu des couvertures plus récentes.

 

En conclusion, Sakamoto Days est un Shônen qui propose une histoire assez classique, basée dans du comique Wtf avec de l’action à chaque chapitre et qui me rappelle énormément de Shônens des années 2000. C’est un titre qui plaira aux fans de combats wtf et de personnages atypiques mais qui possède pour le moment un scénario assez approximatif. On manque d’un vrai grand méchant qui nous guidera dans un scénario intéressant mais on remarque bien que ce premier volume n’est qu’une introduction, c’est pourquoi je pense qu’il faudra lire plus loin pour se faire un avis définitif. Si vous aimez les Shônens classiques avec de l’action, de l’humour parfois un peu immatures, des combats impressionnants, ou que vous êtes friands de gags et de second degré, ce manga est fait pour vous.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *