Critiques,  Kana,  Maisons d'Edition

Undead Unluck

Unpossible

n’est pas Undead !

 

Undead Unlock est un Shônen scénarisé et illustré par Yoshifumi Tozuka depuis 2020 au Japon. C’est seulement 1 an après que nous le voyons en France en Septembre 2021 via les éditions Kana !

Malgré la publication récente au Japon, l’auteur ne chôme pas puisque vous pouvez déjà trouver 7 tomes dans sa langue d’origine !

 

Fûko Izumo est une jeune fille malheureusement bien triste. En effet, elle se doit de vivre recluse afin d’éviter tous contacts avec les autres, auquel cas ces derniers pourraient subir de terribles drames. Malgré ça, un homme va l’approcher coûte que coûte alors qu’elle tente de s’ôter la vie. Cette personne n’est autre qu’Undead ! Non pas un zombie mais juste un gars immortel qui tel Wolverines va chercher un moyen d’y mettre un terme.

Désormais Undead et Unluck vont partager moultes aventures avec l’un cherchant un moyen de mourir, et l’autre souhaitant enfin s’accrocher à quelqu’un sans avoir peur de tout le malheur que cela pourrait engendrer !

Si comme ça l’histoire vous paraît bien sérieuse, il n’en n’est rien ! Des événements tragiques ont lieu mais il n’y a pas tellement de place pour les larmes entre deux bouffées de rires nerveux !

Nous sommes vraiment sur le shônen typique qui ne se prend pas au sérieux avec des scènes gargantuesques et toujours la touche d’humour bien placée. Ce qui laisse aussi à penser que peut-être dans le futur l’œuvre se verra être par moment bien plus sérieuse, surtout que l’on aperçoit tout de même plusieurs éléments plus durs.

Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas ! La rencontre entre Undead et Unluck se fait de manière très abrupte, enfin si on peut dire ça d’un choc frontal avec Train-chan. Eh oui, la malchance que peut apporter Fûko via un contact avec sa peau peut rapidement amener à des situations grotesques mais surtout dangereuses. Et encore, le câlin avec Train-chan n’est pas grand chose par rapport à ce qui l’attend dans les chapitres qui suivent ! Mais si faire un top des pires malchances serait vraiment sympa, on va plutôt parler des autres problèmes qu’ils vont avoir.

Unluck est certainement une chance pour Undead d’enfin trépasser, mais ça c’est dans un contexte ou rien ne les empêcherait de provoquer une catastrophe telle que même l’immortel ne survivrait pas. En réalité, ils sont plusieurs à posséder des pouvoirs particuliers, minimum dix autres plus des inconnus qui sont tout autant en danger. Eh oui, c’est la fameuse entrée en scène de l’organisation qui les chasse ! Sous prétexte qu’ils représentent un danger (les détenteurs de pouvoirs en général), ils les éliminent ou leur font passer des tests dans un labo.

Avec tout ça, cela donne une double course, celle pour les battre, ce qui leur permettrait d’obtenir une garantie pour ne plus être chassé, mais chasseur. Je ne vous en dis pas plus mais ça peut être très intéressant. Et la deuxième, c’est de conquérir le cœur de Fûko pour enfin être libéré ! En soit une double quête opposée, une pour survivre, l’autre pour mourir.

 

 

Ce qui nous fait venir aux personnages. Si le souhait de Undead est de mourir, est-ce que cela sera toujours le cas avec le temps, surtout après que Unluck et lui se soient rapprochés ?

Pour l’instant il paraît n’être qu’une brute épaisse qui n’a pas peur d’utiliser son pouvoir à fond. Pour lui, se découper en morceaux pour s’utiliser comme arme, ce n’est que la routine ! Même socialement il est brusque, il n’y va pas par quatre chemins, même avec la pauvre jeune femme introvertie qu’il a devant lui et qu’il “martyrise” sans vergogne ! Ceci dit, autant son chara-design que son pouvoir correspondent à sa personnalité, les trois se marient à merveille pour finalement nous faire prendre d’affection pour cet énergumène attachant, même dans ses défauts !

 

« Alors comme ça, tu peux faire tomber une météorite en m’embrassant ? La prochaine fois, il va falloir qu’on couche ensemble. »

– Andy, Undead.

 

En parlant d’attachant, l’héroïne Fûko Izumo, alias Unluck, n’est pas en reste non plus. Elle qui voulait mettre fin à ses jours se retrouve finalement embarquée dans une terrible aventure entre un vieux pervers de sûrement quelques centaines d’années qui cherche un contact physique plus grand pour provoquer une plus grande catastrophe, et une association qui préfère l’éliminer au vue de son pouvoir qui paraît juste incontrôlable et bien trop dangereux. Malgré ça et le fait qu’elle n’était plus vraiment sortie de chez elle pour ne rencontrer personne, elle ne reste pas insensible aux charmes de l’homme alpha qui s’arrache constamment des parties de son corps ! Cela paraît glauque dit comme ça, mais ça n’a pas l’air de trop trop la perturber. C’est comme tout vous savez, on finit par s’y habituer, après tout, c’est plutôt rassurant de pouvoir le découper en rondelles sans risquer de le tuer…

Comme je le disais plus tôt, elle est introvertie. Après avoir passé autant d’années à fuir le contact pour éviter des catastrophes, pas étonnant qu’elle le soit devenue, mais c’est un point qui ne se ressent pas vraiment dans l’histoire. Elle le dit, on le sait, mais on ne le ressent pas forcément. Disons que ses réactions sont, je trouve, plutôt normales au vue de la situation, personne ne voudrait se faire toucher par un vieux zombie dégueulasse ! Malgré ça elle reste intéressante à suivre, bien qu’elle soit plus “faible” que ceux qui sont entraînés à utiliser leurs pouvoirs, elle n’a pas du tout ce côté parfois chiant du personnage qui a peur de tout et qui ne peut absolument rien faire d’autre à part être protégé.

 

“Une maladie mortelle transmise par un simple contact avec ta peau ? C’est la première fois que j’entends une chose pareille. C’est parfait !! De nos jours, le suicide est devenu un moyen trop banal de se tuer.”

– Andy, Undead

 

Niveau dessin vous n’allez pas être transcendé, on n’est pas sur du Kaoru Mori avec Bride Stories par exemple, mais on est plus dans une moyenne de ce qui se fait dans les shônen, ce qui se trouve être suffisant. On retrouve tout de même un chara-design sympathique qui saura satisfaire le plus grand nombre. Pour ce qui est des décors, il y en a régulièrement, vous n’aurez donc pas l’impression de lire sur des pages blanches, en plus certaines planches d’explosions sont plutôt agréables à voir !

En conclusion, Undead Unlock est assurément une bonne série qui va marcher en France. Les codes du shônen sont réunis pour notre plus grand bonheur. Les personnages sont intéressants, correctement introduits avec un chara-design percutant qui leur sied bien.  Il y a une intrigue qui fait le café également avec suffisamment de mystère pour piquer notre curiosité et nous donner envie de lire la suite, même si je trouve qu’une des plus grandes forces de ce manga, c’est son duo principal qui est aux petits oignons.

Est-ce qu’il suivra les pas d’un Jujutsu Kaisen par exemple chez nous ? Je ne sais pas mais ce sera incontestablement un bon manga à avoir en tant que lecteur de shônen.

En tout cas, le rythme de publication de l’auteur est un autre point rassurant pour la suite de la série !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *