A-B-C,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Pika

A Journey Beyond Heaven

Avec des mur(e)s et

des tomates on

cultive le Paradis !

A Journey Beyond Heaven est un Seinen écrit et dessiné par Masakazu Ishiguro. Après avoir remporté le prix Kono Manga ga Sugoi (2019), il est édité chez nous par les éditions Pika ! Pour l’instant 4 tomes existent au Japon pour une publication ayant commencé en 2018. 

 

Deux jeunes personnes voyagent dans un monde post-catastrophe à la recherche du “Paradis”. Sans vraiment savoir à quoi s’attendre, ils survivent entre attaques d’Hommes, et attaques de “Dévoreurs”. Mais, dans un autre endroit plus éloigné vit un groupe de scientifiques qui s’occupent de jeunes enfants, encadrés par de grands murs érigés pour les protéger, ils grandissent sans connaître le véritable “dehors”. C’est alors que les questions commencent à se bousculer dans la tête de certains. Au fait, pourquoi ces deux garçons ayant une vie diamétralement opposée se ressemblent tant ?

A Journey Beyond Heaven nous plonge dans un monde post-apocalyptique qui, aux premiers aspects, est assez classique. Le monde est bien évidemment en ruines, les personnes survivent comme ils peuvent, certains essaient de rester à l’écart pour vivre peinard, d’autres forment des groupes plus ou moins bons. Et d’autres, comme nos protagonistes, parcourent ces ruines à la recherche d’un endroit. Jusque-là on est sur du post-apo comme il en existe un certain nombre. 

Maintenant, l’auteur va introduire plusieurs choses qui le rend original. Je vais commencer par le plus basique, le bestiaire, comme souvent il y a des mutations et des monstres apparaissent. Ici nous sommes sur les “dévoreurs”, des monstres mangeurs d’Hommes. La particularité de ces derniers c’est qu’ils ont l’air plus complexe que ce qu’on pourrait croire à première vue. Par ailleurs nous sommes sur des transformations qui pourraient faire penser aux parasites dans Kiseijuu : Sei no Kakuritsu (Parasyte), ce qui n’est, personnellement, pas pour me déplaire. En tout cas, j’ai bien envie de savoir si effectivement ces monstres cachent quelque chose de plus grand. Affaire à suivre !

Cependant ce n’est pas tout. Nous avons également un groupe d’enfants qui est très intéressant, et le mot est faible. Ces personnages suscitent notre curiosité de planche en planche, c’est phénoménal. Ils sont “enfermés” dans un espace tel certaines personnes d’un manga au consensus allemand dont les ti- p’tits monstres vadrouillent derrière des murs un petit peu haut. Non je ne parle pas de Shingeki no Kyojin, par contre, pouvons-nous avoir une légère pensée pour The Promised Neverland et ces pauvres enfants emprisonnés par leur cruel destin ? M’enfin ce n’est pas le sujet et surtout ce n’est pas la même chose, non vraiment pas, bien qu’on pourrait y croire vu comme ça. 

Ce que j’aime avec cet endroit, c’est que pour l’instant on nous tease beaucoup de choses à leur sujet, on se pose un tas de questions et on a pas l’air d’être près d’avoir les réponses. Bien qu’au premier abord tout paraît normal, avec de la joie et de la bonne humeur, en vérité des phénomènes assez perturbants se produisent de façon anodine, et personne ne semble plus percuter, chacun continue comme si de rien n’était. Les professeurs et scientifiques de l’endroit sont très discrets comme s’ils voulaient limiter les contacts avec les enfants aux maximums, seul une poignée d’entre eux sont présents, de temps à autre. Tout ça donne une ambiance quelque peu malaisante, on sent que quelque chose de pas net est entrain de se produire, mais au vu des événements tout cela est assez flou. Surtout que ce sont majoritairement des IA qui s’occupent d’eux. Nous pouvons faire beaucoup de spéculations mais je pense qu’il y aura de belles révélations à l’avenir, des choses auxquelles on ne s’attendait pas forcément, tout du moins je l’espère. 

Et là je ne vous ai parlé que de ce groupe d’enfants, mais ce n’est pas eux les personnages principaux ! À la base on suit surtout Maru, un jeune garçon (qui n’est pas sans lien avec Tokio, un des enfants) et Kiruko, une jeune ~femme présente comme garde du corps. Les deux ont aussi leurs secrets et il me tarde de tout savoir sur eux ! Chose intéressante que l’on peut voir grâce à eux, c’est l’effet que peut avoir un monde en ruine sur la libido des gens. Alors oui dit comme ça c’est un peu étrange mais on sent qu’il y a des instincts qui refont surface, comme des instincts de “survie”. Si beaucoup d’humains meurent, il faudrait à côté avoir suffisamment de naissances pour éviter une extinction de l’espèce. Sauf que cet instinct de survie de l’humanité est parfois camouflé par des envies plus “bestiales” diront nous, car même dans ces conditions, les humains n’ont pas oublié qu’on est une des rares espèces à pouvoir faire l’amour uniquement pour le plaisir. Alors attention, il n’y pas de scènes de sexe ou autre, toutes les questions sexuelles sont plutôt là pour être interpretées ou c’est simplement évoqué, cependant il n’y a rien de montré, pas de soucis là dessus vous pouvez lire sans craintes ! Vous verrez juste une fois des tétons, rien de bien méchant ! En réalité, la question de la sexualité se rapproche plus de ce que faisait Shinsekai Yori (Je me base surtout sur la version anime pour vous dire, par ailleurs c’est une magnifique adaptation que je vous invite à aller voir ! Il y aura certainement une critique sur cet anime un jour !) on reste donc sur du très soft !

S’il est question de sexualité, il est alors également question de relation. Que ce soit la relation que vont avoir nos deux protagonistes, ou la relation qu’ils vont pouvoir avoir avec les personnes qu’ils rencontreront pendant leur quête. Toutes seront inspirantes avec leur soupçon de charme et d’étrangeté. C’est par ailleurs un parallèle qu’il y a avec les enfants: eux aussi ont des relations autant saines et anodines, qu’étranges. C’est vraiment captivant de voir les deux points de vues d’un monde qui semble si différent et pourtant semblable par moment. C’est vraiment une partie de l’histoire qui est fascinante et l’écriture des personnages est un gros plus à ça. Maru est un garçon plutôt jeune et mystérieux. Il peut paraître un peu simplet mais ça fait son charme. Il fait ce qu’il peut pour survivre dans ce monde inhospitalier et on ne le voit pas se plaindre réellement de tout ça, par habitude ou par simple volonté, il est tout de même fort. Est-ce que cela a un rapport avec le “secret” qu’il possède ?

La grande force de ce personnage provient de son duo avec son garde du corps ; Kiruko. Cette femme possède un grand sens de la survie, elle est maligne et observatrice. Malgré certaines situations choquantes et difficiles, elle sait garder son calme afin d’assurer la survie de Maru ainsi que la sienne. Elle est capable de réfréner ses émotions afin de ne pas être perturbée. Son sang froid est impressionnant surtout qu’elle arrive tout de même à garder son humour. Elle n’est pas devenue une personne insensible, loin de là. Ça en fait un personnage bien contrasté et très complet et complexe à la fois. 

 

« Il n’y a qu’une chose que je peux affirmer avec certitude… Ce n’est pas parce qu’on voit venir le contrôle qu’on sait forcément répondre aux questions ! »

– Mimihime.

 

En parallèle, Tokio et Mimihime forment un duo similaire. Bien qu’ils paraissent plus “spéciaux”, surtout Mimihime qui semble à part. Elle est très perspicace, parfois on pourrait croire qu’elle n’est pas dans le même monde que les autres. Tokio quant à lui est en quelque sorte victime de tout ça et il va se mettre à réfléchir, à faire plus attention au monde qui l’entoure. 

Parlons-en du monde d’ailleurs. L’auteur a un coup de crayon sympathique. Les traits sont simples et ça contribue à ce côté presque “mignon” si je puis dire, contrastant avec le monde qui, lui, semble bien plus sombre. Ce décalage est vraiment agréable, et ça colle bien avec l’ambiance générale qui, elle aussi, peut passer rapidement du joyeux au dramatique. 

En fin de compte, c’est une bonne surprise et je comprends pourquoi il est lauréat du prix Kono Manga ga Sugoi de 2019 ! C’est un très bon manga sur tous les points de vue, on aurait pu apprécier des dessins encore plus beaux mais la forme choisie est très intéressante alors on le lui accorde tout de même !

Les ressemblances qu’on peut y voir avec The Promised Neverland ou autres sont plutôt relatives, en réalité à la lecture c’est vraiment différent. Vous pouvez clairement profiter des deux mangas sans avoir un effet doublon, je vous le garantis !

D’ailleurs le premier tome finit sur un suspens, le genre qu’on ne s’attend pas à avoir ! Je ne sais pas si je dois en pleurer ou en rire mais c’était excellent ça c’est sûr !

Sur ce, bonne lecture à tous !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *