Critiques,  Glénat,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Shangri-la Frontier

Ah la

bouse ~

La bonne

bouse ~


Shangri-La Frontier est un Shônen écrit par Katarina et dessiné par Ryosuke Fuji. Adapté du Light Novel au Japon en 2020, il compte actuellement 8 tomes en cours. En France, il en est à son 5e volume depuis Juillet 2022 avec les éditions Glénat et est publié depuis Septembre 2021.

 

Sunraku, de son vrai nom, Rakuro Hizutome, est un joueur passionné par les jeux médiocres, les véritables bouses. Avec l’ascension du VR en immersion totale, le nombre de jeux à follement augmenté jusqu’au point où c’est devenu mainstream, apportant avec eux une floppé de jeux injoués et injouables. Après avoir terminé l’un d’eux et s’étant fait une belle notoriété, il décide, sous le conseil d’une connaissance, de renouer un lien avec un bon jeu, un GOAT, et ce dernier n’est autre que Shangri-la Frontier. Il est le plus gros MMORPG de leur époque aux allures tout public mais possédant mille et un mystères, et surtout une difficulté qui s’avère par moment insurmontable, même pour Sunraku dont la réputation n’est plus à faire…

 

En un sens, Sunraku c’est un peu notre JDG, faut dire qu’il faut avoir la foi pour s’acharner sur de tels jeux.

Nous le découvrons donc tout naturellement sur un jeu de me*** au moment où il triomphe enfin. Un véritable exploit à priori vu l’envergure du machin. C’est en retournant au magasin de jeux vidéo que sa vendeuse habituelle lui propose de contraster un peu en utilisant un argument de taille : “On prend conscience du bien que par contraste avec le mal… et réciproquement !”

Face à cet argument imparable, il se laisse alors tenter par le dernier MMORPG en vogue qui a réussi à avoir le plus grand nombre de connexions simultanées. Une belle prouesse qui est à contre-courant complet des jeux auxquels il joue normalement.

Pour être tout à fait honnête, ma curiosité avait été déjà piquée bien avant sa sortie par toute la hype qu’il avait lancé, et je l’admet, par la bonne publicité, voire le spam de Glénat ! Qui plus est, le côté jeu vidéo est autant une qualité qu’un défaut à l’heure actuelle, c’est généralement des univers qui nous sont sympathiques car cela nous est familier tout en nous faisant découvrir tout de même différents aspects, mais c’est aussi gage de similitude avec d’autres œuvres du type qui existaient il y a déjà bien longtemps mais qui ont inondé le marché depuis Sword Art Online. Ce n’est donc pas sans aucune appréhension que j’ai commencé la lecture de Shangri-La Frontier.

 

 

Et vous savez quoi ? J’ai franchement adoré, j’ai passé un super moment et sans m’en rendre compte j’étais déjà au bout du tome en train de lire la nouvelle écrite par Katarina. Nuançons tout de même, je l’ai certes lu rapidement sans voir le temps passer, mais il ne faut pas sauter sur la conclusion. Shangri-La Frontier est bon, son protagoniste un peu plat reste sympathique, l’univers déjà-vu garde des aspects intéressants avec un bestiaire développé et une phase de leveling pas inhabituelle mais toujours efficace.

Je pense que ceci résume assez bien mon avis, c’est cool, mais une grande partie ne vous dépaysera pas. Une grande partie oui, mais pas l’entièreté, et puis ne pas être dépaysé n’est pas forcément un défaut non plus. En effet, l’aventure se passe dans un monde de MMORPG, un VRMMORPG pour être plus exact, donc difficile de ne pas se sentir familier à l’univers si l’on a joué à quelques jeux du même genre. Par ailleurs, l’effet nostalgie sur les débuts d’un mmo c’est toujours aussi jouissif ! Autre élément bien chouette, le protagoniste, j’ai certes dit qu’il était un peu plat, mais au moins il est expérimenté, et ça ça va rendre le départ plus passionnant à suivre. Il connaît ce genre d’univers, il apprend vite et de ce fait, il est très débrouillard. Pas de moments chiants où le héros bug sur un élément des plus familiers. Sans connaître le jeu, il va expérimenter, observer et s’adapter pour ne pas laisser de temps morts inutiles. Tout ceci le rend fort au jeu, mais, et ça j’en suis vraiment content, il ne fait pas partie des personnages overpowered ! Il est fort car il a l’habitude, mais il ne fait pas non plus des dingueries trop incroyables. Alors oui, comparé à la masse, il se distingue très vite, notamment contre un mini boss, mais derrière on le voit tout de même avoir du mal contre d’autres mobs, sans se retrouver à battre n’importe qui trop facilement. Surtout qu’une partie de ses exploits est expliquée par un facteur bien maléable, la chance. Si certains ont trop peur d’avoir mal et ont tout mit en défense (BOFURI : Je suis pas venue ici pour souffrir alors j’ai tout mis en défense), lui, a presque tout mit en chance, et ça lui réussit !

À tel point qu’il a pu faire une rencontre plutôt impressionnante… En effet, dans ce jeu existe un total de sept monstres dit “uniques”. Ils sont appelés les Sept Suprêmes, et s’ils sont uniques, c’est tout simplement car il n’en existe qu’un seul de chaque, pas de respawn possible pour eux ! Pas d’inquiétude à avoir cependant, car ils sont enveloppés de mystère et ont la réputation d’être imbattables ! Ces monstres, et plus précisément l’un d’eux, vont rapidement devenir le but de notre protagoniste pour des raisons qui vous seront expliquées en lisant le tome ! Cela va donc donner le fil rouge de l’histoire, qui n’est pour le coup pas de finir le jeu, car oui, à proprement parler, le jeu n’a pas prévu de fin, il n’existe à priori pas de Boss Final, ce qui laisse pas mal de place de libre pour divers développements.

 

 

En fin de compte, l’univers, bien qu’il soit basé sur du déjà-vu, est finalement bien cool et une certaine histoire de quête secrète vient pimenter le tout, de quoi vous intriguer et vous languir de la suite. Mais alors, le personnage principal dont j’ai souligné sa platitude, n’est-il vraiment que ça ?

Et bien Rakuro Hizutome, alias, Sunraku est, heureusement pour tous, plat de loin mais possède du relief en s’approchant ! Ce jeune homme est pour l’instant très seul, ce qui ne met pas certains aspects de sa personnalité en valeur, on le remarque surtout via la partie novel à la fin ! Il possède une petite touche d’humour souvent bien placée et légère, il n’est pas prise de tête et son côté un peu loufoque le rend étrangement attachant. Nous devrions rapidement le voir avec plus de compagnie ce qui devrait renforcer ses bons côtés. Son intelligence est appréciable, on ne parle pas d’un fin stratège non plus, il n’est juste pas con. Malgré tout ça, sans vraiment savoir vous l’expliquer j’ai trouvé qu’il manquait quelque chose à ce personnage, et je pense vraiment que l’ajout de personnages externes importants lui sera bénéfique.

 

“Saloperie de loup ! Hop, il apparaît, hop il me bouffe, hop, il me maudit…”

– Sunraku, Rakuro Hizutome

 

Pour les dessins de Ryosuke Fuji, c’est du propre ! Les scènes d’action sont lisibles et ne manquent pas de classe ! On comprend rapidement tout ce qu’il se passe sans y perdre en retour. Nous avons en plus des décors réguliers, simplistes mais suffisants. Quelques planches, dont des doubles pages, sont également fort sympathiques et bien belles.

Les chara-designs sont quant à eux plus sujet à discussion, certains sont vraiment chouettes, beaucoup sont bien plus banals, ceci dit, nous n’avons pas vu grand monde pour le moment ce n’est donc pas très représentatif.

Alors Shangri-La Frontier, en quelques lignes, à lire ou pas ?

Écoutez -ou lisez-, l’univers est bon et assez vaste pour ne pas trop s’enfermer dans quelque chose qui serait nuisible sur le long terme. Plusieurs éléments sont cools et intrigants, ça a de quoi vous tenir en haleine. Au début, cela me faisait un peu penser à Kyuukyoku Shinka shita Full Dive RPG ga Genjitsu yori mo Kusoge Dattara mais je vous rassure, nous ne sommes pas sur le même acabit.

Les personnages sont encore trop peu nombreux pour vous en parler, mais le protagoniste est dans l’ensemble bon, on ne peut pas dire qu’il est excellent non plus pour le moment mais il est loin d’être mauvais, ça, c’est certain.

Le bestiaire est chouette, surtout pour ce qui est question des Septs Suprêmes et de certains mobs bien plus développés qui proposent une intrigue nouvelle.

Pour les dessins, il n’y a pas grand chose qui pourrait vous déplaire, à part si vous avez quelque chose contre les masques d’oiseaux sinon…. je ne vois pas.

Shangri-La Frontier est à la hauteur de sa réputation, et si vous aimez les mangas du type, alors là pas besoin de vous poser de questions vous allez certainement adorer. Pour les autres qui sont devenus sceptiques des mangas se déroulant dans des univers de jeux vidéo et qui n’ont pas été convaincus par ma critique, je peux toujours vous proposer de lire l’extrait du site de Glénat qui vous présentera un bref aperçu.

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *