Chroniques,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga,  Soleil

Marie la Sorcière

Puisqu’on 

vous dit qu’elle 

n’est pas une 

sorcière !

Marie La Sorcière est un Shonen de Azumi Kobayashi, publié en quatre volumes au Japon en 2019. En France, la maison d’édition Soleil Manga s’occupe de la publication depuis 2022 et le titre se termine en ce début de 2024.

 

Au XVIe Siècle dans le Saint Empire Germanique, la chasse aux sorcières fait rage. Marie vit avec son corbeau Nacht et est capable d’utiliser la magie (C’est une sorcière mais attention, ne lui dites pas, elle le niera à coup sûr ! ). Bien au courant de la chasse aux sorcières, elle fait de son mieux pour ne pas se faire attraper. Mais son grand cœur la pousse à sauver Gilbert, un chevalier inquisiteur qui lui, est bien motivé à trouver la sorcière qui se cache dans le village.

 

Marie la Sorcière est un manga qui se centre autour des sorcières dans la période du Moyen Âge, là où la chasse aux sorcières battait son plein et où l’église était capable d’une imagination plus que surprenante pour les torturer et les tuer. Il y a une grande partie d’authenticité dans les faits relatés dans ce titre, que ce soit au niveau de la chasse aux sorcières que tout ce qui entoure ce mythe moyenâgeux avec le walpurgis, les cercles satanistes, la torture et les méthodes d’exécution, les remèdes et malédictions.

Mis à part ces quelques aspects réalistes et très bien expliqués, le titre se veut totalement fictionnel. On n’est loin de l’historique réel puisque tous les personnages sont inventés et que là, Marie parle avec des animaux et vole sur un balais (et d’autres objets). Amateurs de fantastique et de sorcières comme dans l’Atelier des Sorciers, l’Éden des Sorcières ou encore Little Witch Academia, ce titre pourrait donc vous plaire, à condition d’accrocher à l’humour noir et au côté absurde.

En effet, le titre est bourré d’humour, et parfois un humour un peu sombre, voire souvent. On imagine Marie attrapée ou les différentes tortures énoncées et on est bien loin d’un récit de sorcière tout doux et mignon. On a également un aspect absurde avec Marie qui est maladroite et qui, bien qu’elle ne souhaite pas être découverte, montre plus d’une fois qu’elle est une sorcière sans le vouloir. Heureusement, on a cet aspect cartoon à la Tom et Jerry, où le chevalier ne remarque rien malgré les preuves flagrantes sous ses yeux, et où s’engage une course poursuite, sans vraiment en être une vu qu’il fait sans cesse fausse piste. Il faut accrocher à l’humour particulier, d’autant que le scénario n’est pas très approfondi, je trouve.

Le fil rouge manque effectivement d’un peu d’approfondissement. On ne sait pas trop où veut aller l’auteur, et si le manga ne fait qu’un total de quatre volumes, il ne va pas falloir s’attendre à beaucoup plus de sa part. J’ai peur qu’une redondance s’installe avec toujours cette Marie maladroite et ce Gilbert à côté de la plaque, même si on a quelques éléments qui changent comme l’apparition d’un chat noir pour ne citer que lui. Ce sera plus un titre à lire pour se détendre et il ne faudra donc pas s’attendre à une histoire incroyable.

 

Pas du tout ! Cette femme n’était pas une sorcière !!! Et puis, moi-même, je ne me considère pas telle non plus ! Je peux juste… saisir les sentiments des animaux… voler sur un balai… changer la météo… bref, ça ne fait pas de moi une sorc…

– Marie.

 

Les personnages ne sont pas des plus nombreux dans ce manga, du moins, dans le premier volume on se concentre énormément sur les mêmes.

On a Marie, une sorcière mais qui ne s’avouera pas être une sorcière, vivant dans la forêt non loin de la ville où elle y livre ses remèdes tout en cachant plus ou moins sa véritable identité. En effet, bien qu’elle n’est pas une sorcière (non non ce n’en est pas une), elle manie le balais à la perfection, fait des remèdes, lance des sorts et utilise des grimoires. Elle possède également un corbeau et très vite également un chat noir. Mais non ce n’est pas une sorcière attention. Du moins c’est ce qu’elle dit, malgré toutes les preuves flagrantes.

Gilbert quant à lui est chevalier et chasse les sorcières avec détermination. Il est bien décidé à trouver celle qui se tapit dans ce village…Bien qu’il ne soit pas des plus doué et qu’il soit toujours à côté de la plaque, au point où il se lie peu à peu d’amitié avec Marie!

Nacht est le corbeau de Marie. C’est un oiseau, il vole, mais est aussi compris par Marie qui peut décrypter le langage animal. Il a une langue bien acérée, n’hésite pas à taper là où cela fait mal, et est le témoin de la stupidité de Marie et de Gilbert dans leurs courses poursuites absurdes.

Enfin, le dernier personnage qui m’a marqué est le chat Noiraud. Il n’a également pas sa langue dans la poche et qui souhaite dominer le monde (sans bien évidemment le dire à haute voix).

Les dessins quant à eux sont amplement corrects. Il faut un peu s’habituer aux chara-designs qui peuvent déconcerter au début, mais les décors quant à eux sont bien détaillés et plutôt beaux à voir. On a pas d’impression de vide dans les planches puisque celles-ci sont bien décorées et qu’elles possèdent des cases aux tailles changeantes mais souvent assez resserrées qui permettent de diversifier le tout et de rendre la lecture bien plus agréable.

La couverture possède un effet métallisé sympathique et on y retrouve notre personnage principal et ses animaux de compagnie, le tout dans un décor bien détaillé et qui fait envie.

 

En conclusion, Marie la Sorcière nous propose une histoire qui nous apprend énormément d’éléments de la chasse aux sorcières et de tout ce qui entoure ce côté historique, le tout dans un monde fantastique totalement fictif. C’est un titre qui joue sur l’humour noir et l’absurde avec une course poursuite digne des anciens cartoons que vous pouviez voir à la télévision. Le scénario est très peu approfondi d’après moi et de ce fait, il ne faut pas s’attendre à grand chose en quatre volumes, mais c’est un titre qui fait le café quand on souhaite juste se détendre avec une série courte sur les sorcières. Les dessins quant à eux sont complets et la couverture est agréable à l’œil.

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici !

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *