A-B-C,  Critiques,  Glénat,  Maisons d'Edition,  Manga

L’Amour est dans le Thé

Un retour 

au thé

fracassant

L’Amour est dans le Thé est un Josei (Ou un Shôjo chez Glénat ) de Yamanaka Umebachi, publié au Japon depuis 2020 où il comporte actuellement 8 tomes en cours. En France, les éditions Glénat s’emparent de la licence fin Novembre 2023.

 

Chako vient d’une famille de producteurs de thé. Elle a cependant quitté la plantation pour la grande ville mais à 28 ans elle doit fuir son ancienne vie et plus particulièrement son ex fiancé et retourner dans la plantation familiale. Cependant, lors de son arrivée l’endroit a bien changé et elle fait la rencontre d’un inconnu dans sa maison et d’une petite fille.

 

L’Amour est dans le Thé, au-delà de son titre au jeu de mot douteux, est un manga de romance, slice of life avec une belle pointe de comédie, axé sur une cohabitation particulière qui ne sera pas sans vous rappeler de loin Spy x Family ! En effet, on se retrouve avec un trio qui forme en quelque sorte une famille puisque Chako et Isshin vont devoir faire semblant d’être un couple aimant devant la petite Futaba, puis par extension, devant de plus en plus de gens (Cela vous sera bien mieux expliqué durant votre lecture avec des scènes plutôt drôle il faut se le dire ! ).

On a un manga qui tire sur le Slice of Life puisqu’on va suivre la vie de Chako qui retourne dans sa maison d’enfance et qui va essayer de se faire une place ou plutôt de se refaire une place des années après être partie de là et après de très gros changements. Ces changements amènent un aspect plus dramatique au titre et permettent de justifier la présence de Isshin mais également et surtout celle de Futaba que je n’expliquerai pas plus ici pour vous garder le suspense.

C’est un titre qui dénonce puisque Chako ne supporte plus les remarques que les hommes ou la société en général peuvent faire sur les femmes, sur les clichés traditionnels de la femme mariée qui quitte son travail pour vivre au foyer. Ces clichés la hantent et la poursuivent dans sa vie de tous les jours, elle qui souhaite vivre une vie de femme indépendante et respectée telle qu’elle est et pas comme un morceau de viande grincheux comme beaucoup le laisse sous entendre. Sa liberté lui importe énormément et elle n’est pas prête à se laisser faire par les autres, encore moins après sa décision drastique de changer totalement sa vie et de fuir son ex fiancé totalement fou.

Malgré tout, le titre n’est pas tragique pour autant, il fait très adulte mais propose tout de même une bonne dose d’humour bien placé. On a énormément de scènes drôles dans ce premier volume, que ce soit dans la manière d’être de Chako, ses mouvements régulièrement comiques, que dans les piques qu’elle et Isshin se font constamment, ou encore le personnage de Futaba en général qui est adorable et amusante (Bah oui c’est une enfant ! ). En plus, notre duo Isshin et Chako s’enfoncent dans un bourbier de plus en plus énorme à mesure qu’on avance dans la lecture du tome et les quiproquos sont funs et ne sont pas près de s’arranger.

Comme son titre l’indique, l’Amour est dans le Thé est un manga qui tend vers la romance. En effet, vous avez déjà quelques scènes de rapprochement intéressantes et qui font palpiter notre cœur, mêlé bien sûr de piques et d’humour. On en est encore au stade où l’on découvre l’autre et où on observe qui est cette personne, on cohabite (pour ceux qui apprécient les mangas de cohabitation on est en plein dedans !) , tout en étant ““”“marié”””” avec.

Le mariage a par ailleurs une place importante dans ce manga puisque tout tourne autour de ce point, que ce soit les réflexions de mariage selon l’âge de Chako et de Isshin, les stéréotypes et traditions désuètes sur le mariage qui sont encore bien ancrées au Japon et dans la tête de nombreuses personnes. On a un aspect très sombre du mariage d’après Chako notamment à cause de son ex fiancé totalement bizarre, psychopathe et stalker, toxique qui veut s’approprier Chako au point qu’elle est obligée de fuir son ancienne vie. Je me demande d’ailleurs si on va continuer de le voir à l’avenir telle la Team Rocket ou s’il sortira entièrement de la vie de Chako.

On a un manga relationnel avec une famille totalement recomposée entre Futaba, Chako et Isshin. Les deux adultes ont perdu confiance dans le sexe opposé et se campent beaucoup sur leurs anciennes expériences. Leur ressenti envers les autres importe beaucoup et ils sont comme deux animaux sauvages qu’il faut apprendre à apprivoiser. Heureusement, Futaba aide beaucoup et amène énormément de soleil dans cette histoire qui aurait pu être bien plus dramatique sans elle. D’autant qu’on a un aspect relationnel et de possession assez malsain entre l’Ex fiancé de Chako, l’idée du mariage qu’ont les gens, ou encore l’ami d’enfance de Chako qui apparaît en fin de tome et qui ne me paraît pas aussi gentil qu’il ne laisse le croire et que je trouve un peu trop envahissant.

Dernier petit point que j’ai trouvé intéressant bien qu’assez discret au niveau des explications, on en apprend beaucoup sur le fonctionnement des plantations de thé, chose assez rare dans les mangas (habituellement on parle plus de la cérémonie du thé par exemple) et c’est passionnant de déceler et de comprendre les petits indices et explications sur les plantations.

 

J’en ai ma claque de tout ça! “Les femmes ceci”, “les femmes cela”, c’est toujours la même rengaine! Mais vous cherchez juste à protéger votre pitoyable fierté. Vous n’êtes pas différent. Vous êtes incapables de regarder les gens en face. Je ne peux pas croire que quelqu’un comme ça se dise théier !

– Chako

 

Chako, Futaba et Isshin sont vraiment les trois personnages que l’on côtoie le plus dans ce premier volume, même si on en croise quelques autres comme le frère de Chako, l’ex fiancé, l’ami d’enfance nommé Jin et d’autres théiers du coin.

Chako, malgré son statut de femme fière et indépendante, possède un nom plutôt mignon en vérité puisqu’il est fait des kanji de Enfant et de Thé. C’est une femme qui ne se laisse pas faire, qui sait ce qu’elle veut mais qui subit les piques et stéréotypes lancés sur les femmes depuis trop longtemps à son goût. Elle est bien décidée à retrouver sa place dans la plantation de thé familiale, c’est une femme déterminée, drôle dans ses réactions, un personnage attachant dont j’ai hâte de découvrir un peu plus, d’autant qu’elle semble avoir subit pas mal de mauvaises choses avec son ex fiancé qui, je pense, justifie qu’elle n’ai pas pris la peine de garder contact avec son frère durant plusieurs années et qu’elle aie raté un énorme pan de la vie de ce-dernier.

Isshin quant à lui est un homme plutôt grand et imposant au regard sévère mais très apprécié de toute la gente féminine étonnamment. C’est quelqu’un de serviable et de travailleur qui se donne à fond dans son métier et qui s’occupe de Futaba presque comme un père. Il a tout de même une mauvaise tendance à faire des remarques déplaisantes sur les femmes à Chako qui me dérange un peu, mais ça n’a pas l’air de choquer la plupart des femmes.

Enfin, Futaba est le petit rayon de soleil de la famille. Elle est adorable, dynamique, a ses petites craintes de par la disparition de sa mère mais on ne peut pas lui résister. C’est un peu le cupidon de la maison puisqu’elle va forcer la relation entre Isshin et Chako, autant dire qu’elle nous aide beaucoup à obtenir notre petit grain de romance !

En ce qui concerne les dessins, j’aime énormément les chara-designs et la patte de l’auteur qui rend les visages des personnages différents de beaucoup d’autres mangas, en plus qu’ils soient très expressifs ! Les vêtements et les décors sont cependant un peu simples mais l’auteur utilise énormément de trames pour éviter ce sentiment de vide. De plus il prend beaucoup de risques dans la disposition de ses planches, proposant des cases de toutes les tailles et de toutes les formes, dynamisant la lecture et offrant une bonne amplitude de mouvements pour des scènes prenantes et marquantes (d’autant qu’il y en a quelques unes très jolies rien que dans ce premier volume.)

Enfin la couverture met en scène le faux couple de l’histoire, plus proche qu’il ne l’est encore réellement, dans un style un peu ancien je trouve mais qui va bien avec l’aspect traditionnel, mais entre le titre ridicule et la couverture j’ai peur que le public de ce manga se fasse timide.

 

En conclusion, L’Amour est dans le Thé est un manga de romance, mêlant de la cohabitation et de la tranche de vie, le tout avec un trio qui forme presque une famille recomposée dont les secrets et les quiproquos s’accumulent au fur et à mesure de la lecture. C’est un manga qui dénonce la manière dont on parle des femmes, mais aussi l’aspect encore beaucoup trop traditionnel et malsain du mariage qui prive la femme de son indépendance et la force presque à rester au foyer. C’est un manga qui vous apprendra quelques petits points sur le thé que j’ai trouvé fort intéressant le tout dans une histoire bourrée d’humour et d’émotion. C’est un titre qui se lit très bien, voire même trop bien, qui plaira aux fans de Spy x Family, ne serait-ce que pour l’aspect famille recomposée, mais que les fans de romances adoreraient également.

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici !

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *