Critiques,  D-E-F,  Kana,  Maisons d'Edition,  Manga

Diamond in the Rough

Ce diamant 

qui colle 

à ta peau

Diamond in the rough est un shônen de Sasaki Nao. Publié initialement au Japon en 2020, il comporte actuellement 8 volumes en cours. En France, la parution se fait sous les éditions Kana depuis 2022 avec à ce jour 7 tomes déjà sortis

Nous devons la traduction de ce manga à Mme Sophie Lucas, également responsable de la traduction de mangas comme Bucket List of the Dead, Time Shadows ou encore Adabana.

Kai est un jeune garçon vivant dans les profondeurs. Alors que toute sa famille est transformée en gemmes, il se retrouve seul à travailler dans les mines avec sa jambe meurtrie par les pierres. Un beau jour, un minéralogiste arrive dans son village et ce dernier n’est autre que l’une de ses seules pistes afin de retrouver le coupable ! C’est ainsi qu’un voyage aussi dur que le diamant est entrepris pour se venger et sauver sa famille !

Diamond in the rough nous place dans un univers fantastique où il est possible de tirer du pouvoir des gemmes. La puissance apportée par ce pouvoir dépend aussi bien de l’utilisateur et de son affinité avec la gemme en question, mais également de cette dernière puisque le pouvoir est relatif aux caractéristiques de la pierre en question (la dureté pour le diamant par exemple).

Cela offre bien des possibilités et vous allez voir, l’auteur Sasaki Nao a de la suite dans les idées !

Qui plus est, on y retrouve des codes du shonen qui devraient plaire à plus d’un et qui, aussi classiques que cela puisse paraître pour certains, est enthousiasmant, notamment par le mystère apporté par l’antagoniste ainsi que par le pouvoir du protagoniste.

En effet, Kai tisse le fil rouge avec ce minéralogiste ayant transformé en gemmes toute sa famille ainsi que sa jambe gauche. Un seul indice sur lui est délivré et tout va se jouer sur le fait de le retrouver afin de guérir sa famille. Enfin, le retrouver ne sera pas le plus compliqué… shônen oblige, on retrouve le mur de puissance entre les deux camps. Et hop, la passerelle est ouverte pour vous parler du mentor !

Je vous l’avais dit, les codes y sont et rien de mieux qu’un professeur aussi mystérieux que fort pour entraîner le personnage principal ! Ils forment un bon duo qui semble se compléter à différents niveaux. En effet, Akeboshi, le mentor, se retrouve en Kai, il y voit la même lueur qui teintait ses yeux plus jeune et de ce fait, une certaine complicité commence à se créer dès le premier tome.

Cette agréable relation est associée à un univers qui semble assez vaste. Effectivement, entre l’utilisation des minerais à des fins diverses et variées ainsi que la présence d’un bestiaire étendu rend ce monde riche et nous donne envie d’en découvrir plus. Je veux dire, le coup de la tortue géante transportant une maison et en plus dotée de parole, il ne m’en fallait pas plus !

Par ailleurs, pour éviter de perdre le lecteur avec la richesse du monde, une explication est intelligemment intégrée au travers de l’entraînement de Kai. Nous apprenons et découvrons les facultés des gemmes en même temps que lui et l’apprentissage se fait naturellement. Ce ne sont pas des explications qui nous sortent de notre lecture et elles ne sont pas non plus trop envahissantes.

Pour se concentrer un peu plus sur les personnages en eux-mêmes, Kai est un personnage que je trouve plutôt attachant. Il est jeune et malgré les malheurs subis, il garde au fond de lui ce côté enfantin où il rêve, s’émerveille facilement et jouerait bien tranquillement au lieu de travailler durement à la mine pour ne rien gagner d’autres que des insultes ou des coups.

Il possède une certaine affinité avec les gemmes lui octroyant un grand potentiel en tant que minéralogiste, seulement, cela pourrait avoir de graves conséquences sur sa santé.

Akeboshi son maître, quant à lui, n’a plus rien à prouver, il est déjà un minéralogiste reconnu ayant eu une place importante au sein de la Guilde des Minéralogistes. Il a été admiré pendant longtemps mais l’on dirait que cela a quelque peu changé. Là où l’on pouvait voir une image victorieuse de lui comme celle d’un général, il est désormais plus calme, voire mou. Il a profondément peur du noir ce qui casse un peu son côté badass. Ceci dit, en combat ce n’est plus le même et là, on peut vraiment dire qu’il est classe.

C’est un personnage aux multiples facettes avec une part de mystère qui le rend intrigant bien qu’il soit un poil trop gentil à mon goût. Je n’aurai pas été contre un petit côté mauvais garçon, voire cruel.

Vers la fin du tome, on découvre également un autre personnage du nom de . Elle est une connaissance d’Akeboshi qui ne l’a jamais accepté en tant qu’apprentie. Elle est enjouée et a la personnalité de la fille blonde aux couettes dans les animes (oui oui, je suis sûr que vous en voyez au moins une). Son petit côté tsundere permettra de donner une nouvelle impulsion à l’œuvre en ajoutant un peu de légèreté dans les relations.

 

“Tout le monde admirait la puissance et la beauté de ses flammes. Il était adulé comme seuls le sont les rubis de meilleure qualité.”

– Kô, en évoquant le passé d’Akeboshi.

 

Côté dessin, j’apprécie le trait de l’auteur. Les décors sont propres, les scènes d’actions superbes, elles sont lisibles et l’effet de puissance sur certaines planches est vraiment top. J’admets un peu moins apprécier le visage des personnages dans leur globalité hormis les regards des personnages qui possèdent un charme ainsi qu’une certaine aura vraiment chouette.

En conclusion, Diamond in the rough est un super shônen, il en a les codes gagnants et la réalisation est bonne. Les dessins le sont également et rendent honneur à cet univers qui est riche et dont on a qu’une hâte, en découvrir plus. Si le fil rouge paraît simple au départ, il y a du potentiel pour l’étendre et le complexifier, j’espère personnellement que ce sera bien le cas.

Les personnages sont bons, tant au niveau du design, du caractère que du background. Il en reste un paquet à découvrir et j’ai bien envie de voir tout ce beau monde !

Par ailleurs, même si cela n’a pas grand chose à voir, je trouvais qu’il y avait un petit air de Desert 9 dans cette histoire, et pour le coup ce n’est pas pour me déplaire. Fans de shonens fantastiques, ce titre pourrait vraiment vous plaire !

Si vous souhaitez vous procurer les tomes sur notre site internet c’est par ici !

H. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *