Critiques,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga,  Taifu Comics

Netsuzô TRap -NTR-

Bonheur,

Drame,

Sexe et

Mensonge

 

Netsuzô Trap est un Yuri écrit et dessiné par Naoko Kodama. Au Japon, la série se termine en 6 tomes, 5 de ces derniers sont d’ores et déjà disponibles chez nous dans la collection Yuri de Taifu Comics ! Le premier tome est sorti depuis à peine plus d’un an, soit fin janvier 2020.

 

/!\ Petit disclaimer /!\

Ce manga comporte beaucoup de scènes à connotations érotiques.

/!\ Petit disclaimer /!\

 

Au lycée, tout commence à se bousculer pour Yuma, une adolescente n’ayant pas encore eu de petit ami. Elle fait cependant la rencontre de Takeda qui sera son premier copain. Cela aurait pu être une relation idyllique si sa meilleure amie d’enfance, Hotaru, ne perturbait pas leur relation en semant la confusion au sein de Yuma. En prétextant des « entraînements », Hotaru s’immisce de plus en plus loin dans son intimité…

Nous sommes donc sur une histoire plutôt olé olé où la question qu’on va pouvoir se poser c’est : mais jusqu’où vont-elles aller ?

Au départ, Yuma est une gentille fille qu’on pourrait qualifier de pure et innocente. Elle n’a jamais eu de copain et par extension n’a encore jamais fait l’amour ni même de baisers un peu plus passionnés. Elle manque donc d’expérience, surtout lorsqu’on la compare à son amie d’enfance, Hotaru, qui elle, à contrario, n’en n’est pas à son premier copain et on comprend assez vite que les parties de scrabble ne sont pas tout à fait celles qu’on pourrait imaginer. Hotaru va donc user de son expérience afin de souiller, euh aider sa tendre et chère et surtout seule amie. Outre des conseils, elle passe rapidement à la vitesse supérieure. La théorie c’est la théorie et rien ne vaut un peu de pratique !

Yuma n’arrive pas ou ne souhaite pas s’extirper de son amie, elle a donc une tendance à la passivité. Elle reçoit du plaisir qu’elle ne connait pas, tout est une découverte pour elle, et l’expérience qu’a Hotaru la fait littéralement chavirer. Désormais elle occupe ses pensées et mêmes ses rêves qui se transforment en rêves érotiques. Son petit ami Takeda passe malheureusement en second plan, Yuma, va commencer à préférer ses baisers avec Hotaru, à apprécier ses mains baladeuses, alors qu’à côté avec Takeda cela va coincer, une certaine peur s’installe et des rejets réflexes font leur apparition. Bien évidemment Takeda se sent blessé surtout qu’il ne comprend pas du tout ce qu’il se passe, il n’a dans ce premier tome aucune idée de la véritable relation de sa petite amie et d’Hotaru qui elle-même est en couple avec un certain Fujiwara. Il pense donc que le problème vient de lui, qu’il va trop vite et qu’elle n’est pas prête. Toutefois Yuma sait très bien que ce n’est pas tout à fait ça, et elle s’en veut. Elle tente par moment de repousser Hotaru mais elles finissent inlassablement par se retrouver dans des positions pas très catholiques. Yuma est perdue. Elle aime Takeda qui est en plus un très gentil garçon, mais elle ne peut s’empêcher de penser à Hotaru et de succomber à ses charmes.

Malgré tout, le but d’Hotaru reste assez flou. On comprend dans le tome qu’entre elle et Fujiwara, ce n’est pas un grand amour non plus, et ce pour plusieurs raisons. Finalement sa relation extrêmement ambiguë avec Yuma semble plus être un moyen d’échapper à sa réalité. On ressent un manque de plaisir dans sa vie, ou même d’envie ou de désir, et peut être que la relation plus pure que Yuma et Takeda ont la rend quelque peu jalouse, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Au fond, elle paraît tout aussi perdue que Yuma ne l’est avec ses sentiments et les seuls moments ou autre chose s’installe, c’est lorsqu’elle se rapproche physiquement. La pensée dominante à ce moment précis, c’est le plaisir.

 

 

Cette histoire se rapproche d’une certaine manière de Kuzu no Honkai avec ce côté infidèle et le traitement “sentimental” des personnages est assez proche je trouve. On y retrouve le fait de sortir et/ou de coucher avec une personne avec ou sans sentiments, bien qu’ici il n’y a que des lycéens, l’environnement y est un peu plus “enfantin” par rapport à Kuzu no Honkai qui explore des côtés un peu plus sombres. Toutefois ce n’est pas pour autant qu’il faut prendre ça de manière plus légère, surtout avec le couple Hotaru x Fujiwara qui semble avoir des secrets bien moins gais.

Les personnages de cette série se prêtent bien à leur environnement qu’est le lycée. On a la fois des personnes n’ayant pas eu de copains/copines ou tout du moins qui n’ont pas eu de relation physiquement plus rapprochée. D’un autre côté c’est tout le contraire, nous avons des lycéens ayant déjà eu une ou plusieurs relations amoureuses et qui ont même déjà eu des relations sexuelles. Finalement c’est assez proche de la réalité sur ce point. Au lycée, il y a souvent cette “cassure” entre ceux qui l’ont fait et ceux qui ne l’ont pas fait et Netsuzou Trap appuie bien sur ce point. Ça permet d’aussi bien traiter sur la soi-disant nécessité de faire l’amour que l’on soit prêt ou non, notamment avec le personnage de Yuma qui finalement est pris dans une spirale où il a l’impression qu’il doit faire l’amour, sans même vraiment savoir s’il en a envie ou besoin. Yuma est poussée par les autres à se préparer à le faire sans que personne ne lui demande ce dont elle a  réellement envie.

Et ça permet aussi de parler de ceux qui ont déjà fait l’amour, comme avec Hotaru. On s’imagine qu’elle n’a pas fait l’amour parce qu’elle en avait réellement envie, elle parle des premières fois comme de quelque chose de négatif, en disant que ça fait mal par exemple. On voit donc que pour elle le fait de l’avoir fait, probablement contre son gré, lui a donné une mauvaise image du sexe, ce qui pourrait expliquer ses actes déplacés envers Yuma.

Ce qui est par contre intéressant, c’est de voir que malgré le côté forcé d’Hotaru, Yuma semble tout de même aimer en un sens. Elle se sent certes horrible par rapport à Takeda du fait qu’elle le trompe, par contre elle ne semble pas dégoutée de l’acte en elle-même et on pourrait totalement imaginer que si elle n’était pas en couple, elle ferait probablement l’amour avec elle sans aucun soucis et en étant peut être même très satisfaite de ça. Elle découvre sa sexualité et son côté lesbien alors qu’elle est en couple ce qui évidemment la bloque, mais c’est aussi comme ça qu’elle va découvrir un peu plus qui elle est et ce qu’elle aime. Cela se fait aux dépens de Takeda, en tout cas pour l’instant, mais cela peut encore évoluer.

 

 

Niveau dessin on arbore un chara-design sympathique pimenté de plusieurs scènes pegi 18. Toutefois l’œuvre souffre d’un manque de décors. On reste dans du très classique lorsque nous ne sommes pas sur des pages blanches. Cela ne devrait tout de même pas trop vous marquer car vous serez généralement bien plus concentré sur les expressions des personnages qui sont bien travaillés, à contrario des décors!

En conclusion, Netsuzou Trap vous plaira si vous aimez vous plonger dans une histoire où les relations ne sont pas très saines et où le facteur psychologique sera bien mis en avant avec le tout saupoudré de scènes “sexy”.

Pour ces mêmes raisons, ce manga ne plaira pas à tout le monde, on est bien loin d’une romance tout mignonne, on parle d’infidélité, de violence, tout ça n’est pas très gai. On parle aussi de sujets comme la recherche de soi qui, elle, touchera beaucoup de personnes. Le manga n’est pas très subtil sur les thèmes qu’il traite mais il a au moins le mérite de s’affranchir de certaines barrières en proposant quelque chose de plus osé, voire provocateur.

L’histoire se déroulant en 6 tomes, cela permettra je pense de clore tout ça sans avoir été trop loin, en tout cas je l’espère !

H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *