Critiques,  Kana,  M-N-O,  Maisons d'Edition,  Manga

Marry Grave

Un long voyage sur

les traces de sa

femme

Marry Grave est un Shônen de Yamaji Hidenori, terminé en 5 tomes, initialement publié au Japon jusqu’en Mars 2019. Il est édité chez nous par Kana et le dernier tome est sorti en Février 2020.

Nous sommes dans un monde où l’humanité est au bord de l’extinction à cause de puissants démons qui ont envahi le territoire humain. Sawyer Riseman, voyage avec un cercueil sur son dos et aide les villageois qu’il croise sur son chemin. Contre toute attente, il ne fait pas ça dans le but d’exterminer les démons. En effet, cet homme cherche en vérité à réunir une multitude d’ingrédients pour pouvoir effectuer une recette et ramener à la vie la personne qui est dans son cercueil et qui n’est autre que sa femme, Rosalie. Sawyer parviendra-t-il à éviter les personnes qui convoitent la recette et à récupérer tous les ingrédients?


Marry Grave est clairement pour moi un manga qui mériterait d’être bien plus connu. Plus que de faire une critique sur un tome 1 comme je le fais d’habitude, je vous vanterai au contraire les raisons qui m’ont poussées à aimer cette œuvre et à l’acheter dans son intégralité, en espérant vous convaincre qu’un titre stoppé au Japon vaut quand même le coup d’être lu.

Marry Grave, c’est un peu comme un double voyage en parallèle, d’une femme qui voulait récussiter son homme, et d’un homme qui suit les traces de sa femme pour la récussiter à son tour. J’ai trouvé cet aspect voyage à la recherche d’ingrédients très intéressant et contrairement à ce que je craignais au départ, pas du tout redondant. Le fait qu’on revoit des personnages que Rosalie a déjà croisé nous plonge dans la nostalgie que ces rencontres peuvent provoquer et je trouve ça touchant de voir Sawyer découvrir des parts d’histoires de Rosalie qu’il n’a pas vécu avec elle. C’est un peu comme si par moment Sawyer était autant spectateur que nous des faits et gestes qu’a pu effectuer Rosalie par le passé.

On peut également dire que c’est un voyage qui permet de faire le deuil du jour fatidique qui leur est arrivé. Rosalie a été capable de faire ce voyage une fois, de vieillir et de se libérer de ce jour d’horreur en ressuscitant Sawyer, et maintenant c’est à Sawyer de faire de même, de boucler la boucle et d’avancer. Tout comme son nom l’indique: Sawyer Riseman pourrait donc suivre une aventure pour s’élever au-dessus des Hommes avec sa femme. Même s’il a déjà lui-même dépassé son état d’Homme, il lui reste énormément de chemin à parcourir pour pouvoir permettre à sa femme de faire de même et également retrouver la paix.

Si au départ l’histoire pouvait paraître simple, au fur et à mesure, on en a appris plus sur Sawyer et sur le voyage qu’a effectué Rosalie, mais également sur leur passé et sur l’histoire d’autres personnages secondaires qui ont rendu le scénario bien plus dense et intéressant à suivre. Habituellement je n’aime pas trop les flashbacks qui durent longtemps et ils finissent par m’ennuyer. Là, j’ai découvert une toute nouvelle histoire avec l’enfance de Sawyer, Rosalie et Dante et franchement, croyez-moi, on finit plongé dans ce passé qui pourrait très bien être une œuvre à part entière. Cela se voit que l’auteur était passionné par l’histoire qu’il créait, même si parfois elle partait un peu dans tous les sens, tant il développait le passé des personnages secondaires. On voit qu’il avait énormément de choses à nous raconter et j’aurai bien voulu qu’il puisse s’exprimer jusqu’au bout parce que je suis sûre que Marry Grave aurait pu faire encore bien des tomes, et nous présenter encore bien des moments touchants et déchirants. Je trouve franchement que ce titre allait en s’améliorant. Plus on découvrait d’histoires, de personnages, de lieux, plus on voulait lire la suite, ce qui est un excellent point dans un manga.

Toutes ces rencontres qu’ont pu faire aussi bien Rosalie que Sawyer, en plus de nous rendre nostalgique, ont dévoilé des histoires profondes et déchirantes, car il ne faut pas oublier que l’humanité est au bord de l’extinction et essaie de survivre. Tout comme dans Majo no Tabitabi, on assiste donc à des scènes glauques ou tristes, à la différence que là, l’Homme vit ses derniers instants, et on espère voir un renversement où les démons se feraient battre, où la paix pourrait revenir.

Marry Grave, c’est un peu une histoire qui se veut au départ racontée de manière légère, avec un personnage maladroit et qui essaie de paraître apaisé, mais qui traîne avec lui un cercueil, un lourd poids et un lourd passé qu’il aimerait surpasser. D’ailleurs, on peut dire que la manière d’être de Sawyer est un peu semblable à celle de Rosalie, puisque tous les deux durant leur voyage tentent de paraître forts et souriants, alors qu’au fond d’eux ils sont dévastés par ce qui leur est arrivé. On le voit par moments, lorsqu’ils dévoilent leur nostalgie et leur tristesse. Je trouve que le côté personnages en deuil est parfaitement bien amené et pourrait aider réellement des personnes en deuil. Cette histoire d’après moi peut montrer le dépassement du deuil par le voyage et les rencontres et j’ai beaucoup apprécié ces deux personnages là pour ça. C’est peut être sadique de dire ça mais j’ai aimé les voir mélancoliques, j’ai apprécié la finesse des émotions qu’a été capable d’apporter l’auteur.

Tellement de temps a passé. Et il n’a pas été tendre avec moi. Me serreras-tu encore dans tes bras? J’aimerais tellement sentir encore une fois la chaleur de ton corps. Comme ce jour fatidique….

 – Rosalie

Et cette finesse des émotions n’est pas seulement présente pour ces deux personnages-là, mais pour tous les autres personnages secondaires que l’on a pu suivre aussi durant l’histoire. La douleur et le besoin de vengeance de Dante était aussi incroyable à suivre et j’aurai aimé en voir plus encore. Je tairais d’autres personnages pour ne pas vous spoil mais croyez-moi, les émotions sont bien décrites, l’histoire de chacun d’entre eux est prenante et touchante, les manières d’être des personnages sont passionnantes.

Si on veut, et si on peut, reprocher un truc à Marry Grave, c’est de ne pas être sorti plus tôt. En effet, malheureusement pour l’auteur, ce genre d’histoires assez classiques au départ, avec un développement profond par la suite, était probablement très apprécié dans les années 2000 par les japonais et moins maintenant. De nos jours malheureusement, ce type d’écriture n’intéresse plus autant et je pense que c’est ce qui a fait que l’auteur a dû stopper son œuvre. Il est juste arrivé trop tard avec une idée un peu ancienne mais néanmoins intéressante. On peut cependant souligner le fait qu’il a été capable de faire probablement la meilleure fin d’un manga stoppé qui m’a été donnée de voir. Franchement, rien que pour ce montage final ce manga vaut le détour. En quelques pages de dessins denses et magnifiquement amenés, il a été capable de nous expliquer sans un dialogue comment il aurait voulu continuer son histoire, ce qui aurait dû se passer, et ceux qui ont lu ce titre comprennent parfaitement avec ces quelques cases ce qui allait se dérouler ensuite. 

Enfin, j’aimerais juste parler un petit peu des dessins. J’en ai mis des extraits tout au long de la critique et comme vous avez pu le voir ils sont magnifiques. Si le style des chara-designs et la manière de faire les décors est un peu ancien, on ne peut pas dire qu’il n’y a pas eu de travail dessus. Les décors sont magnifiquement dessinés, les mouvements des personnages sont beaux, le travail sur l’encrage est incroyable, les détails sont impressionnants, les émotions des personnages sont sublimes. On voit vraiment que l’auteur a travaillé dur sur son œuvre pour nous offrir un dessin d’une qualité digne des plus grands. Sincèrement, je ne trouve pas une planche un peu moins jolie qu’une autre, tout est détaillé, tout est décoré, tout est tramé comme il le faut.


Pour conclure cette critique qui ressemblerait plus à une déclaration d’amour pour une œuvre mal aimée, je dirais que Marry Grave est un titre qui n’est pas arrivé au bon moment, mais d’un auteur passionné, avec une histoire prenante qui va en s’améliorant, des dessins magnifiques et tous travaillés. C’est une histoire qui vous fera voyager, vivre des aventures, avoir des émotions fortes. C’est une œuvre en cinq tomes qui s’est arrêtée trop tôt, mais qui a eu le droit à une conclusion totalement originale et qui permet d’avoir un aperçu de tout ce qui aurait dû arriver et une fin complète. Clairement, n’hésitez pas à l’acheter il vaut le coup.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *