Critiques,  Kurokawa,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Silver Spoon

Une école pas 

comme les autres

Silver Spoon est un Shônen de Hiromu Arakawa. Originellement publié au Japon en 2011, il se termine en 15 tomes. Le quinzième nous arrive chez Kurokawa en Février 2021.

 

On y suit l’histoire de Hachiken, un lycéen souhaitant partir très loin de chez lui. Il intègre alors l’école agricole Ohezo, située sur l’île d’Hokkaïdo et bien loin de tout. Là, il va se rendre compte que ce qu’il pensait être une balade de santé va s’avérer en fait être un quotidien rempli de tâches épuisantes. Là où chaque élève a un rêve et un objectif, Hachiken doit faire sa place, se reconstruire et espérer devenir le premier de sa classe.


Tout d’abord, Hiromu Arakawa ne doit pas être un nom qui vous est inconnu. En effet, cet auteur est connu notamment pour Fullmetal Alchemist ou encore les dessins de Arslan Senki. C’est une femme que j’admire beaucoup car elle a su se renouveler, proposant des histoires totalement différentes les unes des autres. Si Fullmetal Alchemist se déroulait dans un univers fantastique et sérieux, Silver Spoon lui, se déroule dans un tout autre monde, totalement réaliste et parlant d’une école agricole, ça n’a donc rien à voir.

En effet, Hiromu Arakawa nous présente un scénario original, se déroulant dans une école agricole. On voit qu’elle a bien travaillé son sujet, les explications sont précises et on peut en apprendre énormément sur le monde agricole. Que ce soit la ponte des poules, la fabrication de la viande, comment s’occuper des animaux et des champs, l’auteur n’omet aucun sujet et on découvre avec Hachiken toutes les facettes de ce monde si peu mis en avant dans les mangas.

L’histoire se veut drôle la plupart du temps, on nous présente des situations et le quotidien des étudiants de manière humoristique avec beaucoup de scènes absurdes. Les réflexions de Hachiken qui n’y connaît rien au monde agricole, tout comme celles des autres élèves qui eux, aiment parler en détails de ce qu’ils connaissent, allègent les scènes et nous font rire. Hiromu Arakawa sait utiliser un humour simple de répétition et de caractère avec le personnage Hachiken mais également avec celui d’Inada Tamako qui est clairement là pour faire rire le lecteur.

On aurait pu s’attendre à un scénario simple visant uniquement à la comédie et à la découverte du monde agricole, mais Silver Spoon est en vérité bien plus que ça. Il s’agit d’une histoire prenante qui montre la reconstruction d’un garçon qui semblait avoir perdu tout rêve. C’est une œuvre où le personnage va se rechercher, va essayer de savoir où il doit aller et comment construire son propre rêve tandis qu’il est entouré d’autres personnes qui eux, ont leur avenir bien tracé et bien décidé. Il n’est donc pas rare durant la lecture de retrouver des scènes touchantes, où le personnage découvre des facettes du monde agricole qui le font revivre, le tout dans des décors captivants qui donnent comme une bouffée d’air frais.

Le ciel bleu à perte de vue, la nature qui frémit, un veau qui aime un peu trop ma main gauche, et un portable qui ne capte pas…sérieusement où est-ce que je suis tombé?!

– Hachiken

Si au début le personnage principal peut paraître un peu décontenancé par l’endroit où il se retrouve, il va rapidement se reprendre en main, décidé à s’intégrer dans cette école originale. Hachiken est donc certes un personnage détruit au départ, mais déterminé à changer et à trouver quelque chose qui fera battre son cœur. Dans un monde où la pratique compte plus que la théorie, il va apprendre à compter plus sur ses mains que sur sa tête, et à accepter qu’on ne peut pas être premier partout, mais qu’on peut se donner à fond pour autre chose que pour les études. C’est un personnage encore bien mystérieux dans le premier tome mais qui est sympathique et qui donne envie d’en savoir plus sur lui.

En vérité, Silver Spoon nous propose une ribambelle de personnages tous plus originaux et amusants les uns que les autres, entre le principal qui est tout petit avec juste un cheveux sur la tête, Inada Tamako qui est en forme d’œuf, le professeur du club d’équitation qui ressemble à Bouddha. Bien sûr tous les personnages ne sont pas farfelus, mais l’auteur nous en propose des très variés comme il sait si bien le faire et surtout, pour le moment, il n’y a pas un personnage que j’ai moins aimé que les autres. Ils sont tous gentils, passionnés par ce qu’ils font, avec des rêves et des doutes. Ils sont bien trop nombreux pour pouvoir tous les détailler mais en tout cas, ils sont tous originaux et je pense qu’on en aura encore bien d’autres de surprenant par la suite.

Pour ce qui est de l’ambiance générale de Silver Spoon, elle aurait pu paraître au début un peu inquiétante, puisque le personnage principal arrive dans un endroit qu’il ne connaît pas du tout et qu’il ne sait rien du monde agricole. Mais l’atmosphère s’allège très vite et j’ai eu l’impression d’une bouffée d’air frais en le lisant. Si au début le travail agricole est difficile pour notre personnage principal, lui comme nous finissons par nous habituer et par nous sentir revivre. Si vous avez besoin de dépaysement, je pense que cette œuvre vous changera parfaitement les idées.

En ce qui concerne le titre de l’œuvre, pour le moment avec la lecture d’un seul tome, il reste plein de mystère. Personnellement j’y verrais trois significations différentes possibles. La cuillère en argent est un objet que l’on voit accroché durant un chapitre du tome et qui doit avoir une grande importance pour l’école. La cuillère en argent peut également faire penser à l’expression: “être né avec une cuillère en argent dans la bouche” qui veut dire: être né dans une famille riche, être une personne qui ne souffrira pas de problèmes d’argent. Là je pourrais l’associer aussi bien aux élèves de l’école qui ont tous un avenir bien tracé puisque pour la plupart ils reprennent l’exploitation familiale, mais également à Hachiken qui est mystérieux mais fuit quelque chose et on peut supposer qu’il viendrait d’une famille aisée et stricte. Rien que pour ce titre plein de mystère et de significations différentes, je pense qu’on peut sans conteste dire que ce manga est passionnant et mérite plus de visibilité.

Enfin, pour ce qui est des dessins, on reconnaît bien le style de l’auteur dans les chara-designs, que ce soit par des personnages aux traits normaux ou des personnages plus farfelus. Les décors sont maîtrisés, les planches sont agréables à lire même si on sent que ça vieillit un peu. L’auteur maîtrise bien son trait, elle parvient même à donner une tête différente à un cheval par rapport à un autre, ce qui montre son talent. En plus de ça, elle nous offre parfois des scènes très agréables à regarder. Les émotions sont également très bien retranscrites et on se sent plongé dans les scènes qu’on observe. Franchement je n’ai rien à en redire, c’est totalement satisfaisant.


En conclusion, Silver Spoon est une œuvre qui vous fera voyager dans un univers dont on ne parle que trop peu en littérature: le monde agricole. L’humour en fait un titre agréable à lire mais on n’oublie pas les sentiments détaillés des personnages et surtout la recherche de soi effectuée par Hachiken qui en fait un titre bien plus prenant qu’il n’en a l’air. Ce manga est une bouffée d’air frais qui saura vous changer les idées tout en vous permettant d’en apprendre beaucoup plus sur le monde agricole. Il se termine enfin chez nous en quinze tomes, il est encore temps de se pencher dessus et de se laisser emporter.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *