Critiques,  Delcourt/Tonkam,  Maisons d'Edition,  Manga,  S-T-U

Sans Expérience

Un mariage plein 

    de pureté et

  de quiproquos 

 

Sans Expérience est un Seinen de Minase Mayu, publié au Japon en 2018 où il comporte déjà 4 tomes. Il nous parvient en France en Février 2021 aux éditions Delcourt/Tonkam.

Sumioka Kiyoshi est un homme sérieux, naïf et très peu à l’aise avec les filles. Il n’a jamais eu de relation et bien qu’il a la vingtaine il ne sait vraiment pas comment s’y prendre avec une fille. Un jour, alors qu’il va chercher son repas habituel au restaurant de bento, il fait la connaissance de Azuma Sumi, une nouvelle employée à temps partiel. Après mûres réflexions, il décide de retourner là-bas et la propose en mariage. Celle-ci dévoile qu’elle n’est encore que lycéenne et ils se promettent de se marier quand elle sera diplômée. Commence alors une vie de couple pure et pleine de quiproquos.


Pour commencer, les deux premiers chapitres pourraient vous paraître hyper rapides et j’avoue que j’avais peur que ce soit le cas pour toute la suite de l’histoire. En vérité, ils servent à résumer leur rencontre et les deux ans d’attente pour le mariage, afin d’enfin passer aux choses sérieuses et de se concentrer sur un plan plus important: La vie de couple marié.

On a alors accès à une cérémonie de mariage des plus gênantes, et à un emménagement pas de tout repos car, si au premier abord Sumioka peut sembler être le plus gêné des deux dans le couple, Sumi est la plus innocente d’entre eux et ne parvient pas à comprendre certaines choses comme ce qu’est un préservatif ou comment faire l’amour.

Ainsi on a le droit à de nombreuses scènes de quiproquos qui nous font rire et nous gênent mais en plus, on a des scènes absurdes avec Sumioka qui est très facilement embarrassé en face de sa femme et qui n’ose pas lui dire le fond de sa pensée et la vérité sur certaines choses sexuelles. Face à tant de pureté on assiste à des scènes où Sumioka est gêné, où Sumi est gênée, où nous-même sommes gênés, bref une ambiance totalement embarrassante.

L’auteur joue donc énormément sur l’embarras des personnages et leur naïveté afin de créer des situations comiques et dérangeantes remplis de quiproquos rarement résolus par le couple lui-même. On comprend bien qu’on a affaire à un couple qui ne peut avancer seul et c’est régulièrement leurs amis qui vont leur permettre de comprendre et de tenter certaines choses. On pourrait dire qu’on est clairement face à deux herbivores japonais, même si pour le coup on pardonne Sumi car elle est encore jeune.

L’atmosphère générale de l’œuvre est un mélange d’attendrissement de nous lecteurs qui sommes bien moins purs et innocents que le couple, et en même temps un embarras omniprésent face à ces scènes de quiproquos qui nous font parfois tirer les cheveux. Ça parait difficile pour nous que des personnes aussi pures existent, et personnellement je me demande bien s’ils vont finir par réussir à vivre une vie de couple normale et épanouie car là j’ai peur qu’ils soient vraiment bloqués et qu’on ne se lasse de ces quiproquos incessants.

Il y a également une chose qui m’a beaucoup gênée au début: L’âge des personnages. Quand Sumioka propose Sumi en mariage, celle-ci n’est encore qu’au lycée alors que lui est déjà un travailleur. Leur différence d’âge m’a d’abord un peu dégoûtée puisque du coup au moment du mariage Sumioka a 26 ans et Sumi 18 ans. Finalement je m’y suis habituée et même si j’émet encore quelques réserves sur ce point là, les quiproquos amusants me font un peu oublier leur âge.

La fin du tome nous arrête sur un moment des plus gênants et je me demande bien comment les personnages vont se sortir de cette situation, si cela va bien se terminer ou pas du tout. Dans cette ambiance de gêne, l’auteur parvient à créer un cliffhanger qui nous donne envie de lire la suite afin de voir le dénouement de cette nuit, même si on se doute que ça ne va pas aboutir comme il faut.

Je garde du coup un avis assez mitigé du tome un, entre la différence d’âge qui me dérange et le fait que la gêne soit omniprésente durant la lecture, même si à côté j’ai quand même bien ri des situations et que je les trouve tout de même adorables ensemble.

Si on devait comparer Sans Expérience à d’autres mangas, je dirais que c’est une mélange de Tonikaku Kawaii, où les personnages se marient, commencent à vivre ensemble et où on observe leur évolution, et Mon Histoire avec un grand gaillard tout gêné amoureux d’une fille qu’il pense ne jamais pouvoir conquérir.

Pour ce qui est des personnages, les secondaires/amis de notre couple sont vraiment là uniquement pour les conseiller ou créer des situations gênantes pour le moment, je me concentrerais donc sur notre couple.

Sumioka Kiyoshi est un homme de 26 ans, rondouillard, peu sûr de lui, trop pur pour oser faire des folies avec les filles. On voit qu’il a peu confiance en lui à cause de son physique puisqu’il ne se considère pas apte à avoir une petite amie.

À moins d’un événement théâtral ou d’un accident de parcours il est fort probable que je ne tombe jamais amoureux…Et que personne ne tombe jamais amoureux de moi…

– Sumioka

Pourtant, sa rencontre avec Sumi semble le changer totalement et il ose même lui faire une demande en mariage alors qu’ils se connaissent à peine. Je pense que c’est un personnage certes timide et naïf, mais qui pourrait très bien se laisser dépasser par ses sentiments et se dévoiler d’une manière plus sûre lors de moments importants, du moins une fois qu’il aura dépassé un peu le stade de timidité dans lequel il est bloqué. J’espère qu’il fera des progrès et apprendra à guider Sumi sans l’effrayer pour autant.

Azuma Sumi, elle, n’a que 18 ans. Elle vivait avec ses grands-parents et souhaitait être capable de les aider financièrement. Le mariage était donc un compromis parfait pour elle. Elle n’en reste pas moins une jeune fille pure et totalement innocente qui ne connaît rien aux relations de couple et tout ce qui peut se passer de pervers. De par sa jeunesse et son innocence je la trouve mignonne et lui pardonne totalement l’embarras qu’elle créer.

Je pense que la différence d’âge va leur permettre de se rapprocher. Sumi sera soutenue par quelqu’un de mature et qui possède un métier stable, et à côté Sumioka, de par l’innocence de Sumi, se sentira plus à l’aise qu’avec une femme de son âge qui aurait probablement déjà eu de l’expérience et aurait été beaucoup moins embarrassée. Ensemble ils vont probablement affronter leur timidité et grandir pour devenir un couple adorable et aimant.

Enfin, parlons un peu des dessins. Les chara-designs sont très spéciaux et j’ai mis un peu de temps à m’y habituer mais au final cela donne un charme. Les personnages sont bien dessinés et détaillés, il y a beaucoup de planches plutôt jolies et l’auteur parvient à bien transmettre les émotions et l’ambiance de l’œuvre, ce qui est un excellent point. Les décors sont suffisants et bien dessinés eux aussi, la lecture des planches est claire, bref c’est un sans fautes. C’est un style un peu difficile à adhérer au départ mais qui rend au final dans l’ensemble plutôt bien et qui est original.

Il faut savoir que l’auteur n’est pas à son coup d’essai et a même un autre manga qui a été édité chez nous: Cœurs à Cœurs, une série en 8 tomes qui n’est plus commercialisée mais qui doit pouvoir se trouver en occasion. Si vous avez apprécié Sans Expérience, n’hésitez pas à tenter son autre titre si vous le trouvez.

En conclusion, Sans Expérience est une bonne œuvre à découvrir, plutôt originale, sur un couple qui a brûlé les étapes et est allé directement au mariage, qui doit maintenant rattraper toute sa relation. Si la différence d’âge et l’ambiance gênante m’a un peu freinée, ce titre n’en reste pas moins drôle et attendrissant par moment et donne envie de lire la suite pour voir comment le couple va s’en sortir. Si vous souhaitez une romance un peu plus adulte qui ne traite pas uniquement de petites amourettes, laissez-vous tenter par celui-ci qui vous promet moults quiproquos et blagues salaces.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *