Critiques,  J-K-L,  Ki-oon,  Maisons d'Edition,  Manga

Les Carnets de l’Apothicaire

Une jeune 

apothicaire 

sarcastique dans un 

harem tumultueux

Les Carnets de l’Apothicaire est un Seinen de Hyuga Natsu et Nanao Nikki au scénario et Neko Kurage au dessin. Il est sorti au Japon en 2017 et compte actuellement 6 tomes en cours. Il nous arrive en France chez Ki-oon en Janvier 2021.

 

Les Carnets de l’Apothicaire raconte l’histoire de Maomao, une jeune apothicaire qui voulait être médecin et qui se voit kidnappée et emmenée dans le Harem de l’Empereur, où elle devient servante par son manque de beauté. Suite à une affaire de poison autour des concubines, elle se retrouve promue goûteuse et médecin de la favorite de l’Empereur accédant alors à tout un tas de mystères à résoudre.


Pour commencer, on peut dire que le scénario de la jeune fille apothicaire a déjà été vu, notamment dans Akagami no Shirayukihime, et il n’est donc pas rare de voir une fille possédant des connaissances pharmaceutiques dans un manga. Néanmoins, on a ici une intrigue qui se déroule dans un lieu qui ne se veut pas paradisiaque, où les concubines font du charme pour séduire l’empereur, et où les empoisonnements ne sont pas exceptionnels. On peut donc dire que Les Carnets de l’Apothicaire sait se détourner du scénario basique où la jeune fille se voit confier une place de choix auprès d’un roi ou d’un empereur et où il ne se passe pas grand chose de grave. Ici Maomao n’est pas un canon de beauté et n’est pas regardée par l’empereur, mais par un haut fonctionnaire beau et charmeur qui a su déceler le talent qu’elle essayait de camoufler.

L’histoire ne se déroule pas dans un lieu idyllique. Maomao doit faire attention à ses moindres faits et gestes et on peut clairement comprendre qu’ici aucune erreur n’est permise. La narration nous le dit d’ailleurs suffisamment souvent. Même les concubines, haut placées dans le harem, peuvent être poussées à quitter l’endroit et à épouser un officier militaire plutôt que d’enfanter l’héritier de l’Empereur. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque être concubine de l’empereur et en plus porter son héritier est un véritable honneur. Ici ce point là est bien réaliste. Les concubines sont belles et sont ici pour enfanter, quand elles ne le peuvent plus, ou ne sont plus au goût de l’empereur, elles sont remplacées. Ce qui est alors réellement bien dans cette intrigue, c’est qu’on évolue dans un endroit qui était dangereux historiquement parlant, et c’est plutôt bien respecté. Le côté inquiétant et cruel du lieu donne une atmosphère pesante mais attrayante pour le lecteur et on a toujours hâte d’en lire plus pour savoir si un élément perturbateur va survenir.

Le scénario nous propose également des intrigues plutôt intéressantes que j’ai hâte de voir davantage développées et on a l’impression par chapitre de suivre une enquête sur un poison ou sur un remède à effectuer. Cela donne du mystère à une histoire déjà bien atypique. J’espère qu’on ne perdra pas ce petit côté enquête que mène Maomao et qu’on en apprendra plus sur toutes ces histoires d’empoisonnements et de trahisons.


L’histoire sait tout de même être plus détendue dans de nombreux moments, surtout grâce à certains personnages qui rendent la lecture bien plus amusante et intéressante, comme les servantes un peu bêtes qui s’inquiètent pour Maomao, ou encore les deux protagonistes principaux de l’histoire: Maomao et Jinshi.

Maomao est une jeune fille intelligente qui a été élevée dans les quartiers des prostituées et qui a appris l’utilisation des herbes. Elle n’est pas d’une grande beauté, mais son caractère en fait un personnage plutôt drôle et attachant. En effet, on aurait pu croire qu’elle serait sans cesse dans la crainte dans ce nid de vipères qu’est le Harem. Pourtant, elle apparaît au contraire comme une fille qui réfléchit, qui sait lire, qui sait se rendre utile, et surtout qui a un caractère bien à elle. Elle s’intègre finalement plutôt bien à ce nouvel environnement qui lui rappelle son précédent, et parle souvent avec sarcasme des gens qui l’entourent.

Le parfum entêtant du maquillage…Les belles tenues, les sourires de façace…En fait ça ne change pas tellement du quartier des plaisirs…

– Maomao

Ce n’est pas une jeune fille fragile et sa passion pour la médecine la préserve des avances que certains hommes pourraient vouloir lui faire. On n’a pas affaire à une jeune fille réservée qui va se laisser séduire en deux minutes par le premier homme un peu beau. Maomao ne se soucie pas de la gente masculine et préfère observer les gens, faire des expériences tel Senku de Dr.Stone et profiter de la nourriture qu’on lui offre.

C’est vraiment un personnage que j’apprécie, qui a du répondant, qui ne se laisse pas faire et surtout qui a une manière de penser, de considérer les gens comme des insectes plutôt drôle compte tenu de son bas rang. Elle apporte vraiment quelque chose de plus au manga et clairement, il aurait été bien moins intéressant si l’héroïne avait été naïve et faible. J’ai cependant bien hâte de voir plus de facettes d’elle et de son enfance dans les quartiers des prostituées. Je pense que c’est un personnage qui n’a pas fini de nous surprendre et je suis persuadée qu’elle va faire bouger les choses dans le harem et résoudre nombre de mystères.

Pour ce qui est de Jinshi, il rend également l’histoire plus légère de par son caractère rieur et charmeur. Il séduit aussi bien les hommes que les femmes par sa beauté mais n’en reste pas moins mystérieux puisqu’il est présenté comme une personne importante et qu’il peut approcher les concubines. On ne sait pas trop s’il est eunuque ou pas et il reste assez mystérieux sur les raisons de sa présence ici. C’est un personnage qui a su repérer le talent de Maomao bien qu’elle ait tenté de le cacher et sa relation avec elle est plutôt amusante à observer. Je ne sais pas cependant s’il faut se méfier de lui ou pas, puisqu’il demande à la jeune fille de créer des remèdes parfois un peu déconcertants comme des aphrodisiaques.

Les personnages les plus importants permettent donc de détendre l’atmosphère et de donner un grand intérêt à l’œuvre. Sans la présence de Maomao et de Jinshi où du moins, de leurs caractères si inhabituels, l’histoire n’aurait peut-être pas eu le même impact. La part de mystère qui les entoure est également un autre point qui rend cette œuvre si passionnante à suivre. Je trouve donc les protagonistes de ce titre très bien écrits et très intéressants de par leur originalité.

Enfin, parlons rapidement des dessins. Les chara-designs sont vraiment agréables, les personnages sont beaux, on a des planches magnifiques durant le tome. Les expressions des personnages sont bien détaillées et le trait global est soigné, l’encrage est plutôt bien fait et les décors sont suffisamment présents et plutôt minutieux. Les Carnets de l’Apothicaire nous propose vraiment une lecture agréable tout le long aussi bien scénaristiquement que visuellement.


En conclusion, cette œuvre m’a totalement conquise, take my money comme on dit dans le jargon. C’est vraiment un manga passionnant et il me tarde d’en voir plus. Une très belle acquisition de Ki-oon, d’autant que ce titre est plutôt bien apprécié au Japon. N’hésitez pas à vous pencher dessus que vous soyez un homme ou une femme, le côté enquête et les relations ainsi qu’un scénario historique plutôt réaliste saura certainement vous ravir.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *