A-B-C,  Critiques,  Maisons d'Edition,  Manga,  Pika

Blue Period

Quand un délinquant 

studieux se met à 

l’art

Blue Period est un Seinen de Yamaguchi Tsubasa, publié au Japon depuis 2017 où il comporte déjà 8 tomes. Le premier tome nous arrive chez Pika en Janvier 2020 pour notre plus grand plaisir.

 

Blue Period raconte l’histoire de Yatora Yaguchi, un lycéen studieux au look de délinquant qui se cherche et ne semble pas trop savoir ce qu’il veut faire de sa vie. Un jour par hasard, il tombe sur une toile qu’une de ses Sempai à peinte et qui le subjugue totalement. Il se rend alors compte que l’art est le meilleur moyen d’exprimer ses émotions et décide de rejoindre le club d’art, se jetant corps et âme dans la peinture afin de rejoindre la plus prestigieuse école de Beaux-arts du Japon.


Pour commencer, parlons un peu du titre qui fait référence à une période très importante de Picasso qui tient son nom de la dominante de couleur qu’il utilisait. Il avait à peu près la vingtaine durant cette période, ce qui peut presque coller à l’âge de notre héros ici qui est lycéen.

Le premier chapitre nous met en place certains personnages importants de l’œuvre, ainsi qu’un début de scénario. On y voit déjà l’élément déclencheur qui va faire que Yataro va se perdre dans la peinture. À ce moment, il commence à s’intéresser à l’art mais n’a pas encore franchi le cap.

Les œuvres de Picasso, ça me parle pas. Et le monde de l’art qui l’encense, c’est un grand mystère pour moi. Cela dit…je pourrais faire aussi bien que lui, non?

– Yataro Yaguchi

Le deuxième chapitre nous apprend déjà énormément de choses sur l’art, que ce soit les contrastes et mélanges de couleur, les différentes universités de Beaux arts et les perspectives. Ce manga nous promet des chapitres très denses en informations ce qui peut être intéressant à suivre mais assez déroutant si on a pas l’habitude de lire des mangas qui parlent beaucoup. On a également l’objectif de Yataro qui est posé et on peut dire qu’à ce moment-là le manga commence réellement.

On voit par la suite un Yataro qui semble motivé à devenir doué en dessin et qui travaille dur pour ça. On le voit d’ailleurs plus sûr de lui et plus épanouie grâce à l’art. Il semble réellement avoir trouvé son moyen d’expression même s’il ne semble pas encore tout à fait prêt à l’assumer auprès de ses amis et de sa famille. On voit déjà d’énormes progrès de sa part rien que dans ce tome et je vous invite à y jeter un œil pour vous en rendre compte par vous même.


On repère tout de suite que ce titre est très intéressant puisqu’il nous permet d’en apprendre énormément sur l’art et le dessin, sur les techniques utilisées et les entraînements à effectuer. On remarque bien que l’auteur connaît son sujet et a travaillé très dur dessus pour pouvoir présenter les meilleures explications possibles. On sent qu’il est passionné et cela rend Blue Period encore plus fascinant à lire.

De plus, on peut dire qu’il s’agit d’une œuvre plutôt originale car on parle rarement de beaux arts dans un manga et encore moins dans une époque moderne. Il existe bien Arte qui parle d’art mais il se situe plus durant le XVIe Siècle et je ne trouve pas ses explications aussi poussées que dans Blue Period.

Les explications sont tout de même parfois compliquées à suivre vu qu’il y en a énormément et il faut vraiment s’accrocher pour ne pas se perdre. Je pense néanmoins que si l’art nous intéresse un minimum, et d’ailleurs même si on n’y connait rien du tout, ce titre peut être très intéressant et instructif. Si on veut progresser en dessin Blue Period peut nous proposer des méthodes et explications intéressantes dignes d’un véritable cours et il y en a déjà énormément rien que dans le premier tome alors imaginez le nombre de techniques qui seront expliquées par la suite.


À propos des personnages, je ne parlerais ici que de deux d’entre eux pour ce tome:  La professeur d’art et Yataro.

Pour ce qui est de la professeur, je la trouve vraiment passionnée et bien loin du genre de prof habituel qu’on voit et qui n’aide pas vraiment ses élèves. Ses conseils sont vraiment bons et elle ne dénigre pas ses élèves. Je trouve incroyable la capacité avec laquelle elle parvient à déceler ce qui ne va pas dans chaque dessin et à expliquer quoi faire pour s’améliorer. C’est là qu’on se rend compte que l’art est bien plus complexe que ce qu’on pense et que ce doit être très compliqué à étudier. Pour moi c’est un excellent personnage qui a su motiver Yataro et lui donner les bons conseils pour progresser.

En ce qui concerne Yataro, on voit au départ qu’il s’agit de quelqu’un de perdu, qui fait tout pour plaire aux autres mais qui ne sait pas ce que lui veut. C’est un personnage qui se cherche et n’assume pas vraiment ses sentiments. Il se met beaucoup de pression mais ne se rend pas compte que ses amis s’inquiètent pour lui et aimeraient qu’il puisse faire des choses qui lui plaisent vraiment.

La découverte de l’art comme un moyen d’expression semble vraiment être ce qui va le changer. On peut déjà déceler une pointe de ressemblance avec la période bleu de Picasso lorsque, dans son premier dessin, il tente de faire apparaître plein de nuances de bleu pour montrer ce qu’il a vu et ressenti. Je pense que ce côté bleu reviendra bien plus par la suite même s’il est pour l’instant mis un peu de côté.

Durant tout le tome on ressent vraiment le besoin de Yataro de devenir plus fort que les autres et son inquiétude à l’idée de ne pas y arriver. On en vient à être aussi tendu que lui, ce qui prouve qu’on se plonge totalement dans la lecture de ce manga.

Si au début il nous est présenté comme un génie qui a de bonnes notes bien qu’il dorme la moitié des cours, je dirais plus qu’il s’agit d’un travailleur qui s’entraîne bien plus que les autres pour obtenir de bons résultats dans tout ce qu’il fait.

J’aime beaucoup la manière dont Yataro est représenté lorsqu’il semble plongé dans les scènes qu’il dessine. Cela donne un côté artistique très agréable à contempler, d’autant que l’auteur fait de belles planches. On a l’impression que Yataro est aspiré par le dessin et totalement en transe pendant qu’il le créer. On voit bien que l’auteur a étudié l’art et même si ses personnages ont parfois des visages un peu étranges, son trait est maîtrisé, ses décors sont présents et puis les œuvres d’art sont juste magnifiques. Si je voulais reprocher quelque chose à l’auteur, ce serait que je trouve qu’on a souvent la même mise en page pour mettre en avant des personnages par rapport aux explications données, j’aurai peut être voulu un peu plus de créativité sur ce point là pour que ce ne soit pas redondant.

En conclusion, Blue Period est une excellente œuvre pleine de poésie dans sa réalisation. Ce titre peut servir de guide pour quiconque souhaite s’intéresser à l’art et apprendre à dessiner. Les personnages sont très intéressants et j’ai hâte de les voir plus développés. L’ambiance est incroyable et on a l’impression de vraiment avoir appris beaucoup de choses après avoir lu ce premier tome. On voit que l’auteur a travaillé dur sur son sujet et qu’il est passionné. Je ne peux que vous conseiller de vous pencher dessus car l’histoire est bien plus captivante qu’il n’y paraît et même si ça parle d’art c’est à la portée de tout le monde du moment qu’on accepte de lire les explications.

L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *